Chanel, Karl Lagerfeld, Muses, Kristen Stewart, Kendall Jenner, Sarah Jessica Parker, Blake Lively, Keira Knightley

Getty Images; E! Illustration

On a décerné de nombreux superlatifs Meryl Streep au fil des années, mais jamais pour son sens de la mode.

C'est une des reines du show-biz depuis longtemps, sa présence sur le tapis rouge est plus royale qu'autre chose. L'actrice trois fois oscarisée pourrait aussi bien porter des peignoirs de velours.

Mais puisqu'il n'est pas socialement acceptable de se draper dans du velours (en tout cas, ça ne l'était pas), Streep porte des robes de créateurs célèbres quand l'occasion l'exige, comme tout le monde. Et pour les Oscars 2017, qui ont marqué sa 20e nomination, elle a choisi une création bleue d'Elie Saab.

Streep ne s'est pas habillée dimanche avant d'avoir réfuté les dires de Karl Lagerfeld affirmant qu'elle devait porter une robe sur mesure de Chanel jusqu'à ce qu'elle trouve un créateur qui la paierait pour l'honneur de porter sa robe aux Oscars.

Le plus surprenant dans l'incident, ce n'est pas que Lagerfeld ait affirmé cela sur Streep, disant à Women's Wear Daily : "On leur donne des robes, on fabrique les robes, mais on ne paye pas. Une actrice de génie, mais aussi radine, non ?"

Karl Lagerfeld, Jessica Chastain

Jim Spellman/WireImage

La surprise, c'est qu'il a fait marche arrière après et a admis qu'il avait mal compris l'histoire de son côté.

Meryl Streep, 2017 Oscars, Academy Awards, Candids

Christopher Polk/Getty Images

"Chanel a commencé à communiquer avec le styliste de Mlle Streep, à sa demande, pour créer une robe pour les Oscars", a dit le directeur créatif de Chanel et Fendi dans une déclaration. "Après une conversation informelle, j'ai mal compris et pensé que Mlle Streep aurait choisi un autre créateur à cause d'une rémunération. L'équipe de Mlle Streep a confirmé que ce n'était pas le cas. Je regrette cette controverse et je félicite Mlle Streep de sa 20e nomination aux Oscars."

Il s'est presque excusé !

Ceci envoie un message haut et clair sur la stature de Streep parmi les stars. En gros, Karl Lagerfeld ne veut pas se la mettre à dos. De plus, les gens qui envoient des vannes à Meryl ont tendance à... devenir le sujet de longues blagues aux Oscars.

Mais le fait que sa rétractation soit si rare (normalement, il dit qu'on l'a cité hors contexte, si on lui pose une question) en dit long sur la stature de Lagerfeld, parmi les créateurs et dans le monde de la mode en général.

Après plus de 60 ans dans le monde de la mode, y compris une moitié de siècle comme l'un des noms proéminents de la haute couture, Lagerfeld est célèbre pour bien des choses. La politesse et la discrétion n'en font pas partie.

Il a fait des commentaires douteux sur nombre de figures de la culture pop, de Streep à Adele en passant par Lady Di. Mais même s'il en a offensé plus d'une, quiconque se préoccupe de la mode se précipite pour porter ses vêtements, surtout l'iconique marque Chanel.

Madonna a peut-être soutenu Adele en 2012 quand elle a qualifié les commentaires de Lagerfeld sur le corps de la chanteuse d'"horribles", mais ce n'est pas comme si elle avait jeté à la poubelle ses mitaines Chanel après. (Lagerfeld, qui a dit qu'Adele était "un peu trop grosse", a ensuite dit qu'il était un grand admirateur et, bien sûr, que sa citation avait été prise hors contexte.)

"Peut-être qu'il voulait être dans les journaux ? Peut-être qu'il ne comprend pas ce que je fais ?", s'était demandé Heidi Klum quand Lagerfeld a dit au GQ allemand en 2009 qu'il ne la connaissait pas et qu'elle n'était pas connue en France. "Je trouve ça bizarre qu'il dise ne pas savoir qui je suis, car il m'a habillée par le passé. J'ai porté du Karl Lagerfeld." Elle a ajouté : "On ne peut pas faire plaisir à tout le monde et on ne peut pas vivre sa vie à vouloir faire plaisir à tout le monde."

Heidi Klum, Karl Lagerfeld

Dave M. Benett/amfAR12/Getty Images for amfAR

En 2012, Klum et Lagerfeld semblaient en bons termes au gala Cinema Against AIDS d'amfAR à Cannes, et, encore à ce jour, Klum est fan d'accessoires Chanel, notamment du fameux sac à bandoulière.

Certains de ses commentaires les plus caustiques pourraient être interprétés comme les songeries délirantes d'un gentleman has been qui n'a pas encore reçu le mot d'ordre que les commentaires publics sur l'apparence des femmes ne sont plus à la mode. Mais Lagerfeld a bien toute sa tête.

La franchise sans pitié qui le fait parfois dérailler vient de la même personnalité qui fait de lui le génie intrépide qu'il est, et qui, à 83 ans reste une icône pour les femmes et les hommes qui ont un quart de son âge. Il faut faire attention à l'esthétique, mais il sait bien que les apparences ne sont qu'une petite partie d'une personne.

Karl Lagerfeld, Lily-Rose Depp

Rindoff/Le Segretain/Getty Images

Quand on lui a demandé son avis sur la psychanalyse en 2015, il a répondu à T Magazine du New York Times : "Analyse ? Pour quoi faire ? Revenir à la normalité ? Je ne veux pas être normal."

"Karl m'a toujours, depuis le début, fait sentir qu'être moi-même était la chose à faire. Et dans le monde de la mode, c'est rare", a dit Kristen Stewart, une des muses de Karl Lagerfeld et ambassadrice de Chanel depuis plusieurs années maintenant, au magazine V. "C'est un artiste compulsif et obsessionnel, et c'est contagieux. Il est gentil. Il est qui il est pour une bonne raison. J'ai de la chance d'être dans son espace si souvent."

Stewart, vêtue de cuir avec un haut en cachemire de la collection Chanel Paris-Cosmopolite 2017 et une jupe en dentelle et soie noire de la collection prêt-à-porter Printemps-Été 2017, a assisté au 9e dîner pré-Oscars annuel Chanel et Charles Finch chez Madeo à West Hollywood, la veille des Oscars.

Karl Lagerfeld, Kristen Stewart

THOMAS PETER/Reuters /Landov

L'ambassadeur de la marque Pharrell Williams, qui a porté Chanel aux Oscars (tout comme Sofia Boutella), était aussi présent, ainsi que Hailey Steinfeld, Nicole Kidman, Naomi Watts, Stella Maxwell, Poppy Delevingne, Lily Collins, Adrien Brody, et Jamie Dornan et sa femme, Amelia Warner.

Dans un monde où les changements de postes dans les maisons de création sont à la mesure des échanges de joueurs des équipes de sport pro, Lagerfeld représente une force immuable pour l'instant. C'est un pont avec le passé et les "anciennes façons de faire" qui n'a pas cessé d'aller de l'avant, sachant ce que les gens les mieux habillés du monde vont vouloir porter à chaque instant.

"On ne croirait pas que c'est de la haute couture. C'est ce que j'ai trouvé avant-gardiste", a dit l'actrice et cinéaste Hélène Fillières au défilé Chanel Printemps/Eté 2014 en janvier 2014, où se trouvaient aussi Tilda Swinton et Lily Allen, et lancé par Cara Delevingne. "C'était parfaitement adapté aux femmes d'aujourd'hui."

Cela étant dit, Lagerfeld sait que personne ne va payer, à notre époque, pour moins que l'expérience de luxe entière : la haute couture comme un mode de vie plutôt qu'une tenue.

"La couture, c'est le service. Le salon, la vendeuse, la boîte, la façon dont les vêtements sont emballés et présentés à la cliente", a dit le créateur d'origine allemande au New York Times en 2003. "C'est un ensemble."

Keira Knightley s'est mariée en mai 2013 dans une robe bustier courte de Chanel avec une jupe de tulle qui faisait penser à de la barbe à papa. Puis elle a recyclé le look pour un tapis rouge à Londres en décembre, avec des collants noirs pour un look grunge et chic.

Qualifiant la robe de "très simple", Lagerfeld a décrit les noces de Knightley comme étant "parfaites" et "le mariage le moins prétentieux du monde".

Le créateur a aussi loué l'interprétation de Knightley de Coco Chanel dans son court métrage Once Upon a Time, une nette amélioration par rapport à l'interprétation d'Audrey Tautou dans le film biographique nominé aux BAFTA et aux César, Coco avant Chanel, à son avis.

Coco Before Chanel, Alessandro Nivola, Audrey Tautou

Sony Pictures Classics

"Oh, le film était mauvais. Elle a joué ça comme la libération des femmes, comme Simone de Beauvoir 30 ans avant Le Deuxième Sexe. Non, non, non. Chanel était un autre genre de femme", a-t-il dit au Telegraph. "Keira a su y faire. C'est une jeune femme amoureuse, pas une vieille fille."

Stewart a aussi joué une version de Coco dans un autre film de 11 minutes réalisé par Lagerfeld, Once and Forever, montré au défilé Chanel Métiers d'Art en décembre 2015.

"Karl est extrêmement naturel et attentionné, ce qui déteint sur les acteurs, toujours... cette confiance", a-t-elle dit à Vogue sur l'expérience. "L'intérêt qu'il porte au cinéma est clair, et travailler avec lui de cette façon est inspirant... le voir dans une autre tonalité de lumière, à réussir... « Encore une fois : avec du sentiment. »"

Lagerfeld, en dehors de ce qui peut être interprété comme ses commentaires choquants sur l'apparence ou le style d'une femme (inutile de dire qu'il serait un juge incroyable dans America's Next Top Model), est quelqu'un qui considère l'être entier de la femme avant de former un avis sur elle. Les femmes qui ont inspiré sa créativité ou stimulé son intellect sont plus qu'un assortiment de membres sur lesquels afficher ses vêtements.

"On est dans une période où on retouche trop", a observé Lagerfeld en 2013 dans une conversation au Lincoln Center, selon Fashionista. "Ça donne l'air aux mannequins de sortir d'un funérarium, toute vie sortie du visage, je déteste ça."

Julianne Moore, 2015 Academy Awards Oscars

Jordan Strauss/Invision/AP

Il a dit au Times en 2015 que Julianne Moore était son idée de la femme parfaite.

"Je ne sais pas pourquoi", a-t-il dit. "Je la trouve super. Toute sa vie, sa façon d'être dans sa vie. Et Jessica Chastain, elle est super aussi. De la jeune génération, j'adore Kristen Stewart. Elle est douée. Elle a l'air dure, mais en fait, c'est quelqu'un d'adorable."

Moore a porté Chanel aux Oscars 2015, quand elle a gagné l'Oscar de la Meilleure actrice pour Still Alice, et à nouveau aux Oscars 2016 pour être remettante.

Karl Lagerfeld, Jessica Chastain

Jim Spellman/WireImage

Chastain, une amie de longue date, a mené l'interview précédemment mentionnée avec Lagerfeld au Lincoln Center. Quand on lui a demandé ce qu'il faisait pour s'amuser, il a plaisanté : "J'admire les gens qui se détruisent."

Quand le NY Times a demandé en 2015 quels jeunes créateurs il appréciait, il n'en a nommé qu'un, mais c'était une femme, la directrice artistique d'Alexander McQueen, Sarah Burton. (Et bien sûr, son chat, Choupette, que Lagerfeld adore et dont il dit qu'elle fait de lui quelqu'un de meilleur, est une fille.)

Mais même s'il ne loue pas la prochaine génération, Lagerfeld ne doute pas de la jeunesse. Au lieu de ça, il interprète les tendances de demain à travers son œil chevronné qui a vu tout un arc de mode depuis les années 50 et qui n'a pas peur de l'avenir. Donc, Lagerfeld sait reconnaître une nouvelle star quand il en voit une, Kendall JennerGigi Hadid, Cara Delevingne, Lily-Rose Depp et Willow Smith étant parmi les favorites récentes de Chanel.

Cara Delevingne, Karl Lagerfeld, Diane Kruger

Rindoff/Le Segretain/Getty Images

Diane Kruger, ambassadrice de beauté de la marque et une fan depuis des années, a appelé la "femme Chanel" une "femme subtile, cultivée, libre", une aura développée par Coco Chanel et toujours bien en place à ce jour sous la main de son guide, Lagerfeld.

"Plus que quiconque, il représente l'âme de la mode : sans repos, avant-gardiste, et vorace et attentive envers notre culture changeante", a dit Anna Wintour en remettant à Lagerfeld l'Outstanding Achievement Award aux British Fashion Awards 2015, un an après qu'elle a reçu ce même honneur. "C'est Karl qui a réalisé, bien avant les autres, que le prêt-à-porter n'était pas juste de la haute couture allégée, mais le centre dynamique du mode de vie de la femme nouvelle et accomplie."

"Sa vision est si incroyable, et le fait qu'il fasse référence aux visions et traditions de Coco Chanel, la fusion des deux, le fait qu'il réussise ça est remarquable", a dit Blake Lively à l'ouverture en 2010 de la boutique Chanel à SoHo durant la semaine de la mode à New York, un évènement plein de VIP, y compris Kruger, Rachel BilsonSarah Jessica Parker et Paula Patton.

"Il est un univers à lui tout seul", a dit Parker. "Je trouve qu'il a été très malin et très intéressant."

"Il est iconique", a ajouté Bilson.

Dans une interview commune avec Lagerfeld publiée en mai dernier dans Harper's Bazaar, Kendall Jenner s'est souvenue de sa première rencontre avec lui.

"Avant de le rencontrer, quand on pense à Karl Lagerfeld, quelqu'un d'aussi incroyable, on se dit qu'il n'existe pas vraiment", a dit le mannequin de 21 ans. "Et ça ne la dérangeait pas qu'il ne sache pas pourquoi elle était célèbre au départ."

"On n'a pas L'Incroyable famille Kardashian ici", a dit Lagerfeld. "Je ne savais même pas qu'elle était dedans. Je l'ai vu quand ce n'était que ses sœurs et qu'elle était bébé."

"J'adore ça", a dit Kendall. "C'est très rafraîchissant."

  • Share
  • Tweet
  • Share