• Share
  • Tweet
  • Share
Anne Hathaway, Harper's BAZAAR

Alexi Lubomirski for Harper?s BAZAAR

Bien des célébrités choisissent de répondre à leurs détracteurs, mais Anne Hathaway a décidé d'ignorer les critiques — surnommés les Hathahaters — après une saison de remise de prix tumultueuse, au cours de laquelle l'opinion générale s'est retournée contre l'actrice de talent.

"Qu'est-ce qu'on est censé faire ? Prétendre que ça ne s'est jamais passé ?" déclare la belle de 31 ans en couverture du Harper's Bazaar — habillée d'une magnifique robe Giorgio Armani Privé — en parlant des critiques incessantes. "Les gens m'ont traitée d'une certaine façon, mais je m'en suis remise. Tout cette historie m'a rendue plus compatissante et aimante. Je ne m'apitoie pas sur mon sort."

Le lendemain des Golden Globe Awards, Hathaway regardait sur Google les rumeurs de grossesse l'entourant pour un projet potentiel avec Funny or Die, quand elle est tombée sur un article intitulé : "Pourquoi tout le monde déteste Anne Hathaway ?" 

Anne Hathaway, Harper's BAZAAR

Alexi Lubomirski for Harper?s BAZAAR

"Un grand coup dans l'estomac", déclare-t-elle. Voilà ce qu'elle a ressenti en lisant les gros titres. "Choquée, estomaquée, gênée. Encore maintenant, je peux sentir la honte."

"J'étais en crise", continue-t-elle. "Maintenant, ça ne me ferait rien. Rien du tout. Ça me passerait au-dessus de la tête, mais à l'époque, j'avais encore un côté Fantine [son personnage dans Les Misérables]. Je m'identifiais encore à elle et je me voyais en victime."

Un mois plus tard, Hathaway triomphe encore : elle remporte l'Oscar du Meilleur second rôle féminin dans Les Misérables. Malheureusement, l'opinion générale continue de fléchir et son Oscar est complètement éclipsé par la robe rose pâle de Prada qu'elle porte sur le tapis rouge.

Hathaway avait décidé de la porter à la dernière minute, car sa co-vedette des Misérables Amanda Seyfried portait "une version lilas" de son premier choix, bien que les robes aient été signées de deux créateurs différents.

Anne Hathaway, Harper's BAZAAR

Alexi Lubomirski for Harper?s BAZAAR

La veille des Oscars, "je n'avais pas de robe", se rappelle Hathaway. "Normalement, ça ne me dérangerait pas. Mais il me fallait vraiment une robe. Tout le monde me détestait déjà, alors il fallait vraiment une robe."

Le lendemain, la fameuse robe Prada était livrée à la porte de l'actrice. "J'ai fait : «Waouh ! Je peux porter ça. Elle est magnifique. C'est parfait. C'est moderne. C'est minimaliste. Je regarde dans la glace, je me tourne vers Adam et je dis : «On dirait que mes tétons sont durs». Il répond : «Tu es magnifique. Ça te fait des seins pointus. Le tapis rouge est bientôt terminé. Il faut y aller.»"

Bien que l'actrice ait été magnifique sur le tapis rouge, ce choix vestimentaire malheureux n'est pas passé sur Twitter, où un compte AnneHathawayNipples ("les tétons d'Anne Hathaway") a même été créé. 

Les critiques ont poussé Hathaway à se terrer dans l'ombre un petit moment, et l'actrice a déclaré au Huffington Post en janvier 2014 : "J'ai l'impression que les gens avaient besoin de moins me voir."

Anne Hathaway, Oscars 2013

Jason Merritt/Getty Images

Cependant, cette décision de s'éloigner des studios hollywoodiens n'avait pas entièrement été laissée à sa discrétion. "Certains réalisateurs m'ont dit : «Je te trouve géniale. Tu es parfaite pour ce rôle, mais je ne sais pas si le public t'acceptera à cause de tout ce qui s'est passé, toutes ces critiques»", se rappelle-t-elle en parlant des castings après sa victoire aux Oscars.

Hathaway tourne actuellement The Intern aux côtés de Robert De Niro, et elle vient de terminer Interstellar avec Matthew McConaughey, qui sort le 5 novembre 2014 en salle. "Une fois qu'on a annoncé que je faisais Interstellar, le téléphone a recommencé à sonner, Dieu merci", se rappelle-t-elle. 

Quelle est la tenue la plus osée que l'actrice ait portée jusqu'ici ? 

"Cette satanée robe des Oscars !" déclare-t-elle en riant. "Maintenant que vous savez toute l'histoire, on peut dire que c'est la robe la plus osée que j'aie jamais portée. Elle n'en avait pas l'air, mais c'était le cas."