• Share
  • Tweet
  • Share
Charlie Sheen, ABC News

ABC News

Cela fait plus d'un an que Charlie Sheen a révélé être séropositif et près de six ans depuis son fameux pétage de plomb en public, qu'il surnomme la "fureur des stéroïdes".

L'ancien acteur de Mon oncle Charlie et Anger Management, qui fait actuellement la promo de sa nouvelle comédie intitulée Mad Families, avait dévoilé en novembre 2015 que lorsqu'il avait découvert qu'il avait contracté le virus, il pensait rapidement mourir.

Au cours d'une interview avec Michael Strahan d'ABC News diffusée dans Good Morning America mercredi, l'acteur s'est souvenu avoir "immédiatement voulu se tirer une balle" le jour où il a appris qu'il était séropositif.

"Mais ma mère était là", a-t-il ajouté. "Je ne ferais pas ça devant elle ou ne la laisserais pas me trouver et nettoyer tout ça." 

Charlie a expliqué dans une lettre en 2015 que la découverte de sa séropositivité l'avait poussé dans une spirale de consommation de drogues, ce qu'il appelle une "course au suicide", avant d'ajouter : "Le problème, c'est que j'avais oublié que j'étais trop fort pour un départ aussi lâche. Malgré cette odyssée répugnante et horrible, je faisais attention à mon traitement anti-viral."

L'acteur de Platoon se sent mieux aujourd'hui et déclare : "Comme tout le monde, il y a des jours meilleurs que d'autres, mais la plupart des jours sont super cool. Je sors dans la rue et je reçois des accolades chaleureuses et beaucoup d'amour en ce moment."

Charlie a précisé au présentateur que depuis huit mois, il participe à un protocole de la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, ndlr) pour tester un médicament contre le VIH nommé PRO 140. CytoDyn Inc., la société de biotechnologie qui a développé le médicament, a annoncé mercredi avoir fait une demande d'approbation rapide par la FDA pour que le PRO 140 soit considéré comme un traitement du VIH-1 pour les patients n'ayant pas bien réagi à la thérapie antirétrovirale (ARV).

"Nous sommes sur le point d'être agréés, et il ne s'agit plus de cet horrible cocktail qui a beaucoup d'effets secondaires, émotionnels et physiques, il s'agit d'une seule piqûre par semaine", a expliqué Charlie. "Ça se passe bien, et j'ai l'impression de porter le flambeau pour plein de gens qui souffrent du même truc."

L'acteur a révélé qu'il était séropositif plus de quatre ans après son pétage de plomb de 2011, qui avait été suivi d'un séjour en centre de désintox.

À cette époque, il était coutumier des diatribes pleines de grossièretés, d'expressions qui sont devenues célèbres comme "sang de tigre" et "je gagne", et avait vivement critiqué le co-créateur de Mon oncle Charlie, ce qui lui avait valu d'être renvoyé de la série. À l'époque, quand on lui avait demandé s'il se droguait, il avait dit à ABC News que "se faire 7 grammes était trop bon" et "Je prends de la drogue. Elle s'appelle Charlie Sheen !"

L'acteur a expliqué à Michael Strahan qu'il était victime de "la fureur des stéroïdes".

Il a poursuivi : "Je prenais trop de crème de stéroïdes. J'essayais de maintenir ma libido. Ça se transforme en fureur liée aux stéroïdes. Toute cette odyssée. C'était accidentellement dû aux stéroïdes. Mais ça a donné des bonnes phrases, non ? Il y a eu quelques moments sympas. C'est très bizarre, très bizarre, très bizarre."

Charlie a conclu en disant : "Au bout du compte, dans notre ADN, je pense qu'on est la somme de toutes nos expériences, bonnes et mauvaises. Mais elles ne nous dirigent pas. C'est parfois sympa à regarder, mais c'est aussi un peu dérangeant. On se dit : « Qu'est-ce que tu as foutu ? »"