• Share
  • Tweet
  • Share
Susan Sarandon, Tribeca Film Festival

Dimitrios Kambouris/Getty Images for IWC

Susan Sarandon en train d'halluciner après avoir pris des champignons magiques ?! Ça, ça vaudrait le coup d'œil !

Dans une interview vérité avec The Daily Beast, l'actrice oscarisée de 67 ans ne se cache pas. Elle revient aussi bien sur son expérience à Burning Man (le festival annuel de l'art et de la musique qui soutient "l'expression radicale de soi"), la légalisation de la marijuana et son histoire d'amour folle avec une rock star très célèbre.

Imaginez que toutes les stars soient aussi cool qu'elle, ce serait génial, non ?

Après avoir admis qu'elle avait passé un moment "sensass" à Burning Man l'an dernier, la maman de trois enfants a répondu qu'elle n'était pas étrangère aux hallucinogènes, quand on lui a demandé si elle avait pris des drogues psychédéliques au festival de Black Rock City.

"Eh bien, c'est déjà très psychédélique pour commencer. Mais oui, j'ai déjà essayé les champignons", a-t-elle admis. "Je n'aime pas vraiment les trucs chimiques, en fait. Timothy Leary (un psychologue américain connu pour avoir défendu les drogues psychédéliques) était un de mes amis, alors il avait de l'acide pure, mais je ne cherche pas vraiment de trucs chimiques, je n'aime pas me sentir speed. Mais j'ai essayé l'ayahuasca et j'ai essayé les champignons et ce genre de choses. Mais j'aime essayer ces drogues en plein air : je n'aime pas tripper en ville."

L'actrice de Thelma et Louise a admis qu'il y a un temps et un lieu pour prendre de la drogue et a avoué qu'elle "soutenait complètement cette méthode pour recadrer son univers".

"Mon attitude envers la marijuana et tout le reste, c'est : «Ne soyez pas stone si vous devez faire semblant de ne pas l'être», alors je n'ai jamais pris de drogue quand je m'occupais de mes enfants", a-t-elle déclaré. "J'aime bien en prendre au Grand Canyon, ou dans les bois. Il faut être préparé, ne pas avoir de responsabilités. Ça vous rappelle votre espace dans l'univers — votre place dans l'univers — et recadre les choses dans votre vie. Je pense qu'on peut vivre des expériences très viscérales."

La star de La Dernière marche n'a pas fait que parler des drogues qu'elle a prises dans le temps, elle a aussi exprimé ses vues sur la marijuana et a réaffirmé son soutien à sa légalisation. 

Susan Sarandon

Steve Granitz/WireImage

"Ça va finir par être légalisé partout, et ce sera un moment critique intéressant", a-t-elle dit de cette drogue douce. "Franchement, si plus de gens fumaient au lieu de boire... les gens ne sont pas méchants quand ils fument de l'herbe, ils ne frappent pas leurs épouses quand ils fument de l'herbe, ils ne conduisent pas comme des fous quand ils fument de l'herbe. Ils ont faim, ne sortent pas de chez eux et rigolent beaucoup. Je pense que le monde serait beaucoup plus serein."

Elle a aussi déclaré qu'elle devrait être traitée comme une "substance contrôlée" mais a noté que "la marijuana n'a jamais tué personne".

"Quand on voit l'argent dépensé pour incarcérer les gens, l'argent dépensé pour combattre la drogue, et que les cartels sont en liberté, c'est dingue", a-t-elle expliqué.

Mais Sarandon ne s'est pas confiée ouvertement que sur le sujet de la drogue. L'actrice de talent, qui a déclaré qu'elle avait "tendance à être monogame", a également admis avoir eu une aventure avec une rock star très célèbre : David Bowie.

"Il mérite qu'on l'idolâtre. Il est extraordinaire", a-t-elle déclaré en parlant du musicien britannique, avec qui elle a eu une brève aventure dans les années 80 quand ils tournaient tous les deux Les Prédateurs. "C'était une période très intéressante. Je n'étais pas censée avoir des enfants, je suis l'aînée de neuf enfants et je me suis occupée d'eux, alors je n'avais pas l'intention de me marier et d'élever des enfants, alors cela change complètement le genre de personne qu'on recherche. Mais Bowie est quelqu'un de très intéressant et de très intelligent. Il a beaucoup de talent, et c'est un peintre, et… il est formidable."

On peut en dire autant sur Sarandon.