• Share
  • Tweet
  • Share
Prince Jackson, La Toya Jackson, Prince Michael Jackson II, Blanket, Paris Jackson

Tasos Katopodis/Getty Images

La Toya Jackson insiste qu'elle n'essaie pas du tout de se faire de l'argent sur le dos des trois enfants de Michael.

La sœur de Michael, qui participe actuellement à l'émission All-Star Celebrity Apprentice, dément avoir fait engager les enfants de son regretté frère Michael Jackson par son agence et négocié une émission de télé-réalité pour ses neveux Prince et Blanket et sa nièce Paris Jackson.

"L'histoire publiée dans le New York Post est complètement fausse de bout en bout", a déclaré l'agent de La Toya lundi, dans un communiqué à E! News. "Ni La Toya ni son agence ne représentent les enfants de MJ au niveau légal et elle n'a reçu aucune commission ou paiement pour leurs projets individuels. C'est une tante dévouée, quand les enfants lui demandent son aide ou ses conseils, elle les soutient à 100 pour cent, et continuera de le faire."

"De plus", continue le communiqué, "personne ne cherche à faire une émission de télé-réalité avec les enfants. Paris a conclu un contrat pour un film il y a plus d'un an directement avec la société de production, et La Toya n'avait rien à y voir."

Le Post a aussi rapporté que la société de production de La Toya, Ja-Tail Entertainment, avait trouvé le travail de Prince comme correspondant d'Entertainment Tonight et son rôle dans 90210 Beverly Hills Nouvelle Génération.

"L'an dernier", a clarifié son agent, "Prince a continuellement demandé de l'aide à sa tante pour lancer sa carrière car elle possède déjà l'infrastructure nécessaire.  Quand elle a demandé à son neveu ce qu'il voulait pour son anniversaire, il a répondu qu'il voulait seulement un travail. C'est alors qu'elle a assidûment commencé à l'assister dans sa carrière et c'est là qu'il a décroché Entertainment Tonight et ensuite 90210 Beverly Hills Nouvelle Génération.

"La Toya est en train de consulter ses avocats pour savoir quelles actions prendre contre ces accusations fausses et dénigrantes faites par le NY Post et d'autres publications."