Becoming, Michelle Obama, Book

Crown Publishing Group

Michelle Obama parle de choses très personnelles dans ses nouveaux mémoires, Devenir.

Dans les pages de son livre, l'ancienne première dame des États-Unis parle de tout, de la rencontre avec son mari, Barack Obama, à leur mariage en passant par leurs difficultés à concevoir des enfants. Elle partage aussi des histoires sur son temps à la Maison-Blanche et la fin de la présidence de son mari avec ses lecteurs.

"Alors que j'ai repensé à mon parcours, j'ai tant appris sur d'où je viens, sur les gens et les moments qui m'ont définie, sur les difficultés et les évolutions au fil du temps", a dit Michelle à ses abonnés sur Instagram mardi. "Mais surtout, j'ai appris à embrasser l'intégralité de mon histoire : en tous points." 

"Comme je l'écris dans la préface, « Votre histoire est ce que vous avez, ce que vous aurez. C'est quelque chose que vous possédez. » J'espère que ce livre vous parlera, même sur des petites choses", a-t-elle continué. "J'espère que vous y trouverez quelque chose qui résonne pour vous dans votre vie. Surtout, j'espère que chacun de vous embrassera la beauté de qui vous êtes, et je vous souhaite le meilleur dans votre propre processus de devenir." 

Voici cinq révélations-chocs qu'on a apprises dans Devenir :

  

"On y est enfin ! Je suis très contente de partager ces mémoires avec vous aujourd'hui ! Alors que j'ai repensé à mon parcours, j'ai tant appris sur d'où je viens, sur les gens et les moments qui m'ont définie, sur les difficultés et les évolutions au fil du temps. Mais surtout, j'ai appris à embrasser l'intégralité de mon histoire : en tous points. Comme je l'écris dans la préface, « Votre histoire est ce que vous avez, ce que vous aurez. C'est quelque chose que vous possédez. » J'espère que ce livre vous parlera, même sur des petites choses. J'espère que vous y trouverez quelque chose qui résonne pour vous dans votre vie. Surtout, j'espère que chacun de vous embrassera la beauté de qui vous êtes, et je vous souhaite le meilleur dans votre propre processus de devenir. Allez sur becomingmichelleobama.com et partagez votre propre histoire de devenir #IAmBecoming avec moi." 

1. Les Obama n'ont pas perdu de temps avant de passer aux choses sérieuses : "Dès que je me suis autorisée à ressentir quoi que ce soit pour Barack, les sentiments m'ont envahie : une explosion de désir, gratitude, épanouissement et émerveillement", écrit-elle. "Toutes mes inquiétudes sur ma vie, ma carrière, ou même sur Barack lui-même ont semblé s'effacer avec ce premier baiser, remplacées par un besoin intense de mieux le connaître, de tout explorer et découvrir à son sujet le plus vite possible." 

"Peut-être parce qu'il devait retourner à Harvard un mois après, on n'a pas perdu de temps avant de passer aux choses sérieuses", a-t-elle continué. "Je n'étais pas prête à avoir un petit ami qui dormait sous le même toit que mes parents, alors j'ai commencé à passer les nuits dans l'appartement de Barack, un petit studio au premier étage au-dessus d'une boutique dans une section bruyante de la 53e Rue." 

Michelle Obama, Barack Obama

Kevin Dietsch/CNP via ZUMA Wire

2. Son père pensait que la relation ne durerait pas : "Mon père a tout de suite aimé Barack, mais il ne pensait pas qu'il avait une chance", écrit-elle. "Après tout, il m'avait vue larguer mon petit ami de lycée David aux portes de Princeton. Il m'avait vue quitter Kevin le joueur de foot en fac dès que je l'ai vu dans une tenue de mascotte. Mes parents savaient qu'ils ne devaient pas trop s'attacher. Ils m'avaient élevée pour que je dirige ma propre vie, et c'est ce que je faisais. J'étais trop concentrée et trop occupée, avais-je dit à mes parents bien des fois, pour faire de la place pour un homme." 

Elle explique ensuite que, selon son frère, Craig Robinson, après leurs premières présentations, "mon père a secoué la tête et a ri, en nous regardant, Barack et moi, nous éloigner. « Un type sympa », a-t-il dit. « Dommage qu'il ne durera pas. »" 

Michelle Obama, Barack Obama

Twitter

3. Barack a fait sa demande en mariage après avoir dit à Michelle qu'il "ne voyait pas vraiment l'intérêt" de se marier : le jour où Barack a passé le barreau, le couple a fêté ça dans un de leurs restaurants préférés, Gordon. En fin de repas, il a abordé le sujet du mariage, disant qu'il n'en "voyait pas l'intérêt". Ils ont ensuite eu une discussion tendue, et Michelle fait remarquer que "c'est moi qui étais clairement plus enflammée".

"Puis, notre serveur est arrivé avec le dessert, couvert d'une cloche en argent", écrit-elle. "Il l'a glissé devant moi et a levé la cloche. J'étais presque trop énervée pour regarder, mais quand je l'ai fait, j'ai vu une boîte en velours sombre à la place du gâteau au chocolat. Il y avait une bague en diamant à l'intérieur." 

"Barack m'a regardée, goguenard. Il m'avait fait marcher", se souvient-elle. Michelle ajoute ensuite que Barack lui a dit d'un ton léger : "Eh bien, voilà qui devrait te clouer le bec." 

4. Le couple a fait une FIV après une fausse couche : "En fait, même deux individus déterminés et engagés qui s'aiment profondément et ont une éthique de travail solide ne peuvent pas engendrer une grossesse par leur simple volonté", écrit Michelle. "La fertilité n'est pas une chose qu'on conquiert. C'est exaspérant, mais il n'y a pas de ligne directe entre l'effort et la récompense. Pour Barack et moi, c'était aussi surprenant que décevant. Peu importe nos efforts, on n'arrivait pas à ce que je tombe enceinte." 

"On a eu un test de grossesse positif, et nous avons tous deux oublié tous nos soucis et étions fous de joie, mais deux semaines après, j'ai fait une fausse couche. J'étais mal physiquement, et notre optimisme s'était effondré", écrit-elle. Puis Michelle partage que Barack et elle ont vu un médecin spécialiste en fertilité, qui a fini par recommander d'essayer une FIV. Cela a mené le couple à concevoir leur fille Malia Obama, et quelques années plus tard, Sasha Obama.

Barack Obama, Michelle Obama, Donald Trump, Melania Trump

John Angelillo-Pool/Getty Images

5. Michelle a même "arrêté d'essayer de sourire" à l'investiture de Donald Trump : "Ce jour-là, je ressentais tout en même temps : fatigue, fierté, détresse, enthousiasme", écrit Michelle dans son épilogue sur l'investiture de Donald Trump en janvier 2017. "Mais surtout, j'essayais de me contenir, sachant que les caméras de télé suivaient tous nos faits et gestes." 

"Assise sur la scène d'investiture devant le Capitole pour la troisième fois, j'ai tout fait pour contenir mes émotions", écrit-elle. "La diversité éclatante des deux investitures précédentes avait disparu, remplacée par ce qui semblait être une uniformité désolante, le genre de tableau d'hommes blancs que j'avais vu tant de fois dans ma vie, surtout dans les espaces les plus privilégiés, les corridors du pouvoir où je m'étais retrouvée depuis que j'avais quitté mon enfance. Ce que je savais en ayant travaillé dans des environnements professionnels — du recrutement de nouveaux avocats pour Sidley & Austin au recrutement du personnel à la Maison-Blanche — c'est que l'uniformité engendre l'uniformité, jusqu'à ce qu'on fasse un effort délibéré de la contrecarrer." 

"En regardant les 300 personnes assises sur scène ce matin-là, les invités du nouveau président, il m'a semblé clair qu'à la nouvelle Maison-Blanche, cet effort n'allait pas être fait", continue Michelle. "Quelqu'un du gouvernement de Barack aurait dit que l'optique était mauvaise, que ce que le public voyait ne reflétait pas la réalité ou les idéaux du président. Mais dans ce cas, c'était peut-être le cas. En le réalisant, j'ai fait mon propre ajustement optique : j'ai arrêté d'essayer de sourire."

Devenir est actuellement disponible.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.