La gymnaste McKayla Maroney et sa mère Erin Maroney dénoncent Larry Nassar, le médecin de l'équipe de gymnastique Team USA, qui a plaidé coupable d'agressions sexuelles envers 10 anciennes patientes devant une cour du Michigan le mois dernier. 

Après avoir eu l'intention de lire une déclaration à haute voix en tant que victime devant la cour avant qu'un jugement ne soit prononcé, McKayla Maroney, qui faisait partie des "Fierce Five" de l'équipe américaine de gymnastique championne olympique en 2012, a préféré rédiger une lettre, dans laquelle elle raconte les aggressions qu'elle a subies et l'impact qu'elles ont eues sur elle, qui sera lue en privé par le juge du Michigan, chargé de rendre son verdict dans l'affaire de pédopornographie à l'encontre du médecin.

La jeune femme et ses parents demandent à la cour qu'elle condamne Nassar à la peine maximale prévue, soit 60 ans de prison.

La semaine dernière, le juge fédéral a estimé que les déclarations des victimes ne pouvaient pas être lues à haute voix devant la cour, mais celles de McKayla Maroney et de sa mère ont été rendues publiques par leurs avocats.

Erin Maroney, la mère de la victime a ainsi écrit au juge : "J'ai... appris il y a quelques semaines que [Nassar] a drogué ma fille lors du championnat du monde de Tokyo, qu'il l'a fait se coucher nue sur une table de soin, avant de la chevaucher et de la pénétrer avec ses doigts tout en frottant son pénis en érection contre elle... Elle n'avait que 15 ans. Elle m'a dit : « Maman, j'ai cru que j'allais mourir. »"

"Cette expérience a brisé McKayla", a-t-elle poursuivi. "Elle a transformé cette athlète de classe internationale pleine d'entrain, positive et aimante, en jeune adulte profondément déprimée, et parfois suicidaire. Il m'est arrivée d'ouvrir la porte de sa chambre en me demandant si je n'allais pas la retrouver morte."

La lettre de McKayla Maroney détaille comment les agressions ont commencé à 13 ans, la nuit la plus "effrayante" de sa vie et comment elle a été trahie.

La voici dans son intégralité :

U.S. Women's Gymnastic Team, 2012 Olympics, Aly Raisman, Gabby Douglas, Jordyn Wieber, McKayla Maroney, Kyla Ross

Cameron Spencer/Getty Images

"Cher juge Neff, d'aussi loin que je me souvienne, la gymnastique a toujours été ma vie. Enfant, ma mère disait : « Il faut que je fasse faire de la gymnastique à cette enfant, pour la fatiguer. » On peut dire que j'ai commencé dès l'âge de 18 mois. J'ai toujours été à l'aise dans un gymnase, c'est un peu comme une deuxième maison. J'avais 7 ans lors de ma première compétition. Je me souviens de m'être préparée pour la rencontre. Je me suis fait une tresse avec un joli nœud, avec quelques paillettes. Je portais un super justaucorps, avec un survêtement assorti. La vie était belle, j'étais jolie… et j'étais persuadée de participer un jour aux Jeux olympiques !"

McKayla Maroney, Olympians watching Olympics

THOMAS COEX/AFP/Getty Images

"Les Jeux olympiques donnent de la joie et de l'espoir aux gens. Ça donne envie aux gens de se battre pour atteindre leurs rêves, car tout est possible à force de dévouement et de travail. Je me souviens d'avoir regardé les Jeux olympiques de 2004. J'avais 8 ans, et je m'étais dit qu'un jour je porterais ce justaucorps rouge, blanc et bleu, et que je me battrais pour mon pays. Bien sûr, vue de l'extérieur, c'est une histoire remarquable et incroyable. J'ai réussi. J'y suis allée, mais ça m'a coûté. J'ai intégré l'équipe nationale américaine à l'âge de 14 ans, et j'ai commencé à faire des compétitions pour mon pays à travers le monde. Quand j'ai rencontré Larry Nassar pour la première fois, c'était le médecin de l'équipe nationale et de l'équipe olympique. On m'avait dit de lui faire confiance, qu'il soignerait mes blessures et qu'il me permettrait d'accomplir mon rêve olympique. Le Dr Nassar m'a dit que je recevais « un traitement médical nécessaire qu'il avait administré à ses patients depuis plus de 30 ans »."

"À mon grand étonnement, il s'avère que le Dr Nassar n'était pas un médecin, c'était et ce sera toujours un pédophile, et un être humain monstrueux. C'est tout ! Il a abusé de ma confiance, il a abusé de mon corps et il m'a laissé des bleus à l'âme qui risquent de ne jamais disparaître."

McKayla Maroney

Instagram

"Tout a commencé quand j'avais 13 ou 14 ans, lors d'un des premiers camps d'entraînement pour l'équipe nationale, au Texas, et ça ne s'est arrêté que lorsque j'ai quitté ce sport. Il semble que cet homme "m'ait traitée" à chaque fois qu'il le pouvait et où il le pouvait. C'est arrivé à Londres avant que mon équipe et moi décrochions la médaille d'or, et c'est arrivé avant que je gagne la médaille d'argent individuelle."

"Pour moi, j'ai vécu la nuit la plus effrayante de ma vie à 15 ans. J'avais voyagé toute la journée et toute la nuit avec mon équipe pour arriver à Tokyo. Il m'avait donné un somnifère pour le vol, et quand j'ai repris mes esprits, j'étais seule avec lui dans sa chambre d'hôtel pendant qu'il me donnait un « traitement ». J'ai cru que j'allais mourir cette nuit-là. Comme les parents n'étaient pas autorisés pendant les camps d'entraînement de l'équipe nationale, ma mère et mon père n'ont pas pu observer ce que Nassar faisait, et ça a créé un terrible sentiment de culpabilité injustifiée de la part de ma chère famille."

"Larry Nassar mérite de passer le reste de ses jours en prison. Non seulement à cause de ce qu'il m'a fait à moi et mes coéquipières et à tant d'autres petites filles, mais il doit rester derrière les barreaux pour ne plus jamais attaquer d'autres enfants. Je vous exhorte à lui infliger la peine maximale."

"Depuis que j'ai rendu publique mon histoire, j'ai été inspirée et encouragée par l'amour et le soutien de mes anciennes coéquipières, mes fans et plein d'autres bonnes personnes. Les gens devraient savoir que les agressions sexuelles d'enfants n'ont pas lieu qu'à Hollywood, dans les médias ou dans les couloirs du Congrès. Ça arrive partout. À chaque fois que quelqu'un est en position de pouvoir, il semble qu'il y ait un risque d'abus. J'avais le rêve d'aller aux Jeux olympiques, mais ce que j'ai dû endurer pour y parvenir était inutile et dégoûtant. J'ai été profondément peinée par les histoires de mes coéquipières de l'équipe olympique qui ont souffert entre les mains de Larry Nassar. Plus de 140 femmes et filles ont dû dire #MoiAussi concernant les agressions sexuelles de Nassar et des centaines d'autres ont été ses victimes pour créer les images pornographiques qui comblaient ses désirs machiavéliques."

"Une question ne cesse d'être posée : comment Larry Nassar a pu agresser autant de femmes et de filles pendant plus de deux décennies ? La réponse vient de l'échec de non pas une mais trois grandes institutions pour l'arrêter : l'université d'État du Michigan, la fédération américaine de gymnastique et le comité olympique américain. Quand mon histoire est devenue publique, le comité olympique américain a déclaré : « On vérifie les antécédents de chaque médecin qui travaille avec nos athlètes, y compris via une évaluation de son permis d'exercer. Malheureusement, ce prédateur n'a été identifié par aucune organisation pendant la période en question. »"

"Des articles dans les plus grands journaux et médias américains avancent la thèse que les formateurs et entraîneurs de l'université d'État du Michigan ont reçu des plaintes à l'encontre de Nassar dès la fin des années 90. Ces plaintes ont été ignorées. Nassar n'avait pas la licence pour exercer la médecine au Texas, et pourtant il a « traité » et maltraité des filles au centre d'entraînement olympique de Karolyi Ranch à Huntsville, au Texas pendant plus de 15 ans. En 2014, Nassar avait fait l'objet d'une enquête de la part de l'université d'État du Michigan à propos de nouvelles plaintes concernant des comportements sexuels abusifs. L'instruction bâclée avait conclu que les actions de Nassar, qui étaient des agressions sexuelles a reconnu depuis l'intéressé, étaient des traitements médicaux légitimes. Il avait été autorisé à retourner travailler à l'université d'État du Michigan où il a continué d'agresser sexuellement des jeunes filles. La fédération américaine de gymnastique et le comité olympique américain n'ont jamais été informés d'une telle enquête. Quand d'autres athlètes olympiques et de l'équipe nationale se sont plaints de Nassar auprès de l'équipe de gymnastique américaine en 2015, il a eu le droit de prendre sa retraite en tant que médecin de l'équipe américaine olympique et l'université d'État du Michigan State n'a jamais été informée des plaintes portées à son encontre."

Nassar est retourné à l'université d'État du Michigan et aurait continué d'agresser sexuellement des jeunes filles jusqu'à ce qu'il soit finalement arrêté environ un an plus tard. Voici un fait tout simple : si l'université d'État du Michigan, la fédération américaine de gymnastique et le comité olympique américain avaient prêté attention aux signaux d'alerte concernant le comportement de Larry Nassar, je ne l'aurais jamais rencontré, il ne m'aurait jamais « traitée », et il ne m'aurait jamais agressée sexuellement. J'espère que les autorités fédérales et celles de l'État ne refermeront pas le scandale Larry Nassar, une fois qu'il aura reçu sa condamnation bien méritée. Il est temps que les dirigeants de l'université d'État du Michigan, de la fédération américaine de gymnastique et du comité olympique américain soient tenus responsables d'avoir permis et dans certains cas d'avoir facilité ses crimes."

"Notre silence a donné du pouvoir aux mauvaises personnes pendant trop longtemps, et il est temps de reprendre ce pouvoir. Merci, McKayla Maroney."

Après avoir négocié avec le FBI, Nassar a déclaré être prêt à accepter une condamnation entre 22 et 27 ans de prison pour pédopornographie. Le parquet exhorte le juge à considérer la peine maximale.

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.