Rose McGowan, Meryl Streep

Getty Images

Meryl Streep répond au tweet de Rose McGowan qui l'accuse d'"hypocrisie".

Le 16 décembre, Rose McGowan est allée sur Twitter pour répondre à la nouvelle selon laquelle les actrices à Hollywood avaient l'intention de s'habiller tout en noir pour protester contre le harcèlement sexuel lors des Golden Globes 2018.

"Des actrices, comme Meryl Streep, qui ont gentiment travaillé avec Le Monstrueux Porc, vont porter du noir aux @GoldenGlobes pour protester silencieusement. VOTRE SILENCE est LE problème. Vous accepterez une fausse récompense avec le souffle coupé en ne produisant aucun véritable changement. Je méprise votre hypocrisie. Vous devriez peut-être toutes porter du Marchesa", a déclaré Rose McGowan qui a effacé son tweet depuis.

En réponse à l'actrice en colère, le porte-parole de Meryl Streep a publié un communiqué adressé à E! News.

"Ça m'a fait mal d'être attaquée par Rose McGowan en unes de la presse ce week-end, mais je veux qu'elle sache que je n'étais pas au courant des crimes de Weinstein, ni dans les années 90, quand il l'a agressée, ni dans les décennies suivantes, quand il s'en est pris à d'autres. Je ne me suis pas tue délibérément. Je n'étais pas au courant. Je n'ai pas tacitement accepté les viols. Je ne savais pas. Je n'aime pas que des jeunes femmes se fassent agresser. Je ne savais pas ce qui se passait", peut-on lire en préambule. "Je ne sais pas où Harvey vit, et il n'est jamais venu chez moi. Je n'ai jamais été invitée dans sa chambre d'hôtel. Je suis allée une fois à son bureau, pour un rendez-vous avec Wes Craven au sujet de « La Musique de mon cœur » en 1998."

Le communiqué se poursuit ainsi : "HW a distribué des films que je faisais avec d'autres personnes. HW n'était pas metteur en scène ; il était souvent producteur, il mettait principalement en avant des films faits par d'autres, certains bons films et d'autres moins bons. Mais tous les acteurs, actrices et réalisateurs qui ont fait des films qu'il a distribués ne savaient pas que HW agressait les femmes, ou qu'il avait violé Rose dans les années 90, ou d'autres femmes avant et après, jusqu'à ce qu'on nous le dise. Nous ne savions pas que ses complices et lui achetaient le silence de ces femmes. HW n'avait pas besoin que nous soyons au courant parce que notre association avec lui lui donnait de la crédibilité, la possibilité d'attirer de jeunes aspirantes actrices et de leur faire du mal."

Le communiqué de Meryl Streep précise : "Il avait beaucoup plus besoin de moi que moi de lui, et il a fait en sorte que je ne sois pas au courant. Apparemment, il a engagé des anciens du Mossad pour empêcher que ces informations ne soient rendues publiques. Rose et les nombreuses autres victimes de ces hommes de pouvoir, riches et sans pitié, ont dû faire face à un ennemi pour qui la victoire à tout prix était la seule issue possible. C'est pourquoi un fonds d'assistance juridique aux victimes est en train d'être créé et financé par des centaines de personnes de bonne volonté dans notre milieu pour faire tomber ces salauds et aider à combattre ce fléau de l'intérieur."

La grande actrice aborde ensuite le fameux tweet de Rose McGowan : "Rose a présumé et a déclaré des choses fausses à mon égard, et je voulais qu'elle sache la vérité. Grâce à des amis qui la connaissent, je lui ai transmis mon numéro de téléphone dès que j'ai lu les gros titres. Je suis restée près du téléphone hier et ce matin, en espérant pouvoir lui exprimer à elle et aux autres victimes mon plus grand respect pour avoir trouvé le courage de mettre en évidence les monstres dans notre milieu et pour lui exprimer ma sympathie pour la douleur muette dont elle souffre. Personne ne peut redonner ce que des hommes qui se croient tout permis comme Bill O'Reilly, Roger Ailes et HW ont pris à ces femmes qui ont vu leur corps agressé et se sont vues dans l'incapacité de gagner leur vie. Et j'espère qu'elle voudra bien m'entendre. Ce n'est pas le cas pour l'instant, mais j'espère qu'elle lira ceci."

Le communiqué se termine ainsi : "Je suis vraiment désolée qu'elle me voie comme un adversaire parce que nous sommes toutes les deux, avec toutes les femmes dans notre industrie, en train de défier le même ennemi implacable : le statu quo qui voudrait revenir à ce passé sombre, où les femmes étaient utilisées, abusées, et où on leur refusait de prendre des décisions et les postes les plus élevés à Hollywood. C'est dans ces endroits que les affaires sont étouffées. Ces lieux doivent être désinfectés et intégrer des femmes avant que le moindre changement soit possible."

Rose McGowan a tweeté lundi soir : "La phrase sur Marchesa était indigne de moi, et je m'en excuse. Voir cette photo d'Alyssa Milano avec GC a déclenché une colère chez moi que je ne peux pas vraiment expliquer. Il n'y a pas de feuille de route pour le chemin que j'emprunte, je vais dire des conneries. Que la paix soit avec vous, que la Seigneure soit avec vous."

Début octobre, le New York Times a publié une enquête sur Weinstein, à propos d'allégations de comportements sexuels abusifs depuis plus d'une décennie. En réponse, Charles J. Harder, un des avocats de Weinstein, a déclaré à E! News que l'article était "bourré de déclarations fausses et diffamatoires".

Meryl Streep a publié un communiqué dans les jours qui ont suivi l'enquête pour dire qu'elle était "horrifiée" par les allégations à l'encontre de Weinstein.

  • Share
  • Tweet
  • Share