• Share
  • Tweet
  • Share
Kesha, Dr. Luke, Lukasz Gottwald

Ethan Miller/Michael Kovac/Getty Images for City of Hope

Dr. Luke aurait critiqué les efforts de Kesha pour perdre du poids derrière son dos, quand ils travaillaient ensemble, selon des e-mails soumis à un tribunal de New York, dans un nouvel effort de la chanteuse pour rompre ses liens avec son producteur avec lequel elle est en procès depuis deux ans.

Ses avocats ont inclus ces messages dans leur demande cette semaine d'invalider deux contrats de disque signés par Kesha avec Dr. Luke, "afin qu'elle soit libérée de son agresseur et qu'elle se reconstruise physiquement, émotionnellement et mentalement".

"Kesha et ses défenseurs continuent de nous tromper en refusant de divulguer un grand nombre de preuves montrant la mauvaise foi de Kesha Sebert et de ses représentants, ce qui leur fait énormément de tort", a répondu l'avocat de Dr. Luke. "Cela montre également l'énorme soutien que Dr. Luke a fourni à Kesha concernant des problèmes artistiques et personnels, y compris les préoccupations de Kesha envers son poids."

"Plutôt que d'accepter de tout dévoiler, Kesha et ses avocats ont rendu public de manière incorrecte, sans la permission du tribunal, trois e-mails sortis de leur contexte qui ne donnent pas une image complète de la situation", a ajouté son avocat. "Dr. Luke a hâte d'obtenir pleinement accès aux documents devant la cour."

La bataille juridique que se livrent Kesha et Dr. Luke a commencé en 2014 et a mis sa carrière en suspens. La chanteuse a poursuivi ce dernier en justice dans un tribunal de Los Angeles pour tenter d'invalider ses contrats de disque avec lui, l'accusant d'abus "sexuels, physiques, verbaux et émotionnels". L'intéressé nie en bloc. Kesha a déclaré qu'il l'a traitée de "grosse bais**** de réfrigérateur" et que ses mots l'ont fait devenir boulimique et suicidaire. 

Dr. Luke s'est défendu en déposant une contre-plainte à New York. En 2016, un juge a refusé à Kesha la possibilité d'enregistrer de la musique hors de son contrat avec Dr. Luke. Des mois plus tard, la chanteuse a abandonné ses accusations d'abus sexuels, tandis que le procès de ce dernier pour diffamation se poursuit à New York.

Les avocats de Kesha ont donc récemment inclus des e-mails échangés en juin 2012 que Dr. Luke aurait envoyé à Monica Cornia, le manager de Kesha, dont un avec un lien vers un article intitulé "La prise de poids mondiale est PIRE que l'augmentation de la population !" On ignore qui est à l'origine de cette conversation.

"Elle pleurait en rentrant chez elle, sachez-le", aurait écrit en réponse le manager de la chanteuse une demi-heure plus tard. 

"On s'inquiète quand elle ne respecte pas son régime", aurait répondu Dr. Luke. "On l'a vu à de multiples reprises... presque tous les jours... C'est d'autant plus préoccupant quand des compositeurs et des producteurs de renom hésitent à donner leurs chansons à Kesha à cause de son poids."

"Elle travaille très dur", aurait répondu Monica Cornia. "Et avoir des ennuis pour avoir bu un Coca Light devant une salle entière alors qu'elle n'était pas présente n'est pas acceptable. Si elle prenait du poids ou si elle n'en perdait pas, je comprendrais. Tout le monde veut qu'elle soit au top. Mais c'est tout de même un être humain qui a des sentiments et manque de confiance en elle, elle fait de son mieux et j'aimerais que vous la souteniez."

"Personne ne critiquait personne", aurait répondu Dr. Luke. "On avait juste une discussion sur la manière dont elle pourrait suivre plus attentivement son régime. On l'a souvent vue ne pas respecter son régime. Cette fois-ci, il s'agissait juste d'un Coca light et de dinde, au lieu de suivre son régime exclusivement à base de jus. On veut juste qu'elle s'en tienne à son régime pour son bien et celui de sa carrière. Aidez-la à suivre son régime. Pas la peine de répondre davantage."

Le manager de Kesha a expliqué qu'elle "ne consomme que des jus pour perdre du poids".

"Si elle boit un Coca light et demande à manger de la dinde, je devrais lui dire non et lui demander de manger un concombre ?", aurait-elle ajouté. "Elle va bien et j'aimerais que vous la souteniez et que vous l'aidiez au lieu de la critiquer. Encore une fois, c'est un être humain, pas une machine. Si c'était une machine, il n'y aurait pas de problème et on pourrait faire ce qu'on veut. Je répondrai si j'en ai envie."

"Je veille plus tard que vous, donc j'aurai toujours le dernier mot", aurait alors répondu Dr. Luke.

"On parie ?", aurait ajouté le manager.

On ignore qui a eu le dernier mot dans cet échange d'e-mails. 

Dans un autre échange d'e-mails, le manager de Kesha a écrit à ses patrons que la chanteuse et Dr. Luke se sont disputés à propos des paroles d'une de ses chansons.

"Il a dit : « Je me fous de ce que tu veux. Si tu étais intelligente, tu irais la chanter »", écrit le manager à propos du producteur.

"Ces e-mails n'ont pas montré que les paroles de «Crazy Kids» ont été, en fait, réécrites à la demande de Kesha", a expliqué l'avocat de Dr. Luke. "Si Kesha prétend le contraire, c'est pour tromper le public, comme avec toutes les autres affirmations non fondées dont est accusé Dr. Luke."

Dans leur dernière plainte déposée, les avocats de Kesha accusent également Dr. Luke de ne pas avoir respecté les contrats à cause "d'années d'abus et de menaces physique à son encontre", mais aussi à cause de "retards non raisonnables et voulus dont elle fait les frais pour composer son nouvel album".

L'affaire devrait se poursuivre la semaine prochaine au cours d'une téléconférence avec le juge.