• Share
  • Tweet
  • Share
Andre Agassi, Open, Book Cover

Les temps sont durs pour les gens qui ont été jadis plus ou moins célèbres et qui veulent désormais renflouer les caisses avec des révélations chocs. Depuis Mackenzie Phillips et sa révélation choquante d'inceste, tout le monde se sent obligé de raconter tous ses secrets.

Dans son autobiographie, Open, Andre Agassi fait de son mieux pour mettre en valeur le mélo, mais l'aperçu de People du livre de la star de tennis est plutôt dans ce style :

En fait, tu détestais le tennis, mais ton père t'a poussé ? C'est la vie. Le coup de la queue de cheval était une perruque et tu es devenu chauve avant l'âge ? On veut plus. Toi et Brooke Shields, ça n'a jamais fonctionné en tant que couple ? Bâillement. Mais attendez. Tu as essayé le crystal meth ? Sans blague ! Raconte !

Il ne s'agit pas d'une révélation à la Jodie Sweetin "J'ai sniffé du meth à la première du film des jumelles Olsen", mais c'est quand même une histoire de crystal meth...

Tout a commencé un après-midi comme les autres. Agassi regardait la télé avec son assistant Slim, et puis Slim lui a fait : "Et si on se shootait ?" Les deux ont pris du meth ensemble périodiquement pendant l'année qui a suivi.

"En dehors du plaisir de planer", écrit Agassi, "j'avais la satisfaction indéniable de me faire du mal et de raccourcir ma carrière."

Mais ça n'a pas duré longtemps. Après avoir raté un test anti-dopage, l'Association des Professionels du Tennis a menacé de suspendre Agassi pendant trois mois. Bien sûr, la seule façon de s'en sortir a été de mettre tout sur le dos de Slim.

"J'ai dit que Slim, que j'ai renvoyé depuis, rajoutait souvent du meth à ses sodas... ce qui est vrai. J'ai dit que j'avais bu par accident un des sodas «améliorés» de Slim."

Et par magie, tout est rentré dans l'ordre. Agassi a arrêté la drogue, divorcé d'avec Brooke, et épousé l'amour de sa vie, Steffi Graf.

En tant que mémoires, c'est mieux que l'inutile "Ils fumaient tous de l'herbe" de Screech de Sauvés par le gong, mais c'est nettement moins bien que les révélations mentionnées ci-dessus de Jodie Sweetin, ou que le "mon frère mort était un pédophile" de Kathy Griffin. Mais pour un athlète, c'est pas mal quand même !