EN EXCLUSIVITÉ

Chris Pine parle avec éloquence de la nudité masculine au cinéma

L'acteur de Outlaw King : Le roi hors-la-loi se demande pourquoi sa nudité à l'écran fait les gros titres

par Zach Johnson | Traduit par David K | oct. 25, 2018 11:12Tags
Sur le même sujet : Chris Pine parle du "deux poids, deux mesures" quant à sa scène de nu dans "Outlaw King : le roi hors-la-loi"

Chris Pine se concentre sur son travail et le reste n'est que bavardages.

Avec la sortie d'Outlaw King : Le roi hors-la-loi le 9 novembre sur Netflix, E! News a récemment interviewé l'acteur et une de ses co-stars, Aaron Taylor-Johnson. Dans ce drame historique qui se déroule au XIVe siècle, Chris Pine est Robert Bruce, le roi des Écossais, qui se bat contre l'annexion de l'Écosse par l'Angleterre.

Réalisé et co-écrit par David Mackenzie, ce film d'époque brut a été tourné sur place en décors naturels. "J'adore sa géographie", a déclaré l'acteur à propos de l'Écosse. "C'est une très belle culture avec tout ce à quoi on pourrait s'attendre : des champs de verdure, d'immenses falaises surplombant l'océan, des chutes d'eau." Le film ayant été réalisé par Netflix et non par un studio traditionnel, les producteurs ont eu "énormément de liberté créative", a précisé Chris Pine. Il n'y a "pratiquement pas eu la moindre ingérence" avec la vision de David Mackenzie, ce qui d'après l'acteur "a été une expérience singulière et plutôt cool".

Cependant, une grande partie du buzz autour d'Outlaw King : Le roi hors-la-loi concerne les scènes où Chris apparaît nu de face. S'il comprend la fascination, il se demande ce que cela dit de notre société en général.

lire
Chris Pine est "content" de sa scène de lui nu (ou presque nu) dans Wonder Woman
David Eustace/Netflix

"C'est assurément deux poids, deux mesures, car personne n'en parlerait si c'était une femme", a déclaré l'acteur de 38 ans à E! News. "Je répondrais : « Pourquoi ? Parce que les femmes sont censées le faire et pas les hommes ? Pourquoi les hommes ne sont-ils pas censés le faire ? Pourquoi les hommes ne l'ont-ils pas fait avant ? Est-ce que c'est une preuve de vulnérabilité ? Est-ce une preuve de la honte résiduelle et puritaine du corps humain et de l'intimité ? Et pourtant, on n'a pas de problèmes avec la violence, l'autoflagellation et le fait de se faire du mal mutuellement, parce que c'est quelque chose qu'on nous a appris culturellement ? » Je ne sais pas. En tout cas, ça semble être quelque chose d'étrange."

Chris a vu quelques unes, admettant que l'une d'entre elles était "croustillante, amusante et sympa". Sinon, il ne fait pas attention aux articles qui tournent autour de son pénis : "Honnêtement, je n'en ai rien à foutre. Je suis gêné que ce soit un sujet de discussion."

David Eustace/Netflix

Au lieu de ça, l'acteur préférerait qu'on parle de ce qui l'a attiré dans ce projet.

"Ce qui a résonné en moi, c'est que depuis des millénaires, les hommes se tuent pour des clans ou des communautés, pour des nations ou des États, pour des idéologies, pour la religion. Les animaux font ça dans le règne animal. La mort et le fait de tuer, les meurtres et les massacres ont toujours existé. Ça continuera sûrement, jusqu'à ce qu'on disparaisse. Ce n'est pas une bonne ou une mauvaise chose ; ça semble juste être notre façon de gérer certaines choses. Le plus intéressant à mes yeux dans tout ça — dans la description de cette violence, mais aussi de l'intimité et de la vulnérabilité de la famille et des liens familiaux — c'est qu'on fait beaucoup de choses au nom de la liberté, de la religion, du pays, du patriotisme. Il y a un certain prix à payer pour ça, et on médite sur ce prix : la perte de la famille, de frères, de pères, de clans, de communautés, de plein de choses qui font que la vie vaut la peine d'être vécue. Et on fait ça avec la pointe de l'épée. Ce sont des choses qu'on a faites. Ce n'est jamais une mauvaise idée de remontrer à l'espèce humaine ce qu'on fait — ce qu'on a fait avant — afin d'essayer de prendre de meilleures décisions, du moins plus avisées, à l'avenir."