Apparemment, Thomas Markle ne sera pas aux côtés de Meghan Markle pour l'amener à l'autel lors de son mariage au Prince Harry samedi. Thomas, un ancien chef-éclairagiste pour la télévision, a déclaré lundi avoir récemment fait une crise cardiaque. De plus, il ne souhaite pas embarrasser Meghan ou la famille royale d'Angleterre davantage, après qu'on a appris dimanche qu'il avait mis en scène ses photos de paparazzis.

Le palais de Kensington n'a pas confirmé l'absence soudaine du père de la mariée et s'est contenté du message suivant : "C'est un moment très personnel pour Mlle Markle à quelques jours de son mariage. Le prince Harry et elle demandent à nouveau de la compréhension et du respect envers M. Markle à cause de cette situation difficile." Lundi, Samantha Grant, la demi-sœur de Meghan, a été le bouc émissaire de leur père dans l'émission anglaise Loose Women sur ITV. Après que celui-ci a apparemment parlé à TMZ, la jeune femme est apparue via satellite mardi dans l'émission Good Morning Britain sur ITV pour se plaindre des médias du monde entier qui, selon elle, n'auraient pas respecté la vie privée de Thomas Markle.

"Il menait une vie paisible et discrète, pas comme un ermite", a -t-elle déclaré à propos de son père qui réside au Mexique. "C'est un homme très intelligent. C'est quelqu'un de très sociable qui a travaillé dans l'industrie du divertissement pendant 40 ans. Il aspirait au calme et à la tranquillité. Il fuyait les médias. Il n'avait pas parlé à la presse, et c'est tout. Quand soudain il m'a appelé en panique sur l'autoroute parce qu'il était dans une situation dangereuse, puisqu'il était suivi par sept ou huit voitures… Des exemples par le passé ont montré combien ça peut être dangereux. Il était extrêmement stressé ; ils ont loué la maison à côté de la sienne au Mexique, quatre ou cinq d'entre eux. Il ne peut pas ouvrir ses stores. Il ne peut aller nulle part sans être suivi, c'est vraiment atroce et gênant, et je trouve que c'est contraire à toute éthique."

Samantha, qui est en froid avec Meghan, a ajouté que Thomas "avait vraiment des douleurs au cœur et qu'il avait été victime d'une crise cardiaque" une semaine avant le mariage. "C'était énormément de stress." Pour faire taire les critiques, Samantha a expliqué aux co-animateurs : "Quant à savoir s'il a eu une crise cardiaque ou non, certaines personnes ont eu des crises cardiaques sans le savoir jusqu'à ce qu'elles fassent un ECG. Elles ne sont pas toujours fortes et dramatiques. C'est ce qui s'est passé pour lui."

À ce moment-là, Piers Morgan s'est emporté. "Vous dites que c'est exclusivement la faute des médias, qu'il n'assistera pas au mariage à cause de ça parce que les médias l'ont très mal traité. Beaucoup de nos téléspectateurs ont pu observer vos agissements au cours des 18 derniers mois et penser que vous avez mal traité votre sœur, Meghan", a-t-il déclaré à Samantha, qui écrit un livre vérité intitulé The Diary of Princess Pushy's Sister. "C'est peut-être pour cela que vous n'êtes pas invitée au mariage." Morgan a pointé du doigt le fait que par le passé Samantha Markle a traité Meghan de "narcissique" et d'"égoïste", mais l'intéressée estime que ses propos ont été exagérés : "Je pense que beaucoup de ce que vous lisez provient des tabloïds, qui sont complètement inexacts."

Quand on a demandé à Samantha pourquoi elle a encouragé Thomas à mettre en scène des photos de paparazzis, elle a répondu : "Il a fait ces photos parce qu'il se sentait sans défense. Une personne a le droit de dire : « Ça suffit. »" Elle a ensuite critiqué les "vautours dans les médias" qui auraient "profité de lui" selon elle. Mais Piers Morgan n'a pas trouvé la réponse de Samantha honnête et le lui a fait savoir : "Voilà le problème avec toute cette histoire : ces dernières semaines, les médias britanniques ont été bombardés de lettres en provenance du palais de Kensington expliquant qu'il veut qu'on le laisse tranquille. Et maintenant, on apprend qu'il portait lui-même atteinte à sa vie privée. Je suis triste pour sa fille, qui n'aura pas son père lors de son mariage parce qu'il a été surpris en train de poser pour des photos de paparazzis." L'animateur a alors accusé Samantha de "sacrifier sa relation précaire" avec Meghan, qu'elle n'a pas vue depuis dix ans. "C'est assez culotté de votre part, Samantha, d'accuser les médias d'être des vautours... Il n'y a pas de plus grand vautour médiatique que vous avec ce mariage, vous ne trouvez pas ? Comment avez-vous l'audace de venir ici pour parler des vautours dans les médias ? Vous êtes en train d'écrire un livre intitulé The Diary of Princess Pushy's Sister [que l'on peut traduire par : Le journal de la sœur de la princesse exigeante]. Vous dites du mal d'elle depuis deux ans, espèce de vautour !"

Samantha, qui "espère" que Thomas assistera au mariage, a ensuite tenté d'expliquer le titre sensationnaliste de son livre. "Je suis sûre, Piers, que vous aimeriez savoir pourquoi il est tel. J'ai dit clairement au cours de plusieurs interviews qu'il ne faut pas juger un livre à sa couverture, de la même manière qu'il ne faut pas juger un livre à son titre. C'est pour se moquer des étiquettes sociales qui sont insultantes. Je voulais un titre qui aille à l'opposé du contenu du livre", a précisé Samantha. "Je pensais que les esprits intelligents comprendraient ça. Mais je trouve que les gens ne veulent voir que le côté négatif et ne déterrer que les choses négatives. C'était le postulat de départ..."

Peu importe les intentions de Thomas, Piers éprouve de la sympathie pour Meghan à quelques jours de son mariage. "D'après moi, son père, et le vôtre, l'a laissé tomber", a-t-il dit à Samantha.

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.