30 000 $ le billet, un âge limite et pas de selfie : 16 secrets du gala du Met révélés

Voici toutes les infos croustillantes sur les dessous du Super Bowl de la mode juste avant l'édition 2019 du 6 mai, y compris le contrôle qu'Anna Wintour a sur chaque détail

par Tierney Bricker | Traduit par David K | mai 04, 2019 09:00Tags
Sur le même sujet : Lady Gaga présente le gala du Met 2019

C'est le Super Bowl du style. Les Oscars de la mode. C'est le gala du Met. 

Le mois de mai est là, et le compte-à-rebours avant le gala du Met 2019 a commencé, avant que les festivités du lundi 6 mai ne débutent avec son lot de glamour et d'invités prestigieux. Mais cet événement au Metropolitan Museum of Art de New York est-il si historique que ça ? Le musée est seulement fermé quatre jours par an, pour Thanksgiving, Noël, le Nouvel an et le premier lundi de mai.

Bien que le premier gala du Met se soit tenu en 1948, il n'est devenu synonyme de luxe tel qu'on le connaît aujourd'hui que lorsqu'Anna Wintour, la rédactrice en chef de Vogue, en a pris les rênes en 1995. Depuis, c'est un des tapis rouges (caritatifs) les plus importants de l'année, si ce n'est le plus important, avec des centaines de personnes travaillant non-stop pour mettre en scène l'événement, qui attire les plus grands noms de la mode, du cinéma, de la musique, du sport et de la politique, pour une soirée inoubliable mais qui n'est pas censée être partagée sur les réseaux sociaux. 

photos
30 000 $ le billet, un âge limite et pas de selfie : 16 secrets du gala du Met révélés

Le thème de 2019 est "Camp: Notes on Fashion", avec Lady Gaga, Harry Styles et Serena Williams comme coprésidents cette année, aux côtés d'Alessandro Michele, le directeur artistique de Gucci. Parmi les 183 membres du comité, on retrouve de grands noms comme Jennifer Lopez et Alex Rodriguez, Blake Lively et Ryan Reynolds, Bradley Cooper, Priyanka Chopra et Nick JonasKerry Washington et Nnamdi AsomughaChadwick BosemanLupita Nyong'o, Jared Leto, Katy Perry, ou encore Lena Waithe. 

Si cette liste vous paraît impressionnante, attendez de découvrir le soin apporté aux détails de cette soirée ultra glamour remplie de stars, dont le plan de salle prend des mois.

Nous avons rassemblé les infos les plus croustillantes sur cet événement très secret, y compris des scoops sur Anna Wintour et Sylvana Ward Durrett, la responsable des projets spéciaux de Vogue, qui planifie le gala du Met depuis maintenant plus de dix ans.

Combien ça coûte d’assister au gala

Si vous avez la chance d'être invité à la plus grande soirée de la mode de l'année, un billet vous coûtera 30 000 $, et une table la modique somme de 275 000 $.

Heureusement, tout le monde n'est pas obligé de payer pour y assister. Anna Wintour a l'habitude d'inviter au gala des créateurs qui montent, et en général, les célébrités invitées par les marques pour les représenter sur le tapis rouge ne paient pas.

Info amusante : il y a une liste d'attente !

"Je connais des sociétés qui n'ont pas eu de billets et qui se tiennent prêtes au cas où il y aurait une place de disponible au dernier moment", a révélé à Page Six Cameron Silver, propriétaire d'un magasin vintage et qui est allée au gala plusieurs fois. "Leurs tenues sont prêtes même si elles ne sont pas certaines d'avoir une place quelques jours avant l'événement."

Le nombre d’invités

Il varie, 500 étant considéré comme un nombre intime, et 800, le plus grand nombre d'invités que le gala du Met ait connu, un chiffre considéré comme trop grand.

"Nous voulons vraiment que nos invités vivent une expérience intime, donc ces dernières années, nous avons considérablement diminué le nombre, de 200 à 300 personnes en moins", a indiqué Sylvana Ward Durrett à Fast Company.

Malgré sa réputation d'opulence et de glam, les organisateurs souhaitent que le gala soit un moment intime pour les heureux élus, et Anna Wintour commence généralement sa liste en espérant s'en tenir à 500 invités. "Nous voulons un environnement intime, car c'est pour ça que les gens viennent", expliquait Sylvana Ward Durrett dans The First Monday in May

Et ce n'est pas parce qu'une star est invitée quelle a automatiquement droit de venir avec son conjoint ; celui-ci doit en effet recevoir une invitation.

La planification

Au royaume de la mode, on ne se repose jamais et on planifie le prochain gala du Met le lendemain du premier lundi de mai (une centaine de personnes environ travaillent sur ce projet toute l'année, donc dix employés à plein temps chez Vogue).

"Je suis partisane d'une feuille unique", explique Sylvana Ward Durrett à propos de sa méthode. "On a une liste de choses à faire qui ne cesse de s'allonger à mesure qu'on approche de la date, et on la regarde tous les jours, même si c'est redondant."

Le premier point sur cette liste ? La tente. "Puis vous [écrivez] tout ce qui concerne [cet élément]." Créer cette liste l'aide à penser à l'événement "du début à la fin, pour s'assurer qu'on n'oublie rien."

Quand on a demandé à Andre Leon Talley, le rédacteur adjoint de Vogue, si Anna Wintour gérait le moindre détail, il a dit dans The First Monday in May : "Anna donne son accord méticuleusement à chaque élément, des serviettes aux fourchettes en passant par l'éclairage. Le détail des fleurs, des placeurs, de leurs tenues, tout doit recevoir son accord des mois et des semaines à l'avance."

Et la rédactrice en chef préfère garder les détails pour elle, comme l'explique Plum Sykes, la rédactrice adjointe de Vogue, au New York Post : "C'est très secret. [Anna] ne veut que personne ne soit au courant de ce qu'elle compte faire ou de ce qu'elle est en train de faire avant d'arpenter enfin le tapis rouge et de franchir la porte."

Le plan de table

Si vous vous êtes déjà occupé d'un plan de table lors d'un mariage, vous devez avoir une petite idée de la difficulté rencontrée avec le gala du Met. C'est un des aspects sur lequel l'équipe passe le plus de temps, en asseyant les invités de manière stratégique en fonction de leurs intérêts communs.

 "On réfléchit beaucoup à qui s'assied à côté de qui, s'ils étaient assis côte à côte l'an dernier, s'ils se sont assis à côté l'un de l'autre à d'autres événements, il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte, c'est impressionnant", a déclaré Sylvina Ward Durrett dans The First Monday in May. "On tire beaucoup de ficelles."

Bien évidemment, chaque année, le plan de table connaît de nombreux changements à mesure que l'événement prend forme, et Sylvina Ward Durett a expliqué à Vogue avoir investi très tôt dans du velcro plutôt que des post-it pour éviter toute erreur. "Il y a eu beaucoup d'itération du plan de salle", a-t-elle reconnu. "Quand j'ai commencé, on n'avait que des post-it, et c'était un cauchemar. Ils tombaient, on perdait les gens et on réécrivait les noms mille fois par jour."

Ils utilisent aussi des codes couleur, car Sylvina Ward Durrett aime bien alterner un homme-une femme dans la mesure du possible. Une autre règle risque de vous surprendre  : "On n'assied jamais des époux côte à côte", a-t-elle précisé. "L'idée est de rencontrer de nouvelles personnes, et de s'intéresser à ce que d'autres personnes font. Quel est l'intérêt de passer du temps avec son mari ?" Désolé, Blake Lively et Ryan Reynolds!

Le placement des tables

Tout événement possède ses tables mal placées, généralement près de la cuisine et/ou des toilettes. Le gala du Met ne déroge pas à la règle, si bien que la position des tables des créateurs change chaque année. Et Anna Wintour s'implique beaucoup dans ce processus, allant jusqu'à réprimander son équipe pour avoir tenté de cacher la table H&M dans une scène de The First Monday in May. "On ne devrait pas masquer cette table… ce n'est pas juste", disait-elle. 

Si H&M n'est ni une marque de luxe ni une petite maison de couture, (mais un annonceur dans Vogue et autres publications) elle a commencé aux côtés d'autres marques bon marché comme Topshop et Zara à avoir une présence plus importante lors de la grande soirée de la mode. En y apparaissant pour la première fois en 2015, H&M a marqué des points en obtenant que Sarah Jessica Parker porte une de ses tenues sur-mesure.

Éviter que des ex ou que des ennemis jurés ne se croisent

Étant donné qu'il s'agit d'une des soirées de l'année qui compte le plus de stars, il est impossible que des ex ou des ennemis jurés ne soient pas potentiellement assis à proximité. Vous vous souvenez quand Selena Gomez et The Weeknd étaient venus ensemble, alors que Bella Hadid, l'ex du chanteur était aussi présente ? L'organisation avait fait en sorte que Taylor Swift et Katy Perry ne soient pas assises l'une à côté de l'autre à l'époque où elles se détestaient, mais au final, l'événement prend le pas sur toute tension possible entre les invités.

"On ne peut pas plaire à tout le monde. On aime penser qu'il n'y a pas de mauvaise place ce soir-là, ce qui est le cas. Il faut partir du principe qu'on fait de son mieux, mais que tout le monde ne sera pas satisfait", a reconnu Sylvina Ward Durrett, qui tente de satisfaire les attentes de tous les invités en matière de placement. "Mais notre bilan est plutôt satisfaisant. Les problèmes sont rares et espacés, et on travaille encore plus avec eux l'année suivante pour gérer leurs attentes."

(Au cours d'une scène mémorable de The First Monday in May, Sylvina Ward Durrett avait placé trois étiquettes velcro sur le côté de son plan de table, en déclarant sans ménagement à Anna Wintour : "Voici les gens que j'espère voir disparaître.")

Malheureusement, tout le monde n'est pas satisfait de sa place, comme l'avait noté la fameuse critique de mode Cathy Horn dans son article de 2006 paru dans le New York Times : "John Lydon, l'ancien Sex Pistol connu sous le nom de Johnny Rotten, a trouvé sa place, tout au bout d'une longue table et l'une des moins désirables du plan de table pourtant très bien orchestré. Il était visiblement énervé... [il] s'est levé furieux plusieurs fois, en insultant le personnel du musée."

Il a fini par regagner sa place.

Bannis

Au cours d'une apparition en 2018 dans le Late Late Show, James Corden a demandé à Anna Wintour quelle célébrité elle ne réinviterait jamais au gala du Met.

"Donald Trump", a-t-elle répondu (Donald Trump et sa femme, Melania Trump, ont assisté plusieurs fois au gala du Met au fil des ans, la dernière fois étant en 2012).

Une autre célébrité qui prétend avoir été bannie du gala prestigieux ? Tim Gunn, l'ancien mentor de Project Runway, qui explique avoir été blacklisté par Anna Wintour après avoir raconté une histoire peu flatteuse à son égard dans le New York Post

"Tout est parti en vrille, c'était de la folie", avait-il expliqué dans la Fashion Police sur E! en 2016. "On est ouvertement en guerre depuis."

Le Menu

Un dîner est bien servi au gala du Met, et l'humoriste et animateur Stephen Colbert a révélé une fois que tous les convives avaient attendu qu'Anna Wintour s'asseye pour commencer à manger.

Comme pour tout le reste, la rédactrice en chef de Vogue est très impliquée dans le menu chaque année. 

Un employé du magazine a indiqué au New York Post qu'Anna Wintour avait un jour banni tous les ingrédients qui risquaient de se loger dans les dents (comme le persil) ou qui risquaient de donner une mauvaise haleine, comme beaucoup d'ail, ou pire encore, de salir une robe, si bien que les entrées sont faites pour être mangées facilement. 

La grande prêtresse de la soirée préfère associer le menu au thème du gala, ce qui ne marche pas toujours, à l'image de l'édition 2011. 

Sean Driscoll, le propriétaire de Glorious Food, qui créé le menu du gala du Met depuis 1995, a expliqué que le choix de servir des tourtes d'agneau à l'occasion du thème "Alexander McQueen : beauté sauvage", avait entraîné de nombreuses requêtes spéciales" car de "nombreux [invités] ne voulaient pas en manger".

Mais le gala veut également que la présentation soit belle, et Andrew Rossi, le réalisateur de The First Monday in May, a admis avoir été impressionné par le souci du détail, surtout lors d'une dégustation à laquelle Anna Wintour prenait part. "On voit Anna chercher sur son portable la présentation de différents plats", a-t-il expliqué. 

Pas de selfie

On ne sait pas pourquoi, étant donné qu'aucune explication officielle n'a été donnée pour justifier que les selfies et les réseaux sociaux soient interdits au gala le plus glamour de l'année, mais la règle a été instaurée par Anna Wintour en 2015.

À l'époque, une source proche de Vogue avait révélé à Prêt-a-Reporter qu'une note avait été envoyée à tous les invités avec le message suivant : "L'usage des portables pour des photos et les réseaux sociaux ne seront pas permis dans l'enceinte du gala."

Le magazine a décidé de répondre à l'article, mais une source a précisé au Hollywood Reporter à l'époque : "C'est seulement pour la sécurité des invités et qu'ils passent une bonne soirée."

Le mépris d'Anna Wintour pour les portables au gala était évident dans une scène mémorable de The First Monday in May, quand elle a découvert qu'une star masculine (dont le nom a été floutée, à la demande de la rédactrice en chef) avait décidé d'assister à la soirée après avoir décliné l'invitation dans un premier temps. "Est-ce qu'il pourrait ne pas être suspendu à son portable pendant toute la soirée, alors ?", avait-elle demandé à Sylvina Ward Durrett. 

Dans un entretien pour le New York Post, cette dernière a expliqué : "Anna fait partie de la vieille école. Elle aime les dîners en ville où les gens se parlent vraiment. On ne surveille pas les gens, mais c'est quelque chose qu'on aime gentiment leur rappeler."

Malgré l'interdiction d'Anna Wintour, les stars ont souvent dérogé à la règle depuis qu'elle a été mise en place, dont le célèbre selfie de Kylie Jenner aux toilettes en compagnie d'une ribambelle de stars en 2017

Un âge minimum

En principe, il faut avoir au moins 18 ans pour assister à l'événement, et les organisateurs ont confirmé cet âge minimum juste avant le gala du Met de 2018 après que la jeune Maddie Ziegler a révélé ne pas avoir eu le droit d'assister à la soirée parce qu'elle n'avait que 15 ans. "Je ne peux pas y aller parce que je ne suis pas assez vieille !", avait-elle expliqué au Hollywood Reporter.

 "Cet événement n'est pas fait pour les moins de 18 ans", a confirmé  l'organisateur de l'événement à THR, avec l'apparition du nouvel âge limite cette année-là.

Avant 2018, quelques-uns des invités les plus jeunes étaient Jaden Smith et Willow Smith en 2016 alors qu'ils n'avaient que 17 et 15 ans, tandis qu'Elle Fanning a fait ses débuts au gala alors qu'elle n'avait que 13 ans, et Hailee Steinfeld a assisté à son premier gala du Met en 2011. 

Mais un passe-droit existe pour les jeunes fashionistas à Hollywood : un mineur peut venir à condition d'être accompagné de ses parents.

Qui choisit les tenues

Si Anna Wintour a le dernier mot en ce qui concerne les invités, leurs tenues n'ont en principe pas besoin d'être approuvées par la patronne de Vogue (bien qu'elle soit au courant de tout ce qui passe sur le célèbre tapis rouge).

"Chaque star a été choisie par un créateur pour porter une robe. C'est comme un devoir", expliquait Andre Leon Talley dans The First Monday in May. Riccardo Tisci, l'ancien directeur artistique de Givenchy, qui avait habillé Beyoncé et Madonna pour le gala du Met en 2016, a expliqué : "Chaque créateur vient avec sa muse. Vous venez avec quelqu'un qui représente le plus votre esthétique."

Par conséquent, le look d'une star est grandement déterminé par le créateur qui l'a invitée à la soirée.

Libre interprétation

Chaque année le gala a un thème différent. Cette année, ce sera "Camp: Notes on Fashion", l'an dernier, c'était "Heavenly Bodies: Fashion and the Catholic Imagination". Il n'y a pas de règles strictes quant à l'interprétation du thème par un invité ou un créateur. 

Suivre le thème est fortement encouragé, mais ce n'est nullement une obligation. Pour les célébrités invitées par une marque en tant que muse, leur tenue dépend du créateur. 

Mais comment le thème est-il choisi ? C'est un long processus qui commence bien plus d'un an avant le premier lundi de mai. Andrew Bolton, l'infatigable conservateur de l'Institut du Costume du Metropolitan Museum of Art de New York, trouve un thème culturellement pertinent.

 "J'essaie de travailler sur un sujet qui semble d'actualité, et qui définit une évolution culturelle qui se produit ou qui est en train de se produire", a-t-il expliqué à Vogue. "On essaie toujours d'avoir des expositions dynamiques, sur des sujets qui font le lien entre passé et présent, entre des expositions thématiques et des expositions monographiques d'un seul créateur de mode. On essaie d'alterner."  

Après avoir délimité sa recherche, il la présente au directeur du musée pour obtenir son aval, avant qu'Anna Wintour ne donne son accord, un an avant le gala. 

"Ce serait difficile de le faire sans son soutien", a reconnu le grand conservateur britannique. "Anna détermine quels sponsors iront avec l'exposition. Il m'arrive d'avoir une idée, qui n'est ni grande ni très populaire, et qui n'est pas très attrayante aux yeux des sponsors."

Que se passe-t-il vraiment pendant le gala

Une fois que les invités ont arpenté le tapis rouge et gravi les marches sans encombre, il saluent en rang les hôtes, ce qui prend généralement du temps entre les bisous en l'air et les petites plaisanteries échangées avec Anna Wintour et les autres coprésidents. 

Après quoi, les convives sont invités à parcourir l'exposition du printemps de l'Institut du Costume avant qu'elle ne soit ouverte au public. Puis vient le moment de dîner, avant de faire la fête, de faire des rencontres plus ou moins fortuites, avec musique, danse et concert, grâce à des performances de choix comme ce fut le cas avec Rihanna ou encore Lady Gaga, par le passé.

L’angoisse de la performance

En parlant de performance de choix, l'organisation du gala du Met dans ce domaine peut être assez stressante. Pourquoi ? Parce que les artistes sont payés pour se produire. 

Comme on l'a vu dans le fameux documentaire The First Monday in May, Sylvana Ward Durrett a dû faire face cette année-là à un problème de budget à cause de la venue de Rihanna. 

"C'est environ deux fois le prix de tous les chanteurs qu'on a eus", a-t-elle dit en référence au cachet non dévoilé de la chanteuse de la Barbade après avoir discuté avec quelqu'un de l'entourage de la star. "Ils ne sont pas prêts à baisser davantage."

Anna Wintour a fini par être appelée à la rescousse pour trouver une solution, et Rihanna a fini par se produire. 

Les mesures de sécurité

Les stars ont le droit de venir avec leur propre service d'ordre au gala, en plus de celui engagé par le musée pour le tapis rouge.

Mais ce qui doit être le plus surveillé reste évidemment les bijoux portés par les invités. Une année, Blake Lively portait pour pas moins de 3,5 millions de babioles, tandis que Karlie Kloss portait pour 2,5 millions de bijoux Forevermark au gala. 

"Tout ce qui a trait à la sécurité est gardé secret à cause de la valeur inestimable de certaines pièces, mais il y a toujours un vigile présent jusqu'à ce que les bijoux soient rendus en toute sécurité", a expliqué un porte-parole de Forevermark à E! News. D'autres mesures de sécurité sont également prises, comme des dispositifs de communication par radio fréquence ou de la surveillance vidéo.

Donc oui, Ocean's 8 avait vu juste à propos de cet aspect du gala du Met !

Où vont les robes

Étant donné que beaucoup de robes sont faites sur-mesure pour le gala du Met, ou viennent des archives des grands couturiers, il est rare que les stars gardent leurs tenues. Bien souvent, les robes retournent chez les créateurs pour être archivées.

En 2018, Olivier Rousteing de Balmain a fait équipe avec l'organisation RED de Bono pour vendre aux enchères les vêtements sur-mesure portés par des stars comme Jennifer Lopez, Alex Rodriguez, Trevor Noah et bien d'autres, les recettes étant intégralement reversées à la fondation Global Fund.

Vivement le 6 mai, non ?