Kim Kardashian, Harper's Bazaar Arabia

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar Arabia

Kim Kardashian n'a plus peur de parler de politique. 

En couverture du numéro de septembre de Harper's Bazaar Arabia (dans lequel elle pose dans une série de photos inspirées par Cher), Kim a parlé de son désir de s'exprimer davantage sur les problèmes qui affectent les États-Unis. "Parfois, j'ai le sentiment de vouloir parler davantage des problèmes politiques", a dit la star de E! de 36 ans. "Il faut faire très attention à ce qu'on dit, car beaucoup de choses peuvent être prises dans le mauvais contexte, et je veux toujours être respectueuse. Je ne veux pas offenser qui que ce soit." 

La star de L'Incroyable famille Kardashian n'est pas fan du président Donald Trump, que son mari Kanye West a rencontré à New York l'an dernier après l'élection (déclenchant bien des critiques.)

"N'importe qui pourrait mieux diriger les États-Unis", a dit Kim. "Ma fille [North West] serait meilleure."

"On a travaillé si dur pour en arriver là où on en était et pour avoir tant de choses dont on était si fiers dans notre pays, et on a fait un bond en arrière, c'est vraiment frustrant. Chaque jour, on n'arrive pas à croire ce qui se passe, et le lendemain, quelque chose d'encore plus fou ou tragique a lieu. C'est vraiment effrayant, le monde dans lequel on vit", a-t-elle dit. "Avant, on se sentait en sécurité dans notre pays, mais maintenant avec Trump à la présidence, on ne se sent plus en sécurité."

Kim Kardashian, Harper's Bazaar Arabia

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar Arabia

Kim Kardashian, Harper's Bazaar Arabia

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar Arabia

Kim Kardashian, Harper's Bazaar Arabia

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar Arabia

Kim Kardashian, Harper's Bazaar Arabia

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar Arabia

Kim espère que ses commentaires politiques ne seront pas pris hors de contexte, comme ça a été le cas par le passé. "J'ai dit une fois que je n'étais pas vraiment féministe", a-t-elle dit en parlant des commentaires qu'elle a fait pendant la conférence #BlogHer16. "Mais j'ai le sentiment de faire beaucoup plus que les gens qui affirment être féministes. Pour clarifier ce que j'ai dit : dans mon for intérieur, je suis féministe. Mais je n'ai pas besoin d'étiquette pour me faire savoir ce que je suis à l'intérieur... Les féministes modernes sont toutes les filles autour de nous aujourd'hui. Dès qu'on regarde sur les réseaux sociaux et que quelqu'un se défend, pour moi, c'est une féministe moderne. Il y a un tel groupe incroyable de filles qui s'encouragent et se valorisent." 

Kim, qui ne suit pas Trump sur Twitter, mais qui suit encore Barack Obama, a peur pour l'avenir de ses enfants. "La vie me fait peur, juste de penser à toutes les choses qui pourraient mal tourner", a-t-elle avoué. "Quand on est maman, on se transforme en une espèce de folle qui pense que tout peut mal tourner."

L'un des soucis de Kim, c'est l'influence des réseaux sociaux sur North, 4 ans, et Saint West, 20 mois, quand ils grandiront. "Ça ne semble pas être un lieu sûr. Je suis assez coriace. Mais j'ai de la peine pour quiconque est critiqué sur les réseaux sociaux. Il y a beaucoup de cyber-harcèlement et de négativité dans les commentaires. Je trouve ça mal", a-t-elle dit. "Quoi que vous fassiez, vous êtes jugé et critiqué dans les réseaux sociaux. J'espère que ça changera. J'espère que les gens vont arrêter d'être aussi négatifs." 

Kim Kardashian, Harper's Bazaar Arabia

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar Arabia

Kim a ajouté : "On ne pourra continuer que si tout le monde s'encourage et se soutient." 

Avec de multiples entreprises à diriger, Kim est très prise, mais ses enfants passent toujours en premier. "Quand on a des enfants, ça motive. Je veux quelque chose à moi. Je me sens bien quand je me lève, je vais travailler et je suis occupée toute la journée. Ça me rend heureuse. Si j'arrêtais, je serais mère au foyer", a-t-elle dit à Harper's Bazaar Arabia. "Mais je veux que mes enfants aient une éthique de travail solide, et qu'ils voient combien leurs parents sont motivés." 

  • Share
  • Tweet
  • Share