• Share
  • Tweet
  • Share
Mimi O'Donnell, Philip Seymour Hoffman

Stephen Lovekin/Getty Images

Philip Seymour Hoffman avait amassé une belle fortune en 25 ans de carrière, et lorsqu'il est décédé le 2 février dernier d'une overdose d'héroïne, il savait très bien comment il souhaitait répartir sa fortune.

D'après ses dernières volontés rédigées à New York et obtenues en début de semaine par E! News, Philip Seymour Hoffman avait expressément déclaré à son ancien comptable qu'il "ne souhaitait pas que ses enfants deviennent dépendants de sa fortune", et que, par conséquent, il laissait la totalité de ses biens estimés à 35 millions de dollars à sa compagne de longue date, Mimi O'Donnell.

David Friedman, qui avait été le conseiller financier d'Hoffman, a expliqué à l'avocat James H. Hill que l'acteur de Capote lui avait dit moins d'un an avant son décès que ses dernières volontés n'avaient pas changé, à savoir laisser tout l'argent à Mimi, en sachant qu'elle s'occuperait d'élever ses enfants avec.

A Most Wanted Man, Philip Seymour Hoffman

Roadside Attractions

D'après les documents, Friedman a expliqué qu'Hoffman traitait O'Donnell comme si elle était son épouse mais "qu'il ne croyait simplement pas au mariage", et que cela "n'affectait en rien son affinité ou sa relation" avec elle.

Dans un premier testament signé en 2004 alors que son fils aîné, Cooper, n'avait encore qu'un an et que ses filles, Tallulah et Willa, n'étaient pas encore nées, Hoffman précisait qu'il souhaitait que son fils "soit élevé dans une ville remplie d'art et de culture" et il avait d'ailleurs établi une liste de villes potentielles. Los Angeles n'en faisait pas partie.

L'acteur de 46 ans avait de nombreux projets en cours quand il est décédé, dont les deux derniers volets de la saga Hunger Games, La Révolte, partie 1 et partie 2, et le thriller d'espionnage Un Homme très recherché, qui sortira le 17 septembre prochain.