• Share
  • Tweet
  • Share
The Hollywood Reporter, Dwyane Johnson, The Rock

The Hollywood Reporter

Même The Rock n'est pas toujours un roc.

Dwayne Johnson, le lutteur pro devenu acteur de cinéma dont le biceps est sans doute plus gros que votre torse entier, a révélé dans une interview avec The Hollywood Reporter (numéro du 27 juin) qu'il a eu sa part de difficultés par le passé  de ses ennuis avec la loi en tant qu'ado, au fait d'être viré de chez lui à 14 ans, en passant par être viré comme joueur de football américain pro  et Johnson a admis que cela l'avait mené à la dépression.

"Je ne voulais rien faire", a-t-il dit. "Je ne voulais aller nulle part. Je pleurais constamment. À un moment donné, on en arrive à un point où on n'a plus de larmes à verser."

Dwayne Johnson

Jennifer Mitchell / Splash News

Après avoir tenté de surmonter nombre d'obstacles quand il était jeune garçon, The Rock a décidé de renverser la vapeur, et à 18 ans, il a obtenu une bourse en tant que membre de l'équipe de football américain à l'université de Miami, et il était ravi d'être le seul première année à être choisi pour jouer, quelque chose de très rare dans le foot universitaire.

Mais il a eu plusieurs blessures et a fini par lâcher la fac avant même les examens. Johnson s'est vu repartir dans l'abîme, jusqu'à ce que son coach l'appelle et lui remette les pendules à l'heure : "Il a dit : «Monte dans une voiture et ramène-toi ici tout de suite.» Il était si gêné et en pétard. C'est une chose d'avoir une blessure et d'être déprimé. C'en est une autre de partir en foutant tout en l'air."

The Rock est retourné en fac et a continué à rêver de jouer pour la NFL. Malheureusement, il n'a pas été sélectionné aux épreuves éliminatoires. Il a ensuite signé un contrat avec les Calgary Stampeders de la Canadian Football League, une expérience bien moins luxueuse que ce qu'il s'était imaginé, mais c'était déjà quelque chose.

 Dwayne Johnson

Kerry Brown, Paramount Pictures

Jusqu'à ce que  eh oui, autre mauvaise nouvelle  son coach lui dise qu'il était éliminé. "On entend des mots qu'on espère ne jamais entendre en tant que joueur : «Le coach veut te voir. Apporte ton cahier de jeu»", a dit Johnson. "Il n'y avait pas de blessure. C'était juste : «C'est fini. T'es pas assez bon.» C'était une vraie douche froide."

C'est là que sa deuxième période de dépression a fait surface. "Les rêves que j'avais étaient détruits", a-t-il expliqué. "Il n'y a plus de football. Ma relation était finie. C'était la pire époque de ma vie... J'ai regardé dans ma poche, j'avais sept dollars. Ouah. Sept dollars, c'est tout ce que j'avais au monde."

Mais toutes les difficultés de Johnson l'ont aidé à devenir l'homme qu'il est aujourd'hui : une star d'action avec une carrière lucrative qui va bien au-delà de ce qu'il aurait pu imaginer (ses films ont remporté 1,3 milliard de dollars l'an dernier !)

Si ça ne vous inspire pas, on ignore ce qui y parviendra !

Paul Walker, Dwayne Johnson

Alex J. Berliner/AP Images

Johnson a aussi parlé du moment où il a appris que sa co-vedette de Fast & Furious, Paul Walker, était décédée dans un accident de voiture.

"Je conduisais avec [sa petite amie] Lauren [Hashian] quand elle est devenue silencieuse tout à coup, et m'a regardé, se demandant si je le savais", s'est-il souvenu de ce jour de novembre.

"Je me suis arrêté, et j'ai regardé mes messages, et il y a eu un moment où j'ai dû reprendre mon souffle. On a fait une prière tout de suite pour donner de la force à sa fille : car on avait parlé de nos filles. C'est de ça qu'on parlait. On était tous les deux divorcés, et on parlait de la puissance d'être papa et du lien si fort entre un père et sa fille. Et en arrivant à la maison, on a fondu en larmes."