• Share
  • Tweet
  • Share
michael jackson

AP PHoto / Aaron Lambert

La famille de Michael Jackson est à deux doigts de tenir AEG Live en partie responsable de la mort de la légende musicale.

Une juge de Los Angeles a estimé mercredi que les avocats du clan Jackson avaient montré assez de preuves contre le promoteur pour que l'affaire passe devant un tribunal le mois prochain.

Cette décision est intervenue après que l'équipe de Jackson a présenté un e-mail "incriminant" prouvant apparemment qu'AEG surveillait le médecin personnel de Jackson, le Dr Conrad Murray, qui a été déclaré coupable d'homicide involontaire et qui purge en ce moment une peine de quatre ans de prison, après avoir administré une dose fatale d'un anesthésiant chirurgical, le Propofol, et de sédatifs au chanteur de "Thriller".

La famille affirme que le promoteur mettait la pression à Murray pour que Jackson soit capable de répéter pour sa série de concerts de 2009, This Is It, à l'arène O2 de Londres, bien que le chanteur était épuisé, et c'est finalement ce qui a fini par le tuer.

"Maintenant que la cour a décidé qu'il y avait assez de preuves montrant qu'il était apparent que les actions d'AEG avaient entraîné la mort de Michael Jackson, la famille Jackson est enfin disculpée de la campagne de diffamation publique qu'AEG avait menée contre eux", a déclaré l'avocat de Jackson, Kevin Boyle à CNN. "La vérité sur ce qui est arrivé à Michael, qu'AEG a essayé de cacher au public depuis le jour de la mort de Michael, va enfin être divulguée. Nous attendons le procès avec impatience, pour que le reste de l'histoire soit révélée au grand jour."

Pour les aider dans cette affaire, les as du barreau de Jackson ont ressorti un e-mail du co-PDG d'AEG Live, Paul Gongaware, envoyé au directeur du concert de This Is It, Kenny Ortega, qui semble suggérer que Murray pourrait perdre son salaire de 150 000 $ par mois s'il ne s'alignait pas avec la politique de la compagnie et ne s'assurait pas que Jackson soit prêt pour les répétitions.

"Nous voulons rappeler à [Murray] que c'est AEG, pas MJ, qui paie son salaire", a écrit Gongaware. "Nous voulons lui rappeler ce que nous attendons de lui."

Les avocats de Jackson ont aussi ressorti un autre e-mail du comptable de la tournée d'AEG Live, Timm Woolley, envoyé à un courtier d'assurance deux jours avant le décès tragique de Jackson, dans lequel il est écrit que le président d'AEG Live "Randy Phillips et le Dr Murray sont responsable de la présence de MJ aux répétitions".

Conrad Murray

Al Seib-Pool/Getty Images

Dans sa décision rejetant la demande du promoteur de révoquer l'affaire, la juge de la Cour supérieure de Los Angeles, Yvette Palazuelos, s'est rangée du côté des avocats de Jackson pour dire qu'AEG avait omis de "se renseigner en détails sur le Dr Murray, sinon ils auraient trouvé que Murray était criblé de dettes".

"Il y a un problème jugeable sur le fait de savoir s'il était prévisible qu'un médecin victime de pressions financières puisse trahir le Serment d'Hippocrate et appliquer des pratiques malencontreusement pratiquées dans l'industrie du spectacle et ordonnées par les responsables d'AEG Live pour le profit", a écrit Palazuelos.

Le promoteur AEG estime qu'il ne devrait pas être tenu responsable de la mort de Jackson, arguant que Murray ne travaillait pas pour la société mais qu'il avait été engagé par le chanteur, et qu'AEG n'aurait pas pu prévoir que Murray lui administrerait du Propofol et d'autres médicaments dangereux.

L'avocat d'AEG, Marvin Putnam, n'a pas pu être joint pour nous donner ses commentaires, mais il avait précédemment déclaré à Fox News que la société n'avait rien à se reprocher.

"Les e-mails qui ont été divulgués ne sont que deux sur des milliers. Ils ont été triés sur le volet par les plaignants et leur sens a été déformé pour dire quelque chose qu'ils ne disent pas. La décision de la Cour de vendredi a stipulé spécifiquement qu'AEG Live ne contrôlait pas le traitement du Dr Murray sur Jackson", a expliqué l'avocat.

"De plus, comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, AEG Live n'a pas versé un seul centime au Dr Murray. Il n'a pas payé pour l'équipement ou le Propofol utilisé pour traiter Jackson. D'ailleurs, le Dr Murray a acheté ce Propofol et traitait Jackson bien avant que Jackson déclare à AEG Live qu'il voulait ajouter le Dr Murray à son personnel de tournée."