• Share
  • Tweet
  • Share
Sting, Dave Matthews, Alanis Morissette, John Mayer

Kevin Mazur/WireImage.com, AP Photo/Chris Pizzello, AP Photo/Dan Steinberg

Juste au moment où la Chine s’apprête à être sous le feu des projecteurs, certaines des plus grandes voix actuelles de la musique ont décidé de mettre en avant le Tibet.

Sting, John Mayer et Dave Matthews sont quelques-uns des chanteurs à participer à l’aventure Songs for Tibet, un album où les stars de la chanson ont décidé de mettre en lumière la province d’Asie qui se bat pour obtenir sa souveraineté nationale.

L’album, où l’on peut aussi retrouver Alanis Morissette, Moby et Garbage, sortira dans le monde entier sur iTunes, le 5 août, soit trois jours avant l’ouverture des jeux Olympiques d’été à Pékin.

Il sortira en magasin le 12 août.

"On voulait exprimer notre soutien au peuple tibétain et leur message de paix à travers la musique, un moyen d’expression essentiel, à l’heure où tous les yeux seront braqués sur la Chine", a déclaré Michael Wohl d’Art of Peace Foundation, et dont le soutien au dalaï-lama est à l’origine de ce projet d’album.

Sur l’album, on retrouve des chansons de Rush, Suzanne Vega, Imogen Heap, Damien Rice, Underworld et Duncan Sheik.

"L’engagement et l’enthousiasme d’un tel nombre d’artistes est très touchant et sincère. C’est très enthousiasmant d’orchestrer un tel projet historique", a déclaré le producteur de l’album, Rupert Hine.

Et Wohl d’ajouter : "Cet album rappellera au monde l’importance du Tibet, sa magnifique culture et la crise que traverse le peuple tibétain."

Quant à la date de sortie de Songs for Tibet, elle a bien évidemment été choisie en fonction du calendrier.

En plus d’être le point d’orgue de quatre années d’efforts, voire de toute une vie, pour des milliers d’athlètes dans le monde entier, cette olympiade est la plus controversée depuis la guerre froide, quand les jeux Olympiques de Moscou avaient été boycottés, notamment par les Etats-Unis, en 1980.

La Chine a été remise en question sur bien des plans, depuis les problèmes de pollution de l’air, en passant par son attitude vis-à-vis des droits de l’homme ou encore ses liens avec le Soudan.

Steven Spielberg s’est finalement retiré du poste de conseiller artistique pour les jeux de Pékin plus tôt cette année, pour montrer son opposition aux relations qu’entretient la Chine avec le Soudan, en dépit de la crise humanitaire au Darfour.

En mars, Björk et Harry Connick Jr. ont été priés de se taire — Björk après avoir exprimé des sentiments pro-Tibet pendant un concert à Shanghai, et Connick avant même d’avoir commencé à chanter.

Peu de temps après qu’on a reproché à Björk d’avoir "transformé un concert commercial en arène politique", la censure a contraint le crooner de la Nouvelle-Orléans à modifier son tour de chant, après que certaines chansons ont été jugées trop tendancieuses.

La Chine gouverne le Tibet depuis 1951, une situation, selon les critiques, qui a eu pour conséquences de développer l’oppression politique, religieuse et culturelle.

Au moins 250 personnes ont été tuées pendant la répression de mars par les autorités chinoises, qui a engendré de larges émeutes. Les officiels chinois déclarent n’avoir pas tué plus d’une personne et que les émeutiers tibétains sont responsables de la mort de 21 personnes.