• Share
  • Tweet
  • Share
Rob Lowe

Michael Papo/ZUMAPress.com

Un personnage clé dans l’affaire de la nounou de Rob Lowe déclare que la Constitution américaine prévaut sur les droits de l’ancien pensionnaire de la Maison-Blanche.

D’après des dossiers judiciaires obtenus par E!  News, un avocat d’une des deux anciennes nounous engagées dans un procès contre l’acteur et sa femme Sheryl essaie d’invalider l’accusation des Lowe contre sa cliente, sous le prétexte que laver son linge sale en public fait partie d’un droit inaliénable.

Dans des documents remplis à la Cour supérieure de Los Angeles lundi dernier par l’avocate Gloria Allred et sa cliente Laura Boyce, celles-ci déclarent que la plainte des Lowe, dans laquelle ils affirment que l’ex-nounou a brisé l’accord de confidentialité en les poursuivant en justice, et ce faisant en rendant public ses griefs, a empiété sur sa liberté d’expression.

"J’ai dit clairement à Rob Lowe qu’il m’empêchait de faire mon travail et que je démissionnerais une fois de plus, s’il n’arrêtait pas ses avances", a déclaré Boyce.

"Je me rappelle avoir pleuré en lui disant ça. Il m’a répondu : "Désolé, chérie. Je l’ignorais.’"

"Sheryl Lowe a rigolé quand je lui ai parlé de son comportement à caractère sexuel déplacé et elle s’est moquée du fait que je ne voulais pas être près d’elle quand elle était nue", a ajouté Boyce dans sa déclaration au tribunal. "Elle se moquait de ma gêne."

Boyce a poursuivi en déclarant qu’elle avait été la cible du couple célèbre comme trois anciens employés qu’ils poursuivaient parce que les Lowe craignaient qu’elle puisse corroborer les allégations de comportement inapproprié dont la nounou n° 2, Jessica Gibson s’était fait l’écho.

De leur côté, les Lowe combattent une fois de plus le feu par le feu (ou un procès par un autre procès), affirmant que c’est le procès intenté par Boyce qui viole leur droit au 1er Amendement de la Constitution, c’est-à-dire leur liberté d’expression.

"Boyce a abusé de son droit d’intenter un procès", peut-on lire dans les documents judiciaires du couple. "La plainte de Boyce est basée sur un comportement qui relève de la sphère privée, ce qui nous a conduit à intenter un procès contre Boyce."

Dans sa tentative d’interrompre le procès intenté par les Lowe, Boyce réitère ses accusations les plus graves à ce jour, évoquant un caractère raciste aux propos prononcés qui l’auraient amenée, selon elle, à démissionner.

En plus du commentaire déplacé, Boyce accuse Sheryl Lowe de s’être comportée avec elle "de façon inappropriée et hostile", en se baladant notamment nue devant elle, pendant que Boyce était leur employée, et que les Lowe ne l’avaient pas payée correctement pour ses heures supplémentaires.

L’audition des différentes requêtes est prévue pour les 28 juillet et 23 septembre prochains.