• Share
  • Tweet
  • Share
Jamie Lee Curtis

AP Photo/Gus Ruelas

Jamie Lee Curtis est en train d'essayer d'accomplir pour l'addiction aux drogues ce qu'elle a accompli pour le fait de vieillir avec grâce, à savoir de faire passer le message qu'il n'y a aucune honte à avoir.

Pour la première fois, l'actrice de 49 ans parle ouvertement de sa dépendance aux analgésiques, dans le magazine More, dix ans après avoir réussi à y mettre fin.

Curtis a déclaré au magazine qu'elle avait développé une dépendance aux analgésiques quand elle avait 35 ans, après qu'on lui en a prescrit suite à une petite intervention de chirurgie esthétique. Elle n'a pas tardé à accompagner les pilules avec de l'alcool.

"Personne ne s'en doutait", a-t-elle déclaré, faisant également référence à son mari, le comique légendaire, Christopher Guest. "Chris n'avait pas la moindre idée de ce qui se passait."

Selon des extraits du New York Daily News et le journal britannique Daily Mail, Curtis aurait déclaré au magazine More qu'elle s'était droguée parce qu'elle se sentait seule et pas assez belle, une chose qui ne pardonne pas à Hollywood.

"J'ai essayé différents types de chirurgie esthétique. J'y suis allée doucement, mais suffisamment pour retarder les effets de l'âge", a-t-elle déclaré, en ajoutant que ce qui l'avait poussée à se faire faire la première opération était le fait qu'un caméraman lui ait dit qu'elle avait des cernes.

"A chaque opération, quelque chose se passait mal. Je me sentais difforme. Je ne me sentais plus naturelle. Je crois que cela m'a vraiment poussée à me droguer. Je m'anesthésiais quotidiennement."

Curtis a expliqué au magazine qu'elle avait essayé d'avouer son problème de drogue à sa sœur Kelly dans une lettre qu'elle avait fini par ne pas envoyer. Sa sœur était venue habiter chez elle pour se rétablir d'une fracture, et Curtis lui volait des calmants pour la douleur.

Finalement, Curtis a pris la décision de mettre fin à sa dépendance il y a neuf ans, pour sa fille Annie, maintenant âgée de 21 ans.

Depuis, elle a participé à plusieurs campagnes anti-drogue et, à l'heure actuelle, elle travaille bénévolement comme conseillère.