• Share
  • Tweet
  • Share
Rihanna

Jason Merritt/Getty Image

La police n'a apparemment rien laissé au hasard dans son enquête sur l'affaire Chris Brown.

E! News a appris en exclusivité que parmi les preuves présentées au bureau du procureur général de Los Angeles, pour que celui-ci détermine les chefs d'inculpation contre Chris Brown, figure une robe Gucci tachée de sang identifiée comme celle que portait Rihanna lors de leur altercation au petit matin du 8 février.

"La police a ajouté la robe de Rihanna aux preuves recueillies car elle a des taches de sang", a expliqué une source au courant de l'enquête. Un porte-parole pour la police de Los Angeles a dit à E! News : "Nous ne faisons aucun commentaire sur les affaires de violence domestique."

La robe corset évasée d'une valeur de 11 000 $ avait été prêtée à Rihanna par Gucci, marque que la chanteuse représente officiellement et avec qui elle a un contrat de plusieurs millions de dollars, pour la soirée précédant la cérémonie des Grammys organisée par Clive Davis au Beverly Hilton, où Chris Brown et elle ont été vus plein d'attentions l'un envers l'autre quelques heures avant leur altercation.

E! News a également appris que seulement quelques heures après l'agression présumée, la police de Los Angeles a mis en place une mesure de protection d'urgence, à la demande de Rihanna, interdisant Chris Brown d'avoir le moindre contact avec l'interprète de "Umbrella". La mesure aurait expiré cinq jours plus tard.

"La procédure habituelle veut que la police demande à une victime de violence domestique sur les lieux de l'agression si elle veut que soit mise en place une mesure de protection d'urgence interdisant l'agresseur de l'approcher", Alec Rose, avocat criminel de Santa Monica, a-t-il expliqué à E! News.

"Si la victime la demande, la mesure de protection d'urgence est mise en place pour une durée de cinq jours. Une fois ce délai écoulé, la victime doit faire savoir au bureau du procureur général si elle souhaite que la mesure soit prolongée."

—Reportage de Whitney English, Claudia Rosenbaum, Giselle Ugarte et Aly Weisman