Dimanche, le procureur de l'État de New York, Eric T. Schneiderman, a intenté un procès à la Cour suprême du comté de New York contre Harvey Weinstein, Bob Weinstein et la société de production cofondée par les frères, The Weinstein Company, pour des violations des droits civiques, des droits de l'homme et du droit du travail.

Selon un communiqué de presse du bureau du procureur donné à E! News, la plainte de 38 pages déposée contre The Weinstein Company et ses fondateurs donne le détail de nouvelles accusations sur le "maltraitement exploitateur et malveillant des employés de la société" du producteur, donnant un descriptif détaillé de harcèlement sexuel, intimidation et autres comportements déplacés dans la plainte. 

Le bureau du procureur a dit dans une déclaration que si la société est vendue, les "victimes seront dédommagées, les employés seront dorénavant protégés, et ni les auteurs de crimes ni ceux qui ont fermé les yeux ne seront enrichis injustement". 

Selon le Hollywood Reporter, le procès retarde la vente de The Weinstein Company. TWC devait conclure un marché dimanche. De plus, le New York Daily News dit que le procès "voue à l'échec" le destin de la vente de la société pour 500 millions de dollars.

La déclaration expliquait aussi que le bureau du procureur a commencé une enquête, qui comprend "un examen exhaustif des dossiers et e-mails de la société", suite aux articles explosifs publiés par le New York Times et le New Yorker en octobre 2017, dans lesquels Weinstein a été accusé de viol et d'agression sexuelle par de nombreuses femmes (Weinstein a nié en bloc toutes les allégations de relations sexuelles non consensuelles). La société est accusée d'avoir enfreint les lois de discrimination sexuelle.

Harvey Weinstein, Bob Weinstein

Mathew Imaging/WireImage

Une des nombreuses accusations faites dans la plainte, c'est que The Weinstein Company "a engagé un groupe d'employées dont le travail principal était d'accompagner [Harvey] à des évènements et à faciliter ses conquêtes sexuelles... Une des membres de cet entourage a été envoyée de Londres à New York pour enseigner [à ses assistantes] comment s'habiller et avoir une odeur plus attirante." 

Le plainte dit aussi que des employées ont été prises pour "améliorer l'activité sexuelle regulière [de Harvey], y compris en contactant des partenaires sexuelles potentielles par texto ou téléphone selon ses instructions, et en gardant des créneaux dans son emploi du temps pour les activités sexuelles". 

Le procureur de l'État de New York dit aussi que le frère de Harvey, Robert, était au courant de la conduite déplacée de son frère et qu'il a permis à Harvey de créer un environnement de travail hostile et de continuer les harcèlements sexuels et n'a rien fait pour l'en empêcher.

Après la déclaration du procureur de l'État de New York, Ben Brafman, avocat de Harvey Weinstein, a remis sa propre déclaration à E! News niant les allégations dans la plainte.

"Nous pensons qu'une enquête juste par M. Schneiderman montrera que beaucoup des allégations contre Harvey Weinstein sont infondées", dit l'avocat.

La déclaration continue : "Le comportement de M. Weinstein n'était pas sans faille, mais il n'y a eu aucune criminalité, et à l'issue de l'enquête, il sera clair que Harvey Weinstein a promu plus de femmes dans des postes élevés que tout autre leader de l'industrie et qu'il y a eu zéro discrimination à Miramax ou TWC. Si le but de l'enquête est d'encourager la réforme dans l'industrie du cinéma, M. Weinstein est prêt à soutenir l'enquête. Si le but est de faire de M. Weinstein un bouc émissaire, il se défendra vigoureusement."

  • Share
  • Tweet

We and our partners use cookies on this site to improve our service, perform analytics, personalize advertising, measure advertising performance, and remember website preferences. By using the site, you consent to these cookies. For more information on cookies including how to manage your consent visit our Cookie Policy.