ESC: SAG Awards, Best Beauty, Mandy Moore

MIKE NELSON/EPA-EFE/REX/Shutterstock

Des célébrités, des politiques et des citoyens de tous les États-Unis participent à un débrayage en solidarité avec les femmes qui accusent Brett Kavanaugh, le candidat à la Cour suprême, d'agression sexuelle.

Le Dr Christine Blasey Ford, un professeur de Californie, avance que le juge Kavanaugh l'a pelotée lors d'une soirée lycéenne et lui a couvert la bouche quand elle a tenté d'appeler au secours. "Il essayait de m'agresser et de me déshabiller", a-t-elle précisé au Washington Post.

Depuis que les accusations contre le candidat de la Maison-Blanche ont fait surface le 16 septembre, Christine Blasey Ford et ses avocats sont embarqués dans des tractations ardues avec la commission judiciaire du Sénat et ont fini par accepter qu'elle témoigne jeudi. Dimanche, Ronan Farrow et Jane Mayer du New Yorker ont publié un article dans lequel une autre femme, Deborah Ramirez, avance que Brett Kavanaugh lui a montré son sexe au cours d'une soirée à l'université de Yale. L'intéressé nie les deux incidents et estime qu'on essaie de le "salir" et de le "tuer médiatiquement". 

Dimanche, l'organisation Time's Up a appelé à un débrayage national ce lundi. "Les victimes doivent être entendues. Portez du noir et rejoignez le débrayage national lundi 24 septembre à 13 h, heure de la côte est/10 h, heure de la côte ouest, en solidarité avec le Dr Christine Blasey Ford", a tweeté Time's Up. Le mouvement a encouragé les participants à sortir de là où ils se trouvent, que ce soit au travail, chez eux ou à l'école.

Des stars comme Kerry Washington, Emmy Rossum, Jane Fonda, J.J. Abrams et d'autres apportent leur soutien à #TimesUp et à #BelieveSurvivors via les réseaux sociaux.

Jane Fonda a tweeté que "la foule se rassemble dans la capitale". Il y a même eu un débrayage au siège du bureau du Sénat à Washington.

Découvrez ci-dessous d'autres célébrités qui postent des messages sur le mouvement #BelieveSurvivors.

Les femmes doivent être entendues. Aujourd'hui, je porte du noir en solidarité avec le Dr Christine Blasey Ford. #BelieveSurvivors #TIMESUP #ArrêtezKavanaugh

On a fait une minute de silence sur le plateau en soutien au Dr Ford. #BelieveSurvivors #BelieveWomen #TimesUp

Nous sommes aux côtés de #ChristineBlaseyFord #BelieveSurvivors@MimiKennedyLA⁩ ⁦@AnnaKFaris

Nous sommes sortis à 10 h pour montrer notre solidarité avec les victimes. #believesurvivors #timesup #DrFord #deborahramirez #pasdekavanaugh #pasdeconfirmationdekavanaugh #timesupnow #willandgrace SWIPE https://www.instagram.com/p/BoHgt3xnKHI/?utm_source=ig_twitter_share&igshid=1iswer16o9t6m …

#CroyonslesVictimes

Nous sommes sortis de la salle des scénaristes et de notre série parce que nous #CroyonslesVictimes.

Notre équipe sort en solidarité avec le mouvement #MeToo. #BelieveSurvivors

Je crois Christine Blasey Ford. Je crois toujours Anita Hill. L'expérience d'une femme ne devrait jamais valoir moins que la carrière d'un homme. #timesup

Je crois les victimes. Je crois le Dr Blasey Ford.

Le mouvement #BelieveSurvivors fait suite à #WhyIDidntReport ("Pourquoi je n'ai rien dit" en français), un autre mouvement viral sur Twitter qui a permis à des femmes de dire pourquoi elles n'ont jamais déclaré leurs agressions sexuelles. Il est apparu suite à un tweet de Donald Trump le 21 septembre dans lequel il écrit : "Je n'ai aucun doute que si l'agression envers le Dr Ford était aussi terrible qu'elle le prétend, des plaintes auraient été déposées immédiatement auprès de la police locale par elle ou un de ses parents. Je demande à ce qu'elle montre ces documents pour qu'on apprenne la date, l'heure et le lieu !"

Lili Reinhart de Riverdale a expliqué indirectement au président : "Parce que je ne voulais pas perdre mon travail ou que les gens pensent que j'en faisais des tonnes. #WhyIDidntReport" 

Ashley Judd, une des premières voix du mouvement #MeToo, a révélé sur Twitter pourquoi elle n'a rien dit : "#WhyIDidntReport. La première fois que c'est arrivé, j'avais 7 ans. J'ai prévenu les premiers adultes que j'ai rencontrés. Ils m'ont dit : « Oh, c'est un vieux monsieur gentil, ce n'était pas son intention. » Alors quand j'ai été violée à 15 ans, je ne l'ai dit qu'à mon journal intime. Quand une adulte l'a lu, elle m'a accusée de coucher avec un adulte."

D'autres stars comme Padma Lakshmi, ou encore Alyssa Milano ont également partagé leur histoire.

Lundi, Donald Trump a fait les louanges de Brett Kavanaugh au cours d'un discours aux Nations Unies. Il a déclaré que les accusations à l'encontre de son candidat à la Cour suprême étaient "les choses les plus injustes qui soient jamais arrivées à un candidat".

Trump a ajouté : "Heureusement, nous aurons très bientôt un autre juge qui est un homme fantastique, avec un talent et un intellect fantastiques." Il a cependant précisé qu'il souhaitait que le Dr Ford se "fasse entendre" et qu'on "la laisse dire ce qu'elle veut. Laissons-le dire ce qu'il a à dire et ainsi les sénateurs décideront".

Dans une lettre adressée au sénateur de l'Iowa Chuck Grassley (qui est le membre le plus élevé de la commission judiciaire du Sénat) datée du 22 septembre, le Dr. Ford a écrit : "Ma peur ne m'empêchera pas de témoigner et vous aurez toutes les réponses à vos questions."

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.