Olivia Munn

Bryan Bedder/Getty Images for A+E

Une femme, victime quand elle était mineure d'un comportement sexuel abusif de la part d'un acteur qui a depuis été effacé d'une scène de The Predator, a brisé son silence et souhaite remercier Olivia Munn, l'actrice principale du film, de l'avoir défendue.

La semaine dernière, le Los Angeles Times a rapporté qu'une scène du long métrage dans laquelle un joggeur drague le personnage interprété par l'actrice a été coupée au montage, après que la star a découvert et a informé les cadres du studio que l'acteur Steven Wilder Striegel est un délinquant sexuel enregistré. En 2010, il a plaidé coupable d'avoir tenté d'avoir une relation sexuelle avec une jeune fille de 14 ans via Internet.

La victime a désormais 24 ans et s'appelle Paige Carnes. Elle a donné son identité dans un communiqué adressé au Los Angeles Times jeudi.

"Le but de ce communiqué est de reprendre mon identité", a-t-elle commencé. "Les agressions sexuelles mettent les gens mal à l'aise. Ça devrait vous mettre mal à l'aise. Cette gêne n'est rien comparée à la souffrance psychologique et physique de ceux qui les ont subies. Je ne pouvais pas parler quand j'avais 14 ans. Les conséquences de cette agression sont profondes et permanentes pour certains. Quand l'agression concerne un enfant, c'est encore plus dur à surmonter. On n'a plus confiance en son entourage, et surtout en soi. Votre agression ne vous définit pas. Avec le soutien des autres et sa force de caractère, on peut surmonter l'appellation de victime et récupérer son identité."

"Le soutien peut recouvrir plusieurs formes. Parfois, il suffit juste qu'une personne parle pour vous et reconnaisse votre valeur en tant qu'être humain. J'ai énormément de chance d'avoir un père et une mère qui m'aiment sans réserve. Mon père m'a soutenue pendant ma guérison et ma croissance et je ne pourrai jamais le remercier assez. Je suis éternellement reconnaissante envers ce qu'a fait Olivia Munn. Elle m'a défendue. Elle a pris position pour moi. En conséquence, elle a défendu tous ceux qui ont souffert comme moi. Être reconnue par un inconnu, en public sur ce sujet est extrêmement valorisant. La réaction positive sur les réseaux sociaux envers Olivia Munn est réconfortante et je me sens énormément soutenue."

Paige Carnes a poursuivi : "Je n'ai aucune honte par rapport à ce qui m'est arrivé. Ce n'est pas moi qui dois vivre avec cette honte. Je m'appelle Paige Carnes, anciennement la mystérieuse victime. J'espère que tous ceux qui ont souffert comme moi recouvreront leur voix et leur humanité."

Olivia Munn a répondu à l'intéressée sur Instagram : "Chère Paige,⁣ ton courage et ta force en sortant de l'ombre et en « dévoilant ton identité » sont très impressionnants.⁣⁣ ⁣⁣⁣Il ne fait aucun doute qu'en t'exprimant aujourd'hui avec autant d'éloquence, tu as inspiré beaucoup d'autres rescapés.⁣⁣⁣ MERCI pour ton courage et ton intrépidité⁣⁣⁣ ⁣⁣❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️⁣⁣⁣ ❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️⁣⁣⁣ ❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️⁣⁣⁣ #plusdemysterieusevictime."

Steven Wilder Striegel a déclaré au Los Angeles Times la semaine dernière que la victime était un membre de sa "famille éloignée" qui lui parlait lors de "plusieurs réunions de famille" de "tout un tas de problèmes auxquels elle faisait face" et qu'en essayant de lui redonner confiance en elle, il "avait eu la très mauvaise idée de lui dire par e-mails qu'elle était séduisante, sexy, pas du tout une ratée, etc." Il a précisé lui avoir dit explicitement qu'ils ne pouvaient pas être en couple à cause de son âge et parce qu'ils faisaient partie de la même famille.

Striegel a précisé au journal qu'il "espérait" que son passé criminel était quelque chose qui "continuerait à se fondre dans [son] passé".

"Ce fut un chapitre de ma vie vraiment regrettable, pour lequel je me sentais et pour lequel je me sens responsable", a-t-il continué. "Si j'avais eu le moindre soupçon que mon rôle dans The Predator poserait problème à Shane Black, ou ferait de l'ombre à un film auquel je souhaite tout le succès possible, bien évidemment, je ne me serais jamais impliqué."

Le réalisateur Shane Black connaissait le passé criminel de Striegel et avait déclaré avoir "personnellement décidé d'aider un ami", avait rapporté le Los Angeles Times, précisant que le lendemain de la publication de l'article, le metteur en scène s'était excusé publiquement auprès de ceux qu'il avait déçus en recourant à Striegel "sans les avoir consultés au préalable". Un porte-parole de Fox a précisé au journal : "Notre studio n'était pas au courant du passé de M. Striegel au moment de son embauche. Nous n'étions pas au courant de son passé pendant le casting à cause des lois qui empêchent les studios de réaliser une enquête de moralité des acteurs."

Olivia Munn a indiqué au L.A. Times que c'était "à la fois surprenant et troublant" que Shane Black n'ait pas informé les acteurs, l'équipe ou le studio du passé de Striegel pendant le tournage. 

L'actrice a précisé pendant le Ellen DeGeneres Show cette semaine qu'elle avait appris son passé via une tierce personne. 

"Quand je l'ai découvert, j'ai contacté Fox en disant : « Il faut effacer cette scène. » Et heureusement, ils l'ont fait", a expliqué Olivia Munn à Ellen DeGeneres. "J'en ai parlé à mes partenaires, individuellement, ainsi : « Je veux vous dire que j'ai découvert ça. » Quand j'ai prévenu mes co-stars, des gens du studio m'ont reproché de le leur avoir dit, et on m'a demandé pourquoi je ne m'étais pas tue. « Tout va bien, la scène a été effacée, pourquoi en faire tout un plat ? » Et j'ai répondu : « Eh bien, c'est arrivé. »"

"La réalité, c'est que les gens qui complotent pour que ces personnes aient du pouvoir, c'est ça, le vrai problème, ainsi que les gens qui font semblant de ne pas voir", a poursuivi Olivia Munn. "L'autre point que vous avez soulevé, et qui est difficile, c'est le soutien, parce que les autres acteurs, personne ne m'a rien dit à ce sujet, personne ne m'a parlé, personne n'est venu me voir ce jour-là. Au début, je me suis dit que c'était parce qu'ils ne savaient pas quoi dire, ils ne voulaient pas s'en mêler, mais en privé, ça m'a glacée. Ce qui est important de comprendre, c'est que lorsqu'on voit quelque chose, il faut en parler, même si ça ne va pas être facile. Même si certains vont vous en vouloir de ne pas jouer le jeu."

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.