Viola Davis, The Help

DreamWorks Pictures

Viola Davis nous a offert une prestation remarquable dans le rôle de la domestique Aibileen Clark dans le film dramatique de 2011 La Couleur des sentiments. Mais si on offrait le rôle à l'actrice aujourd'hui, elle le refuserait certainement.

Récemment interviewée par le New York Times, Davis a révélé qu'elle avait "refusé beaucoup de rôles" au fil des années, mais qu'elle n'en regrettait que très peu. "Il y en a peut-être un ou deux que j'ai regrettés une petite minute, mais après, je suis passée à autre chose", a déclaré l'actrice que l'on verra prochainement dans Les Veuves. "En vieillissant, je refuse des rôles car je sais qu'une fois que le film sera sorti, il faudra que j'en fasse la promo. Et je ne veux pas faire la promotion d'un film auquel je ne crois pas."

"Ce qu'il faudrait me demander, c'est : est-ce que j'ai fait des films que je regrette ? Oui, et La Couleur des sentiments fait partie de cette liste", a-t-elle lancé, ce qui surprendra très certainement ses fans. "Pas pour ce qui est de l'expérience et des gens qui ont travaillé sur ce film, car ils étaient tous formidables. Je me suis liée d'amitié avec des gens qui resteront mes amis jusqu'à la fin de ma vie. J'ai vécu des expériences formidables avec ces autres actrices, qui sont des êtres humains d'exception. Et je n'aurais pas pu avoir de collaborateur plus extraordinaire que Tate Taylor."

Octavia Spencer, Viola Davis, The Help

Dale Robinette/DreamWorks

Il est vrai que Davis est restée amie avec ses co-vedettes Jessica ChastainBryce Dallas HowardAllison JanneyOctavia Spencer et Emma Stone. L'an dernier, Spencer a d'ailleurs déclaré qu'elle avait passé la matinée des Golden Globes à se prélasser dans le jacuzzi de Davis avant de fouler le tapis rouge. Alors pourquoi Davis regrette-t-elle son rôle dans La Couleur des sentiments, tiré du roman éponyme de Kathryn Stockett, au juste ? "J'ai trouvé qu'au final, ce n'était pas les voix des domestiques que l'on entendait. Je connais Aibileen. Je connais Minny. Elles sont comme ma grand-mère. Elles sont comme ma mère", a expliqué l'actrice oscarisée de 53 ans. "Si vous faites un film dont l'idée principale est de savoir ce que ça fait de travailler pour des Blancs et d'élever des enfants en 1963, je veux entendre ce que ces femmes ressentent. Je n'ai jamais entendu ça dans ce film."

Davis a déjà exprimé ses inquiétudes dans le passé.

À un gala de la British Academy of Film and Television Arts l'an dernier, Davis a expliqué pourquoi elle avait accepté de faire ce film. "Je savais que c'était tiré d'un best-seller et je savais que ça transformerait ma carrière. Ça, je le savais", s'est-elle rappelée. "Je trouvais que c'était une histoire importante, mais beaucoup de choses dans La Couleur des sentiments me posaient problème."

The Help, Emma Stone

Dreamworks

Par exemple, l'actrice a adoré le fait que le personnage de Stone voulait écrire une histoire du point de vue des domestiques expliquant ce que ça leur faisait de travailler pour des femmes blanches. "Mais je ne trouve pas que c'était vraiment de leur point de vue. C'est ce qui me dérangeait", a-t-elle expliqué. "Ça me dérangeait depuis le début."

Pour commencer, a-t-elle expliqué : "Elles auraient exprimé la colère, la méchanceté et la haine qu'elles avaient envers ces femmes blanches. On n'a pas vu ça dans le film ! On a vu Minny mettre de la m--de dans une tarte, mais c'était montré de façon comique alors la pilule a été plus facile à avaler. Ces femmes noires auraient détesté ces femmes. Et je pense que si ce film a eu autant de succès, c'est parce que beaucoup de gens ont été élevés par ces nounous, qui leur servaient de deuxième maman. Je crois qu'on n'a pas montré leur mauvais côté car on ne voulait pas ternir le souvenir de ces femmes noires qui les aimaient, peut-être même plus que leur propre maman. On voulait que ça reste pur." Trop de scènes importantes ont été coupées au montage final, a-t-elle expliqué, qui auraient rendu justice à ces personnages. "Une fois que ça apparaît à l'écran, la vérité est tellement filtrée, tout est fait pour que vous ne soyez pas mal à l'aise", a-t-elle lancé. Mais quand on raconte une histoire, "ce n'est pas notre travail de vous mettre à l'aise. Pas du tout", a-t-elle déclaré. "Si ça vous met mal à l'aise, c'est votre problème et votre croix à porter. C'est la beauté de cet art. La beauté de cet art, c'est qu'on vous le livre, vous le recevez et si ça crée une réaction en vous, c'est qu'on a bien fait notre travail."

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.