Sally Field

Walter McBride/WireImage

Pour ses mémoires, Sally Field s'est livrée à cœur ouvert.

La star iconique oscarisée a passé le plus gros de sa vie sous le feu des projecteurs, mais malgré toutes ces années de vie publique, il y a des choses que la star de 71 ans a réussi à garder privées, jusqu'à maintenant. Selon le New York Times, Field fait nombre de révélations personnelles dans ses mémoires, In Pieces, y compris les abus sexuels que lui a infligés son beau-père et l'avortement secret qu'elle a subi au Mexique à 17 ans.

En 1952, sa mère, Margaret Field, s'est remariée à l'acteur Jock Mahoney. "Ça aurait été tellement plus facile si je n'avais ressenti qu'une chose. Si Jocko n'avait été que cruel et effrayant. Mais ce n'était pas le cas", a écrit Field dans ses mémoires au sujet de Mahoney, selon le Times. "Il pouvait être magique, le joueur de flûte que notre famille suivait aveuglément."

Selon l'article du journal, Mahoney appelait souvent l'actrice dans sa chambre alors qu'il était seul. "Je savais", a écrit Field, selon le Times. "Je me sentais une enfant, impuissante, et pas une enfant. Puissante. C'était du pouvoir. Et je l'assumais. Mais je voulais être une enfant, et pourtant." 

On ne sait pas très bien quand les abus ont commencé, selon le Times, mais Field a dit que ça s'était arrêté à 14 ans, et sa mère et Mahoney ont divorcé en 1968.

Ce n'est que des décennies plus tard, après que Field a eu le rôle primé de Mary Todd Lincoln dans Lincoln de Steven Spielberg en 2012, qu'elle a parlé des abus sexuels à sa mère, selon le Times.

Field a aussi décrit un incident avec le parolier Jimmy Webb : elle se serait réveillée avec lui sur elle, "bougeant sur une autre mélodie" après avoir fumé un joint ensemble en 1968, selon le Times.

"Je crois qu'il était complètement défoncé", a-t-elle dit au Times, faisant remarquer qu'elle ne pensait pas qu'il ait agi avec "une intention malveillante". 

En réponse, Webb a dit au journal : "On me demande de répondre à un passage d'un livre que les éditeurs refusent de me laisser lire, même à la demande de mon avocat, alors tout ce que je peux faire, c'est raconter mes souvenirs d'être sorti avec Sally dans les années 60. Sally et moi étions de jeunes stars en plein essor à Hollywood. On est sortis ensemble, et on a fait ce que des jeunes de 22 ans faisaient à la fin des années 60 : on traînait, on fumait de l'herbe, on couchait ensemble." 

Il a continué : "J'ai de superbes souvenirs de nos moments ensemble et beaucoup de respect pour Sally, tellement de respect que je n'ai pas écrit à son sujet dans mon livre, car je ne voulais pas ternir son image avec nos histoires de drogue et de sexe."

Elle a aussi affirmé dans le livre que le réalisateur Bob Rafelson lui aurait dit qu'il ne pouvait pas engager quelqu'un "qui n'embrasse pas assez bien" quand elle a fait l'audition pour Stay Hungry. "Alors je l'ai embrassé", a écrit Field, selon le Times. "J'imagine que ça l'a convaincu." 

Rafelson a nié l'accusation, disant au journal : "Ce n'est pas vrai. C'est la première fois que j'entends cette histoire. Je n'ai forcé personne à m'embrasser pour obtenir un rôle."

Burt Reynolds, Sally Field

Des mémoires de la vie de Field ne seraient pas complets sans mention d'une de ses relations les plus célèbres, celle avec Burt Reynolds, qui est décédé la semaine dernière. Elle a dit au Times que leur relation était "perturbante et compliquée, et non sans amour et affection, mais extrêmement compliquée et blessante pour moi". 

Dans le livre, la star décrit Reynolds comme "fanfaron et charismatique", selon le Times, mais aussi autoritaire et incapable de l'accepter telle qu'elle était. Elle a aussi écrit sur son abus de Percodan, Valium et autres barbituriques en faisant Cours après moi shérif, ainsi que sur des injections à la poitrine. 

Quand il a été examiné à l'institut cardiaque de Miami comme prévu par Field, elle a écrit qu'il avait mal réagi face à ses suggestions d'aller en thérapie pour le stress et l'anxiété. Elle a aussi dit au Times que, à travers la relation, Field "exorcisait quelque chose qui devait l'être", après les abus sexuels de son beau-père. "J'essayais de faire en sorte que ça marche, cette fois", a-t-elle dit.

"Cela lui ferait du mal", a-t-elle dit au journal au sujet du livre. "J'étais contente qu'il ne le lise pas, qu'on ne lui pose pas de questions là-dessus et qu'il n'ait pas à se défendre ou à rétorquer, ce qu'il aurait sans doute fait. Je ne voulais pas lui faire davantage de mal."

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.