DU NOUVEAU SUR...

Olivia Munn "seule" dans le scandale The Predator : "Mon silence n'est pas à vendre"

"Je me suis sentie très seule, assise là", a dit l'actrice après avoir réussi à faire couper une scène avec un délinquant sexuel
par Zach Johnson | Traduit par Helene Skantzikas | sept. 11, 2018 21:42Tags
The PredatorTwentieth Century Fox Film Corporation

Olivia Munn ne fait pas que parler, elle agit aussi. 

La semaine dernière, l'actrice a révélé dans une interview avec le Los Angeles Times qu'elle avait fait pression sur la 20th Century Fox pour couper une scène de The Predator avec l'acteur Steven Wilder Striegel, un délinquant sexuel et ami de longue date du réalisateur du film, Shane Black. Striegel a purgé six mois de prison après avoir plaidé coupable en 2010 de deux crimes — risque de blessure à un enfant et séduction d'un mineur par ordinateur — après avoir fait face à des allégations disant qu'il avait essayé de convaincre une "parente distante" de 14 ans d'avoir une relation sexuelle par Internet. Dans une déclaration la semaine dernière, un représentant de Fox a dit : "Notre studio ne connaissait pas les antécédents de M. Striegel quand il a été engagé. Il y a plusieurs semaines, quand le studio a appris les détails, sa scène dans le film a été retirée dans les 24 heures. Nous n'étions pas conscient de ses antécédents durant le casting à cause des limites légales qui empêchent les studios de faire des recherches sur le passé des acteurs." 

Dans une interview groupée samedi avec ses partenaires à l'écran Augusto Aguilera et Keegan-Michael Key, Munn a dit à Variety qu'elle avait prévenu le studio le 15 août, mais a affirmé que Fox était resté "silencieux" pendant deux jours. "J'ai dû les recontacter et dire : «Je ne suis pas à l'aise d'être remettante aux MTV Video Music Awards» — et je présentais avec Keegan — «à moins que ce gars n'y soit pas.» Je ne dis pas qu'ils ne travaillaient pas dessus en coulisse, mais je n'ai pas eu de nouvelles. Mais je suis heureuse qu'ils aient agi, évidemment, car je suis fière du travail qu'on a fait dans ce film. On a tous travaillé très dur, et je ne pourrais pas soutenir moralement un film avec ce type dedans." 

Initialement, Black avait dit au Los Angeles Times qu'il avait "personnellement choisi d'aider un ami" en prenant Striegel dans trois films, pensant que l'acteur avait été "pris dans une mauvaise situation, mais rien de lubrique". Jeudi, Black a émis une autre déclaration en disant : "Il m'est devenu clair que j'ai été induit en erreur par un ami, je voulais vraiment croire qu'il me disait la vérité quand il a décrit les circonstances de son inculpation. Je crois fortement qu'il faut donner des secondes chances aux gens, mais parfois, on découvre que cette chance n'est pas méritée comme on l'espérait." 

Twentieth Century Fox Film Corporation

Munn a dit qu'elle était déçue que Black ne l'ait pas contactée directement. "Je crois que les excuses doivent se faire en privé, pas juste publiquement", a-t-elle dit à Variety. "Je crois à ses excuses, qu'il a faites à toutes les personnes, dans le passé et le présent, qu'il a mises dans cette situation, et il s'agit de moi, mais je n'ai pas eu ces excuses. Je l'ai lu en ligne comme tout le monde." L'expérience a été révélatrice, a-t-elle ajouté. "Il y a un moment quand on est dedans, où tout le monde depuis le sommet veut que vous vous taisiez et veut tout faire pour aider le film. Ils essayent de jouer avec votre esprit comme un Jedi, genre : «Ce ne sont pas les gens que vous cherchez», et ça ne marche pas avec moi !" 

La distribution a assisté à l'avant-première du film au festival international du film de Toronto 2018 jeudi dernier, mais Black a évité la presse depuis. Après avoir été critiquée pour avoir continué de promouvoir le film, Munn a tweeté : "J'ai une obligation contractuelle. Et vu mon expérience, je crois qu'ils préféreraient que je ne vienne pas. Ça mettrait tout le monde plus à l'aise. Mais j'ai bossé très dur sur ce film, tout comme toute l'équipe. Maintenant que la scène est effacée, je crois que le public va adorer." Après l'avant-première, elle a tweeté : "Merci à tous ceux qui sont venus ce soir et ont montré tant de soutien. J'aurais aimé pouvoir faire des interviews sur le tapis rouge, mais on m'a dit d'avancer et qu'il n'y avait pas le temps." 

Sur le tapis rouge ce soir-là, Key a abordé la controverse pour la première fois publiquement. "Je crois que le studio a fait la chose qu'il fallait à 100 %. Vraiment. Je crois qu'ils ont pris une décision appropriée pour la circonstance, et on est tous responsables de notre comportement", a dit l'acteur à Variety. "Ils ont fait ce qu'il fallait, je pense, vu les circonstances." 

lire
Comic-Con 2018 : Sterling K. Brown, Olivia Munn et d'autres stars prises sur le vif par E! News
Twentieth Century Fox Film Corporation

Munn était horrifiée quand ses co-stars Boyd Holbrook, Key et Trevante Rhodes ont semblé faire une ovation à Black durant l'avant-première. "Je me suis retournée et j'ai vu les gars se lever, et j'étais assez perdue, car je n'avais pas eu de nouvelles d'eux de la journée. Tout le monde était assis, et ce n'était pas une ovation énorme pour lui", a-t-elle dit à Vanity Fair. "J'ai trouvé qu'il était approprié d'applaudir, mais de faire le geste de se lever, surtout à ce moment... Et en privé, je savais que personne ne m'avait contactée pour dire : «Ça va ?» J'étais assez mal." Munn a contacté ses co-stars au sujet de Striegel des semaines avant, mais elle a dit qu'aucun d'eux n'avait voulu la soutenir publiquement ou condamner son casting. "Je ne voulais pas qu'ils soient pris par surprise comme moi, et je les ai encouragés à émettre une déclaration après que le LA Times nous a contactés. J'ai été surprise qu'aucun d'eux ne le fasse. C'était leur choix." 

Le lendemain, Munn a pris un jour de maladie lors d'un junket. 

Inutile de dire que ça a été une tournée promotionnelle révélatrice et déprimante.

"La réalité, c'est que certains portent des pin's Time's Up et disent soutenir le mouvement", a dit Munn, mais "il y a des gens dans le mouvement qui ne soutiennent pas vraiment la cause." 

Twentieth Century Fox Film Corporation

Munn a repris la promotion samedi, et Aguilera, Holbrook, Thomas Jane, Key et Jacob Tremblay ont fini les interviews de groupe avec divers médias. Quand Munn a eu terminé une interview groupée avec Aguilera et Key pour Variety, les autres membres de la distribution — qui n'étaient pas présent lors de l'enregistrement — ont été accompagnés hors du studio. Dans une déclaration samedi soir, un représentant de Fox a dit : "Chacun de nos acteurs a rempli ses devoirs promotionnels et a assisté à ses interviews aujourd'hui, en ligne avec nos attentes. Il y a toujours des changements d'emploi du temps de dernière minute." 

Après Variety, Munn a continué avec The Hollywood Reporter, rejointe par seulement Tremblay. Dans une interview solo séparée, elle a dit : "Il était très important pour moi que la scène soit effacée. Quand la presse a tout appris, ils ont voulu une déclaration, j'en ai fait une. J'ai appris ces détails comme tout le monde. C'était choquant et dérangeant. Maintenant qu'on me pose des questions là-dessus, je ne sais pas comment mentir. Je ne sais pas comment faire semblant. Je ne sais pas comment éviter le sujet. Je sais juste être honnête. Je me sens très seule, assise là, alors que je devrais être avec le reste de l'équipe." 

(Après, le publiciste de Key a émis une déclaration disant : "Keegan n'a jamais été booké pour faire une interview avec The Hollywood Reporter. Sa dernière interview était prévue après le déjeuner, et il l'a faite. Il a toujours été prévu qu'il quitte le festival tôt pour pouvoir rentrer passer la fête juive avec sa femme. De plus, Keegan a contacté Olivia en privé la semaine dernière pour lui faire savoir combien il était fier d'elle et il a réitéré ce sentiment dans nombre d'interviews depuis.")

En parlant à Vanity Fair, Munn était clairement contrariée. "J'ai l'impression d'être la coupable. Je ne suis pas allée en prison. Je n'ai pas mis ce type sur notre plateau. J'ai fait effacer la scène. Dieu merci, honnêtement, pour les réseaux sociaux. Ce sont les fans et les médias qui me confirment que j'ai fait ce qu'il fallait. Je n'ai pas eu ce retour, et je devenais un peu folle en pensant : «Pourquoi on me traite ainsi ?»" a révélé l'actrice de 38 ans. "Ce n'est pas bien, d'avoir le sentiment de passer pour la méchante."

Twentieth Century Fox Film Corporation

Malgré son sentiment d'isolement, Munn a dit qu'elle ne regrettait pas d'avoir parlé. "Faire couper un délinquant sexuel inculpé d'un film qui a une portée globale est très important, mais la réalité de ce que j'ai dû vivre au fil du processus, c'est de la folie", a-t-elle dit. "C'est comme si j'étais tombée sur quelque chose, et maintenant on me pourchasse et on m'isole." 

Dans une série de tweets, sa costar Sterling K. Brown lui a donné son soutien dimanche. "Je suis désolé que tu te sentes isolée, ma chère", a-t-il dit à Munn. "Et je suis désolé que tu aies été la seule à en parler publiquement. Je n'étais pas au festival, donc je n'ai pas eu l'occasion d'être à tes côtés. Il y a deux problèmes, de mon point de vue. D'abord, qu'est-ce qui est et qui n'est pas pardonnable ? Cela varie selon les individus. Toi et [Black] êtes sans doute différents sur cette question. Je n'ai pas tous les détails du crime de son ami, mais je sais qu'il impliquait une mineure et qu'il a fait de la prison." 

"En ce qui concerne le pardon, je laisse ça aux individus. Ce qui me pose problème (et je crois que Shane a abordé ça dans ses excuses), c'est qu'on a tous le droit de savoir avec qui on travaille ! Et quand quelqu'un a été inculpé d'un crime de nature sexuelle avec un enfant, on a le droit de dire que ce n'est pas acceptable ! Notre studio n'a pas eu cette occasion, et notre distribution non plus. Surtout [Munn], qui était le seul membre des acteurs principaux qui a dû travailler avec lui. Je te remercie de ne pas avoir laissé passer ça, et encore une fois, je suis désolé que tu te sois sentie isolée en agissant. Merci à [20th Century Fox] d'avoir agi rapidement et effacé la scène", a-t-il tweeté. "J'espère que tu te sens moins seule. Tu as fait ce qu'il fallait." 

lire
Olivia Munn apporte son soutien au mouvement #MeToo : "Notre voix et notre douleur comptent"
Twentieth Century Fox Film Corporation

Munn a reçu le soutien d'acteurs comme Terry Crews et Thomas Sadoski

En parlant au Los Angeles Times samedi, Rhodes a dit : "J'étais déçu par Shane. J'étais déçu par la situation, et je suis heureux que Liv ait parlé." Aguilera, qui a rejoint Munn et Rhodes pour l'interview de groupe, a loué sa co-star pour son "courage" d'avoir parlé publiquement.

Munn n'accepte pas les excuses de Black, mais elle a dit : "J'ai ressenti le soutien en ligne et dans les médias — tout le monde était très encourageant et m'a fait me sentir bien — mais c'était très solitaire pour moi ce jour-là. Je me fiche que ce soit mon film. Je me fiche que ce film m'apporte 100 millions de dollars, ça ne vaut pas le coup de se taire. Mon silence n'est pas à vendre." 

Holbrook a émis une déclaration sur Instagram lundi : "Je veux commencer par m'excuser d'émettre cette déclaration aussi tardivement dans la conversation actuelle. Je ne prends rien de ce qui s'est passé à la légère, et je veux parler de la façon la plus honnête et authentique possible. Je l'ai déjà dit, et je le redirai, je suis fier de la façon dont Olivia a géré une situation difficile et alarmante, et je suis reconnaissant envers Fox qui a pris l'information au sérieux, et a agi rapidement. Il est vrai que je me suis retiré des médias samedi, car ce type de commentaire social est nouveau pour moi, et vu la nature du crime d'origine, j'ai pensé qu'en parler davantage causerait plus de souffrance et de traumatisme, et je ne voulais susciter ni l'un ni l'autre chez la jeune femme anonyme. Je réalise maintenant que ma compréhension de la situation n'était pas entière, et la dernière chose que je souhaite, c'est qu'Olivia se sente abandonnée ou seule. On est au milieu d'une époque cruciale et importante, et il est impératif que nous continuions à écouter."

The Predator sort en salles le 17 octobre.

(Cet article a initialement été publié le lundi 10 septembre 2018 à 7h05, heure de Los Angeles)