Selena Gomez est prudente avec ses mots, et pour une bonne raison. 

Dans le numéro d'octobre de ELLE, Gomez a révélé qu'elle s'était récemment installée dans le comté d'Orange pour échapper aux paparazzis. "Ça a été une vraie libération. L.A. est devenu trop confiné pour moi", a-t-elle dit au magazine. "Je ne peux pas faire toutes les choses que je fais ici, à L.A. C'est tout simplement impossible." 

Où qu'aille Gomez à Los Angeles, les paparazzis la suivront. Par exemple, après que Demi Lovato a souffert d'une apparente overdose en juillet, Gomez semblait bouleversée dans des photos prises quelques jours après. "Je dis juste que je l'ai contactée personnellement. Je n'ai rien fait publiquement. Je ne voulais pas. Je l'adore", a-t-elle dit, confirmant le reportage d'E! News. "Je la connais depuis que j'ai 7 ans. Alors... c'est tout ce que je dirai." 

Selena Gomez, ELLE

Mariano Vivanco/ELLE

Vu l'attention du public qu'elle a subie, il est compréhensible que Gomez se sente protectrice de Lovato, et qu'elle refuse de parler des problèmes de son amie avec la presse. Maintenant qu'elle est loin du brouhaha d'Hollywood, Gomez respire enfin. "Pour l'instant, je me sens sûre d'où je suis. Je ne me sens pas dans le chaos ou l'instabilité émotionnelle. Je n'ai pas le sentiment de ne pas pouvoir gérer mes émotions, comme avant. Je me comprends un peu mieux. Mais je n'ai pas tout résolu", a dit l'ancienne enfant-star. "Mais ça fait du bien." 

Disant que c'était "paisible" et "bizarre", la chanteuse a dit : "Le moment où j'ai eu 26 ans, je me suis sentie dans la peau de quelqu'un de 26 ans." 

Selena Gomez, ELLE

Mariano Vivanco/ELLE

Echapper aux paparazzis a été une bénédiction pour Gomez, qui travaille dur sur son album déjà retardé. "Je crois que tout dans ma vie doit être simplifié, et c'est une bonne chose. Je reviens à la simplicité. J'ai toujours été ainsi. Je ne dis pas : «Je me sens mieux que jamais», je dis : «Je suis là où je suis. Et je suis heureuse d'y être.»", a-t-elle dit. "C'est beaucoup de découverte de soi. Entre 20 et 26 ans ? Ouah. Je me sens complètement différente." Pendant un moment, Gomez a dit à ELLE : "Je crois que j'ai fait certaines choses parce que je pensais devoir les faire."

Selena Gomez, ELLE

Mariano Vivanco/ELLE

Gomez se crée une vie différente dans le comté d'Orange. Elle a été discrètement stagiaire chez A21, une association à but non lucratif qui lutte contre la traite des humains. Et elle s'est engagée à rester hors des réseaux sociaux. "Je ne suis pas sur Internet. Je ne le suis plus depuis des mois. Je n'ai pas mon mot de passe pour Instagram. Je n'ai pas d'applis sur mon téléphone, pas d'applis d'édition de photos. J'ai Peak, un jeu cérébral", a-t-elle révélé. "C'est parce que ce n'est pas réel pour moi. Je sais que ma voix touche beaucoup de monde, mais je ne veux être imprudente. Je suis sélective. Quant à ma vie privée, si quelqu'un me voit prendre un verre de vin ? Je m'en balance. Je n'essaye pas de me cacher. C'est ma vie. Je vis comme je veux. Mais je veux faire un effort conscient : si je veux avoir un moment pour être avec mes amis, je prends le temps. Alors j'ai tout rejeté. J'ai dû prendre cette décision." 

Le numéro d'octobre de ELLE sera en kiosques le 25 septembre.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.