Shailene Woodley n'a mangé que 350 calories par jour pendant le tournage d'À la dérive

L'actrice devait jouer un marin coincé sur l'océan pendant plus d'un mois

par Samantha Schnurr | Traduit par David Kerlogot | juil. 09, 2018 06:42Tags
Shailene Woodley, Adrift, MovieSTX Entertainment

Au cours du tournage de son dernier film, Shailene Woodley a dû se mettre dans la peau de son personnage perdu en mer. 

En tant que protagoniste d'À la dérive, le drame romantique de Baltasar Kormákur basé sur la vraie vie des marins Tami Oldham et Richard Sharp, l'actrice a dû se transformer physiquement pour ressembler à son personnage après un mois coincé sur un voilier détruit par un ouragan. 

Dans le film, qui suit le couple en train de lutter pour sa survie sur un bateau endommagé et dans l'incapacité de communiquer, le personnage interprété par Shailene doit rationner le peu de vivres qui lui reste, dont du beurre de cacahuètes et des conserves de Spam, tandis que le couple tente désespérément de regagner la terre ferme. 

photos
D’incroyables pertes de poids de stars
Sur le même sujet : Shailene Woodley et Sam Claflin parlent de leur alchimie à l’écran

Vers la fin du tournage, en coulisses la star a considérablement restreint son régime pour donner l'impression qu'elle avait enduré les mêmes circonstances physiques extrêmes. 

"Les deux dernières semaines, je mangeais une boîte de saumon, un peu de brocoli à la vapeur et deux jaunes d'œuf chaque jour, soit 350 calories. C'était la misère", a-t-elle confié au Sunday Times

Pour compenser le fait de sauter le repas du soir et de ne manger que très peu de calories, Shailene s'est tournée vers le vin. 

"Je n'arrive pas à dormir quand j'ai faim, alors je buvais un verre de vin pour tomber dans les pommes", a-t-elle expliqué au journal. 

Son implication dans le rôle apparaît clairement dans le résultat final et les critiques reconnaissent sa performance. 

"Tout ce processus a été aussi beau qu'éprouvant", avait déjà déclaré l'actrice à E! News. "À chaque fois que [Sam Claflin] apparaissait avec un large sourire sans rechigner au bout de la 16e heure ou sans se plaindre quand on avait le mal de mer ou quand quelque chose tournait mal, cela m'inspirait moi mais aussi toute l'équipe à se lever et à travailler encore plus dur."