Meg Ryan, Gwyneth Paltrow, In goop Health Summit

Matt Winkelmeyer/Getty Images for goop

Après plus de 25 ans depuis qu'elles sont apparues ensemble à l'écran, Gwyneth Paltrow et Meg Ryan se sont retrouvées sur scène au sein d'une discussion lors de l'événement In Goop Health qui a eu lieu à Los Angeles samedi, et la séance de questions-réponses est devenue très personnelle.

Durant cette conversation à deux, la reine de Goop et l'actrice, qui fut un temps surnommée "La petite fiancée de l'Amérique", ont abordé toutes sortes de sujets intimes comme la maternité, leurs filles ou encore le mouvement #MeToo.

Au cours de ce tête-à-tête, les deux actrices, qui ont joué dans Flesh and Bone en 1993, ont réalisé qu'elles ne s'étaient pas revues depuis plus de 20 ans. 

Meg a expliqué : "Gwyneth et moi avons fait un film ensemble quand mon fils Jack avait 3 mois." La star de Quand Harry rencontre Sally s'est demandée à haute voix : "Qu'est-ce qui m'a pris d'aller au travail alors qu'il avait 3 mois ?"

En abordant le surnom de "petite fiancée de l'Amérique", Gwyneth a parlé à Meg du fait d'être enfermée par la société.

"Vous êtes soit intelligente, sexuelle ou maternelle, et je pense qu'on arrive à une époque où ces frontières sont en train de tomber, et ça s'accompagne d'un bouleversement culturel. D'un certain côté, tout le monde est à l'aise en vous donnant une étiquette", a déclaré Gwyneth, avant de demander à Meg : "Et pour toi, c'était comment ?"

Meg Ryan, Gwyneth Paltrow, In goop Health Summit

Neilson Barnard/Getty Images for goop

debra_n_baker Bonjour, Gwyneth #ingoophealth


"Dans l'ensemble, je me suis bien amusée", a reconnu l'actrice, qui était mariée à Dennis Quaid à son apogée de 1991 à 2001. Elle a ajouté : "Je n'ai jamais voulu être une actrice. L'idée d'être quelqu'un de célèbre... j'avais l'impression d'être témoin de ça, pas vraiment de l'être, et je pense que c'était une bonne chose. J'avais l'impression d'être une étudiante, ou que je regardais ça d'un point de vue anthropologique."

"Quand on est célèbre, il faut être assez transparent pour que les gens puissent se projeter sur vous. Contrairement à ce que vous pourriez penser, les gens ne veulent pas vraiment vous connaître si bien", a précisé la star de French Kiss. "Ils veulent juste imaginer le meilleur ou le pire. Donc, quand on est pris dans ça, c'est intéressant parce qu'on obtient des résultats qui n'ont presque aucun rapport avec vous et d'autres qui ont tout à voir avec vous, et il faut être un maître en jiu-jitsu pour deviner quel miroir regarder."

Meg a poursuivi sa pensée : "La vie est subtile, les gens sont complexes, le monde aussi, évidemment, mais les tabloïdes et les unes de journaux ne le sont pas. Les tweets, non plus. Quand on me surnommait « La petite fiancée de l'Amérique », je ne savais pas ce que ça voulait dire. Les parents de Nora Ephron écrivaient des scénarios au temps du vieil Hollywood et La petite fiancée de l'Amérique existait bel et bien dans les années 40, et elle a décidé de m'appeler comme ça un jour et je me souviens m'être demandée : « Est-ce que c'est une bonne chose ? »"

Gwyneth Paltrow a remarqué que c'était un titre "réducteur". Meg, qui était la plus grande star à Hollywood, mais qui a tourné de moins en moins cette dernière décennie, a ajouté : "Ça ne sous-entend pas forcément que vous êtes intelligente, sexuelle ou compliquée, c'est une étiquette. Et que peut faire une étiquette à part deviner qui vous êtes ?"

Quant au fait d'avoir "abandonné" le métier d'acteur, Meg a expliqué à Gwyneth que pendant un temps, elle "réagissait beaucoup, au lieu d'être proactive", avant de préciser sa pensée : "Je n'ai pas vraiment cherché à être actrice, j'avais fait des études de journalisme, j'étais quelqu'un de curieux, je voulais retourner dans le monde et découvrir qui j'étais, et qui je suis, par rapport aux autres choses, aux autres gens et aux autres environnements."

L'actrice a semblé avoir trouvé un compagnon avec son ex John Mellencamp, avec lequel elle a renoué.

En plus de son fils Jack, un acteur qui a désormais 26 ans, Meg élève sa fille de 13 ans, Daisy.

Au cours de la discussion, Meg a abordé les bons et les mauvais côtés d'une mère célibataire : "Je sais que je suis sa référence, pour le meilleur et pour le pire, et je suis contente qu'elle ait d'autres influences. Ce qui est sympa c'est qu'on n'est pas négligé."

Le mouvement #MeToo, qui a créé un raz-de-marée, a été abordé, ainsi que ses expériences #MeToo, et Meg a révélé que son succès l'avait probablement protégée d'agressions sexuelles graves.

"J'ai la chance de ne pas avoir vécu d'horribles histoires. Je crois que le succès, que j'ai connu très tôt, est une vraie bulle", a avoué la star. "Et j'ai eu beaucoup de chance."

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.