Mariah Carey, 2017 Oscars Party Pics, Vanity Fair Inside Pics

Dave M. Benett/VF17/WireImage

Alors vrai ou faux ? Mariah Carey remet les pendules à l'heure une bonne fois pour toutes. 

Au cours d'un entretien pour The Guardian publié lundi, au cours duquel beaucoup de sujets ont été abordés, l'icône de la pop a rejeté les accusations de comportements de diva dont on l'accuse, a évoqué sa vie avec ses troubles bipolaires de type 2 et a donné son avis sur le mouvement #MeToo. 

Tout d'abord, Mariah Carey a déclaré que sa demande de 20 chatons blancs et de 100 colombes blanches lors d'un événement était un "mensonge complet", en précisant : "Je ne suis pas une dingue des chats. Je n'ai même plus de chat." 

Elle a aussi nié remplacer les installations dans les salles de bain d'hôtel par des robinets en or ("Je pourrais acheter une maison pour faire ça !") et se baigner dans de l'eau minérale française. "Non, je me baigne dans du lait", a répondu Mariah, en qualifiant cette pratique de "traitement de beauté", avant d'ajouter : "Je ne veux pas dévoiler tous mes secrets."

Il y a deux mois, la chanteuse aux cinq Grammys a déclaré publiquement pour la première fois qu'elle se battait depuis des années contre des troubles bipolaires de type 2. Sa maladie a été diagnostiquée pour la première fois en 2001, mais la star a expliqué à The Guardian que ses problèmes venaient de son incapacité à accepter son identité biraciale quand elle était enfant. 

"C'était le fait d'être à la fois métis et de mener une vie très sombre", s'est-elle souvenue. "Ma mère faisait face à beaucoup de racisme en tant que chanteuse d'opéra parce qu'elle était mariée à un Noir. Encore une fois, c'est impossible de résumer ça ici." 

Et Mariah de poursuivre : "J'ai dû traverser tellement de choses pendant mon enfance, simplement pour me sentir acceptée et sentir que j'avais ma place sur Terre parce que je me sentais tellement différente des autres en grandissant, parce que j'étais métis, parce que j'avais un physique très ambigu et parce qu'on n'avait pas les moyens d'échapper à la réalité de la vie qu'on menait."

La star a également admis avoir été harcelée au travail, allant jusqu'à parler d'attitude "complètement dominante" de la part de Tommy Mottola, l'ancien patron de Sony Music, durant leur mariage. La chanteuse a ajouté que cette relation l'avait "blessée" en expliquant : "Quand on doit contrôler ses émotions en permanence et faire attention à tous ses mouvements et pratiquement demander la permission d'exister, ça affecte votre vie."

Quand on lui demande pourquoi elle aborde ses démons intérieurs en public, Mariah a expliqué : "Je n'étais pas enthousiaste à l'idée de parler de ces détails de ma vie. Ça ne m'emballait pas. Mais encore une fois, le plus important, c'est que certaines personnes trouvent de la force grâce à ça."

Découvrez ici l'intégralité de l'entretien de Mariah en anglais dans The Guardian.

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.