Prince Harry, Meghan Markle, Royal Wedding, Reception

Steve Parsons/PA Wire

Ils auraient pu tout simplement avoir une belle cérémonie traditionnelle.

Si les noces de Meghan Markle et du Prince Harry du 19 mai avaient été pleines d'hymnes et de lectures standard, des milliards de fans auraient quand même suivi, applaudi la beauté de l'évènement et célébré l'amour entre les nouveaux duc et duchesse de Sussex. 

Mais ce n'est pas ce qu'a fait Meghan. Au lieu de ça, la femme qui a écrit un essai touchant sur le fait d'être biraciale pour Elle UK a choisi de célébrer ce qu'elle appelle "mon héritage mixte" et sa culture américaine. Harry et elle ont fait venir le révérend Michael Bruce Curry — originaire de Chicago et premier archevêque noir de l'Église épiscopale — pour faire un sermon passionné sur le pouvoir rédempteur de l'amour, en utilisant les mots du leader des droits civiques Dr Martin Luther King Jr, et ont demandé à une chorale de gospel principalement noire de chanter une version très touchante de "Stand By Me". 

Comme Meghan l'a expliqué dans leur interview post-fiançailles avec la BBC : "Dès le départ, on réalise qu'on a un accès et une voix que les gens écouteront, et cela comporte beaucoup de responsabilités, que je prends très au sérieux."

Il est logique que la philanthrope de longue date ne se satisfasse pas de jouer les jolies princesses. Depuis leurs fiançailles en novembre, la jeune femme de 36 ans a parlé de son désir d'avoir un impact et de "commencer rapidement", travaillant en coulisse pour se familiariser avec les causes aimées de la famille royale. 

Avant d'avoir le titre, elle avait accepté les responsabilités du rôle, rejoignant Harry lors d'apparitions dans le Royaume-Uni. Quelques heures après avoir été prononcés mari et femme, sa page sur le site officiel de la famille royale est devenue live, parlant de son travail avec One Young World, ONU Femmes et World Vision.

Même si Meghan n'a pas encore spécifié sur quelles causes elle se concentrerait en tant que nouveau membre de la famille (en tout cas, elle ne les a pas annoncées ouvertement), on peut imaginer que la princesse, qui est devenue activiste par accident à 11 ans quand elle a lancé une campagne d'écriture de lettres pour retirer une publicité sexiste des ondes, se servira de sa plateforme pour souligner les problèmes d'inégalité entre les sexes. D'autres domaines d'importance — des SDF au VIH en passant par l'environnement — peuvent être vus dans les sept œuvres de charité que Harry et elle ont sélectionnées pour leurs sympathisants.

Prince Harry, Meghan Markle

Eddie Mulholland/Daily Telegraph/PA Wire

Plus que tout, elle se dédiera tout simplement à changer les choses, que ce soit en montrant la beauté de la diversité ou en encourageant les femmes à s'exprimer. Depuis ce premier rendez-vous en 2016 avec Harry, 33 ans, elle a dit à la BBC qu'ils avaient parlé de comment ils pouvaient apporter du changement : "C'était une des premières choses dont on a parlé quand on s'est rencontrés, les différentes choses qu'on voulait faire dans le monde."

Et ils veulent commencer par les générations Y et Z et les autres esprits impressionnables qui viendront ensuite. Harry a expliqué : "Pour nous tous, tout ce que nous voulons, c'est pouvoir mener à bien les bons engagements, mener à bien notre travail et encourager les autres et la plus jeune génération à pouvoir voir le monde correctement plutôt que d'en avoir une vue peut-être faussée."

Prince Harry, Meghan Markle, Anzac Day

Toby Melville - WPA Pool/Getty Images

Avec un objectif si ambitieux, il est logique qu'ils veuillent commencer tout de suite. Il a été dit que le couple pourrait partir en Irlande ou même au Mexique pour rendre visite au père de la mairée, Thomas Markle, qui se repose suite à une opération du cœur, mais avant ça, ils feront leur devoir royal.

Mardi, ils feront leur première apparition officielle en tant que couple marié au palais de Buckingham, assistant à la fête des 70 ans du Prince Charles, la première avant bien d'autres. Ayant été aux côtés de Harry alors qu'il visitait Amazing the Space, l'initiative de paix menée par des jeunes qu'il a lancée en Irlande, ainsi qu'aux Jeux Invictus, la compétition qu'il a lancée pour les vétérans blessés, Meghan s'est avérée être une bonne ambassadrice. Son côté chaleureux — elle se présente souvent en disant simplement : "Bonjour, je suis Meghan" — et son penchant pour les câlins aux enfants lui ont déjà valu plusieurs comparaisons à la défunte mère de Harry, la princesse Diana.

Meghan Markle, Prince Harry

Max Mumby/Indigo/Getty Images

"Elle a sa façon de faire les choses", a dit Grant Harrold, ancien majordome royal de Charles, Harry et de son frère aîné, le Prince William, à E! News au sujet de Meghan. "On voit l'énergie de la princesse Diana, et c'était quelqu'un qui prenait les gens dans ses bras. Elle était célèbre pour ça."

Alors que Meghan s'installe dans son nouveau rôle, il y aura sûrement d'autres analogies. Comme Diana, Meghan a déjà fait plusieurs efforts charitables discrets, faisant des visites secrètes pour réconforter les victimes de l'incendie de la tour Grenfell et visitant le North Essex Veterans Mental Health Network avec Harry. Comme Diana a travaillé pour effacer la honte autour du sida, serrant la main des souffrants sans porter de gants, Meghan, qui a écrit un article l'an dernier sur la honte autour des règles et la pénurie d'accès à des installations sanitaires correctes, s'attaquera certainement à des causes moins soutenues. 

Prince Harry, Meghan Markle

Danny Lawson/PA Wire

"Diana a détruit tous ces préjugés avec ce petit acte", a dit la contributrice royale Victoria Murphy à ABC News, en ajoutant qu'il n'y avait "aucun doute" que Meghan et Harry, qui a lancé sa propre œuvre caritative pour le VIH, Sentebale, "soutiendront des causes qui pourraient être controversées... de la même façon que la princesse Diana l'a fait". 

India Hicks, l'une des demoiselles d'honneur de Diana quand elle a épousé Charles, pense que Meghan aura un impact similaire. Disant que l'ancienne actrice avait la même "brillante" passion pour le travail humanitaire, elle a dit à ABC News : "Je pense que si elle peut continuer et suivre les pas de Diana en faisant en sorte que le monde la regarde, la suive et apprenne par elle, ce serait exceptionnel." 

Meghan prévoit déjà de viser large. En plus de mettre "encore plus d'énergie" dans les causes qui lui sont chères, elle a dit à la BBC : "Maintenant que je suis sur le terrain au Royaume-Uni, je suis excitée d'apprendre à connaître les différentes communautés ici, les petites associations qui travaillent sur les mêmes causes qui m'ont toujours passionnée, et de pouvoir aussi visiter le Commonwealth." 

Elle a déjà sa première visite de prévue. Quand la 4e édition des Jeux Invictus de Harry commencera à Sydney en Australie en octobre, Meghan sera une fois de plus à ses côtés. (Le couple a fait sa première apparition publique officielle durant l'évènement de l'an dernier à Toronto.) Pendant une visite en avril avec les blessés, le personnel militaire malade et les vétérans en lice pour l'une des 72 places dans l'équipe anglaise, Meghan a révélé à un jeune espoir qu'elle l'encouragerait.

Meghan Markle, Prince Harry, The Invictus Games

Andrew Matthews/PA Images via Getty Images

"Elle m'a dit qu'elle n'était jamais allée en Australie, mais qu'elle irait à l'évènement de cette année et qu'elle se réjouissait d'y être avec Harry", a dit le concurrent en volley, basket et rugby Michael Mellon à E! News. 

Mais d'abord, le couple profitera d'une excursion privée. Même si, comme William et sa femme, Kate Middleton, ils ont choisi de repousser leur lune de miel, le voyage a déjà été prévu. (Et désolés, mais non, ce ne sera pas en Namibie.) 

Même si le pays africain propose deux des éléments recherchés par le couple — le soleil et la mer — ils ont récemment réservé un lieu qui leur donnera un relatif anonymat. "Dire qu'il a fallu du temps pour trouver le bon endroit est un euphémisme", a dit une source à E! News. "Aller quelque part où ils peuvent amener une sécurité minimale sans s'inquiéter que les gens les voient est très important."

La relaxation sera clé, puisque le couple pourrait bien avoir une vie bouleversée très bientôt.

Prince Harry, Meghan Markle, Royal Wedding

Yui Mok/PA Wire

Installés au Nottingham Cottage, la demeure de trois pièces au palais de Kensington de Harry, depuis l'an dernier, le couple doit déménager dans un avenir proche.

Le lieu le plus probable : "Apartment 1", la résidence de 21 pièces juste à côté de chez William et Kate. Une source a dit à E! News que des entrepreneurs travaillaient "de façon effrénée" sur la propriété. "Je suis sûr que c'est pour eux", a dit un membre du personnel. "Il y a des travaux dans toutes les résidences, mais il y a un niveau de secret autour de ce projet en particulier qui en dit long." 

Où qu'ils atterrissent, une source proche de Meghan a dit que leur résidence actuelle n'était pas permanente. "Ils déménageront bientôt après le mariage. Nottingham Cottage est trop petit !"

Prince Harry, Meghan Markle

Dominic Lipinski/PA Wire

Surtout avec leurs projets "d'expansion". 

Harry avait dit à ABC News qu'il "désirait" des enfants "depuis que je suis tout jeune", en ajoutant : "J'attends de trouver la bonne personne. Quelqu'un de prêt à accepter ce travail." 

Et Meghan est une partenaire enthousiaste. Dans le documentaire de Sky One, Harry and Meghan: A Love Story, son ancien agent Gina Nelthorpe-Cowne s'est souvenue d'un voyage d'affaires où la star de Suits : avocats sur mesure a avoué son désir d'être parent : "Elle m'a dit : « J'adorerais avoir des enfants, j'ai hâte d'être maman. »" 

Elle n'a pas été timide quant aux insinuations pendant le voyage récent du couple en Irlande. En rencontrant Adam Murphy et Sinead Murphy, un couple mari et femme qui font des produits de bébés novateurs et hypoallergéniques pour une marque nommée Schnuggle, Meghan a montré les produits en disant : "Je suis sûre qu'à un moment donné, on aura besoin de tout ça !" 

Plus tôt que prévu peut-être. Même si Harry a dit vouloir faire les choses "une étape à la fois" dans leur interview de la BBC, il a ajouté : "J'espère qu'on fondera une famille dans l'avenir proche."

Après tout, ils ont déjà fait leur premier grand pas vers leur "pour toujours". 

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.