Cela fait sept mois que les premières accusations de conduite inappropriée de nature sexuelle contre Harvey Weinstein ont été rapportées dans les articles primés du New York Times et du New Yorker. Depuis, des dizaines de femmes ont accusé le producteur déchu d'agression et harcèlement sexuels et, parfois même, de viol. Weinstein, par l'intermédiaire de ses avocats, a nié en bloc toute mauvaise conduite à caractère sexuel.
 
Cinq jours après la publication de l'article, la co-fondatrice de Marchesa, Georgina Chapman, l'épouse de Weinstein depuis près de 10 ans, a annoncé qu'elle le quittait. Le divorce entre Weinstein et Chapman, juge dans Project Runway All-Stars, a été accordé quelques mois plus tard, lui accordant 15 à 20 millions de dollars.

L'associée d'affaires de Chapman, Keren Craig, a accordé une interview à Grazia en son nom, tandis que l'ex de Weinstein annulait le défilé automne-hiver 2018 de la marque et restait dans l'ombre.

Mais aujourd'hui, Chapman est prête à partager son histoire. "J'étais tellement humiliée et tellement brisée...  que... je... Je pensais que ce serait un manque de respect de me montrer en public", a-t-elle déclaré dans le numéro de juin de Vogue. "Je me disais : « Je ne peux pas me parader avec tout ce qui se passe. » C'est encore très à vif. Je montais l'escalier l'autre jour et je me suis arrêtée d'un coup. C'était comme si on m'avait donné un coup de poing dans le ventre et que je ne pouvais plus respirer."

Georgina Chapman, Vogue

Annie Leibovitz/Vogue

Une fois que la tempête est passée, Chapman a décidé de voir un psy. "Au début, je n'y arrivais pas parce que j'étais sous le choc. C'était comme si je ne le méritais pas. Mais après, je me suis dit : « C'est arrivé. Je dois l'assumer. Je dois tourner la page »", a-t-elle expliqué. "Il y avait une partie de moi qui était très naïve... de toute évidence, j'étais naïve. J'ai des moments de rage. J'ai des moments de confusion. J'ai des moments d'incrédulité !" Il y a aussi des moments où Chapman pleure pour ses deux enfants. "Que va devenir leur vie ?" se demande-t-elle, en pleurant à chaudes larmes. "Que vont dire les gens d'eux ? Ils adorent leur papa. Ils l'aiment beaucoup. Ça va être horrible pour eux !"

Après la publication des articles du New York Times et du New Yorker, "j'ai perdu 5 kilos en cinq jours", a déclaré Chapman. "Je n'arrivais pas à garder la nourriture." Il lui a fallu deux jours avant de pouvoir absorber les informations sur Weinstein. "J'avais la tête qui tournait. C'était très difficile parce que le premier article parlait d'une époque bien avant notre rencontre, alors il m'a fallu du temps pour me faire un avis dessus. Puis les histoires se sont multipliées et je me suis rendu compte qu'il ne s'agissait pas d'un incident isolé. Je savais que je devais partir et emmener les enfants loin." En privé, explique Chapman, Weinstein était un bon père de famille. "C'est ce qui est le plus douloureux : je pensais que nous étions très heureux en mariage", explique-t-elle. "J'adorais ma vie."

Dans son éditoAnna Wintour explique qu'elle a vu Chapman quand le scandale a éclaté. "Quand je suis passée voir Georgina peu après l'annonce de la nouvelle, le choc l'avait rendue muette, elle essayait de faire le tri dans ses émotions — la colère, la culpabilité, la révulsion, la peur — tout en évaluant l'effet encore plus énorme au niveau humain de tout cela", écrit-elle. "...Comment arriver à s'en remettre ?"

Rihanna, Vogue

Mert Alas and Marcus Piggott/Vogue

Chapman n'a "jamais" soupçonné quoi que ce soit. "Pour commencer, il voyageait constamment. Et je n'ai jamais été du genre à vouloir connaître tous les déplacements de la personne à tout moment de la journée." Weinstein "était un partenaire merveilleux envers moi. C'était un ami et un confident qui me soutenait", déclare-t-elle. "C'est une grande personnalité... et... j'en sais rien. J'aimerais bien avoir des réponses, mais je n'en ai pas." Décrivant Weinstein comme quelqu'un de "charismatique" et d'"incroyablement intelligent", Chapman explique qu'il pouvait être "très généreux aussi". "Il a payé les frais médicaux de la maman d'un de mes amis, qui avait un cancer du sein, pour qu'elle voie un médecin très réputé. Il était incroyable dans ce sens. Il est incroyable dans ce sens. C'est ce qui est le plus difficile dans tout ça... ce côté noir et blanc... la vie n'est pas comme ça." Mais Chapman ne veut pas qu'on la voit comme une victime, "parce que je ne pense pas l'être", explique-t-elle. "Je suis une femme dans une situation me**ique, mais elle n'a rien d'unique."

Chapman s'est d'abord envolée à Los Angeles avec ses enfants. La famille s'est ensuite installée à Londres chez l'acteur David Oyelowo, un ami de longue de date de Georgina. "Je me suis retrouvé aux premières loges. Mon épouse et moi, on était là avec ses deux enfants, et cette catastrophe se déroulait en temps réel dans le monde entier, le pire des cauchemars pour son mariage, pour l'avenir de ses enfants, pour ses affaires. Je n'avais rien à voir là-dedans et pourtant, je me suis retrouvé jeté là-dedans", a déclaré Oyelowo à Vogue. "Ce qui était le plus dur à vivre, c'est qu'elle a pris la décision, à raison, de ne pas se montrer et de ne pas se défendre, parce qu'il y avait trop de bruits diffus et trop de venin." Par la suite, Chapman et ses enfants ont pris refuge chez les parents de Georgina. "Je vis au jour le jour", déclare-t-elle. "Est-ce difficile ? Bien entendu. Mais on s'adapte. Est-ce que ça va empirer ? Peut-être pas."

Pour bien des raisons, Chapman est régulièrement en contact avec Weinstein, mais elle ne peut pas nous donner des détails sur son état d'esprit actuel. Levant les yeux au ciel, la créatrice déclare : "De toute évidence, quand j'étais mariée à lui, je n'ai pas saisi son état d'esprit, alors je ne suis pas la mieux placée pour répondre."

Et Marchesa ne semble plus être une marque tabou à porter. Scarlett Johansson a porté une robe Marchesa au Gala du Met 2018, ce qui indique que le monde de la mode commence doucement à accepter à nouveau Chapman en son sein. "Je suis fermement convaincue que Georgina ne savait rien sur le comportement de son mari, alors on ne devrait pas la condamner pour ce qui s'est passé, comme tant l'ont fait à notre ère bestiaire numérique", a écrit Wintour. "Personne ne devrait être tenu responsable des actions de son partenaire. Ce que Georgina devrait recevoir, c'est de la compassion et de la compréhension."

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.