Alden Ehrenreich, Esquire

Alexi Lubomirski/Esquire

C'est un paradoxe, mais Alden Ehrenreich est très différent d'Harrison Ford.

Tout d'abord, il fait beaucoup de révélations pendant ses interviews. Dans le numéro de mai d'Esquire, il aborde plein de sujets, le départ des réalisateurs Phil Lord et Chris Miller du projet Solo: A Star Wars Story à la fin de la production, ou encore les rumeurs selon lesquelles sa performance était tellement inregardable qu'il a fallu embaucher un coach d'acteur.

Phil Lord et Chris Miller auraient abandonné le projet à cause de "différences créatives", d'après Lucasfilm, et aucun des deux ne s'est beaucoup exprimé par rapport à ce départ au dernier moment. Si l'on en croit Alden Ehrenreich, leur méthode peu orthodoxe "était en train de produire un film très différent de ce que les autres factions souhaitaient". Dès le premier test écran, explique-t-il : "On a beaucoup joué avec." L'acteur précise qu'il savait ce qu'il faisait, "mais pour ce qui est de savoir ce que ça allait donner, en tant qu'acteur on est complètement dans le noir. On ne sait pas quelle forme ça va prendre, comment ça va être monté, donc c'est impossible de connaître les différences [d'opinion] sans avoir rien vu ou ce qui est à l'origine de ces différences".

Han Solo Movie Cast, Star Wars

Twitter

Alden Ehrenreich précise que les acteurs étaient à la "table des enfants" quand les réalisateurs ont été renvoyés. Il faut reconnaître à Phil Lord et Miller Chris qu'ils n'ont jamais caché leurs désaccords sur la direction du film. Comme l'explique l'acteur : "On vous cache tout ce qui se passe en coulisses."

La star insiste pour dire qu'elle n'a appris le départ des deux réalisateurs qu'une fois la décision prise. "Sur un plan personnel, c'était émouvant pour eux d'avoir essayé de mettre en place ce qu'on avait commencé ensemble. Parce que j'avais passé beaucoup de temps avec eux, et on avait de très bons rapports, ce sont eux qui m'ont choisi pour le rôle. Mais je crois qu'au moment fatidique, ils étaient plus ou moins d'accord avec [la décision]", se souvient Alden. "Du genre : « Voilà ce qui se passe. » Ce n'est pas ce qu'ils m'ont dit, mais c'est l'impression que j'ai eue."

Solo: A Star Wars Story

Jonathan Olley/Lucasfilm, Ltd.

L'acteur, qui va incarner Han Solo jeune, nie également la rumeur selon laquelle il aurait fait part de ses inquiétudes concernant Phil Lord et Chris Miller en matière de direction à Kathleen Kennedy, la présidente de Lucasfilm. En fait, il explique qu'il n'envisagerait jamais de se plaindre de la sorte, "à moins que des gens soient mis en danger ou ce genre de choses".

Plusieurs articles rapportent qu'Alden aurait eu du mal à imiter Harrison Ford, le premier à avoir incarné Han Solo en 1977. Selon eux, les résultats étaient si catastrophiques que Lucasfilm aurait fait venir un coach d'acteur : la scénariste/réalisatrice Maggie Kile. L'intéressé rétorque : "Elle a pris part à des conversations qui ont eu lieu pendant deux, trois semaines à un moment, mais c'est à peu près tout." (Phil Lord et Chris Miller, qui avaient déjà travaillé avec elle par le passé, ont corroboré le fait qu'elle ait été embauchée pour aider tout le monde pendant le tournage)

"Alden est resté l'homme à battre dès le premier jour", explique Chris Miller à propos des centaines de prétendants au rôle d'Han. "On l'a fait venir plusieurs fois, on l'a poussé, on a testé sa palette d'acteur, et il était toujours partant et apportait à chaque fois quelque chose de différent, avec un grand sens de l'humour."

Alden Ehrenreich, Esquire

Alexi Lubomirski/Esquire

Mais quid des rumeurs selon lesquelles l'équipe de tournage aurait applaudi en apprenant que Ron Howard était engagé ? "C'est des conneries", rétorque Alden. "Pour qu'une équipe fasse ça, il aurait fallu qu'elle déteste [Phil Lord et Chris Miller], ce qui n'était pas du tout le cas." Et l'acteur ajoute que Ron Howard a boosté le moral des troupes et a déclenché "l'enthousiasme de tout le monde" à propos de "ce qu'on avait déjà filmé parce qu'il estimait qu'une grande partie était très bien". Sa vision de réalisateur a également donné de la clarté à l'équipe. Alden ajoute : "Il a su se dépêtrer d'une situation difficile et dès le premier ou deuxième jour, tout le monde est reparti du bon pied et a retrouvé l'enthousiasme par rapport au film."

L'acteur a aussi dit à Esquire qu'il a signé pour trois films, ce que Lucasfilm n'avait pas annoncé. "Je ne sais pas si c'est officiel ou rendu public", dit-il. "Mais... ouais."

Pour en savoir plus sur Alden Ehrenreich, découvrez le numéro de mai d'Esquire, en kiosque dès le 1er mai.

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.