Maluma, Shakira

Ruven Afanador exclusively for Billboard Magazine

Maluma et Shakira se confient dans l'édition spéciale Latino de Billboard sur leurs paroles et leurs statuts de sex-symbols.

Ensemble, ils ont brisé des records avec "Chantaje" et "Trap" et maintenant, les superstars colombiennes nous expliquent comment tout a commencé. 

"Quand je me retrouve avec un producteur en studio, c'est un peu comme un blind date. Mais [avec Maluma], le courant est tout de suite passé. Dès que l'énergie créative a commencé à couler, ça ne s'est plus arrêté", a expliqué Shakira. 

La maman de deux enfants parle aussi des barrages qu'elle a rencontrés au cours de sa carrière, étant hispano-américaine. 

"Le chemin vers le succès a été plus long, plus raide, avec plus d'obstacles que si j'étais née en Floride ou à New York. Je suis née à Barranquilla et j'ai commencé ma carrière à une époque où la musique pop n'existait pas en Colombie. Quand j'ai commencé avec mes ballades et mes titres rock, ce n'était pas bien accueilli", explique-t-elle. "Et il n'y avait pas les réseaux sociaux à l'époque. J'ai dû traverser toute l'Amérique latine pour faire connaître ma musique, au début, je faisais le tour des stations de radio. Parfois, on faisait trois pays le même jour."

Maluma, qui a annoncé ce vendredi qu'il sortirait son premier titre en anglais intitulé "Hands on Me", nous explique pourquoi la musique latine a explosé. 

"En tant qu'artistes, quand une porte s'ouvre, on fait tout pour qu'elle reste ouverte. Le plus incroyable pour moi, c'est quand j'étais en Israël l'an dernier et que j'ai joué devant 17 000 personnes", explique le chanteur de 24 ans. "Je n'y croyais pas. Je pense qu'on n'a encore rien vu, et faire partie de ce mouvement est une opportunité et un honneur. Qu'est-ce qui est mieux pour nous que de chanter en espagnol, partout où on va ?"

Maluma, Shakira

Ruven Afanador exclusively for Billboard Magazine

Le chanteur explique aussi que des paroles sensuelles s'immiscent souvent dans ses chansons, comme "Trap" avec Shakira.  

"Je dis ce que je pense parce que je suis comme ça. Je n'aime pas écrire des titres en pensant à ce qui marche à la radio en ce moment. Je n'aime pas les tabous. Au niveau culturel, la musique latine n'a pas évolué comme la musique américaine. Si vous écoutez la radio américaine, les chansons qui marchent le plus parlent de trucs dégueus, mais [mon titre] "Felices los 4" est à des années lumière de ça", explique-t-il. "En Amérique latine, voir un artiste qui n'est pas indé faire un titre comme "4 Babys", c'est un choc culturel. Mais ça a ouvert des portes pour que d'autres artistes [latinos] aillent encore plus loin."

La chanteuse de 41 ans nous explique ce que ça fait d'être considérée comme un sex-symbol même si, certains jours, elle s'en passerait bien.

"Je ne me sens pas comme un sex-symbol. Il est possible que certaines personnes me voient comme un sex-symbol et d'autres, non. D'autres personnes me voient peut-être comme une personne qui leur tient compagnie en musique tout au long de leur vie, quelqu'un qu'ils apprécient. Certains jours, je me dis : « Waouh, je suis sexy. » Mais je passe aussi pas mal de temps en survêt avec mes cheveux relevés en chignon", explique-t-elle. "Je pense que toutes les femmes ont ce côté caméléon. On est un peu mères, un peu femmes d'affaires, on est sexy… toutes les femmes ont cet équilibre, à n'importe quel âge."

Le numéro sort juste avant le festival de musique latine de Billboard qui se déroulera à Las Vegas du 23 au 25 avril.

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.