Jennifer Lopez n'est pas pressée de se marier... à nouveau. 

La chanteuse trois fois divorcée parle dans le numéro d'avril de Harper Bazaar de pourquoi elle prend son temps avec Alex Rodriguez, avec qui elle sort depuis un peu plus d'un an. "Je crois au mariage, et j'aimerais vieillir avec quelqu'un dans une relation de couple. Mais je ne veux rien forcer pour l'instant. C'est bien, c'est sain, on communique bien. On comprend la vie de l'autre comme peu de gens le pourraient. On est tous deux entrés sous le feu des projecteurs quand on avait une vingtaine d'années, et on est allés très loin dès le départ. Et cela affecte toute dynamique dans une vie, de la famille au travail, en passant par les relations", a-t-elle expliqué. "On est très similaires." 

Mais il y a des différences. "Il me fait des métaphores sportives sans arrêt, et maintenant, je fais pareil", a avoué Lopez. "Le base-ball, c'est comme la vie. Tout ce qu'on veut, c'est faire un coup de circuit."

Jennifer Lopez, Harper's Bazaar

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar

Jennifer Lopez, Harper's Bazaar

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar

Jennifer Lopez, Harper's Bazaar

Mariano Vivanco/Harper's Bazaar

Et que ce soit avec ses prestations ou ses productions, Lopez fait beaucoup de coups de circuit. Lopez n'a pas de complexe quand il s'agit de faire la liste de ses atouts professionnels ("super artiste de scène, super actrice, super productrice") et de ses qualités personnelles ("super maman, super sœur et super petite amie.") Mais quand elle était plus jeune et moins assurée : "J'ai passé beaucoup de temps à être à moitié heureuse et à moitié malheureuse." Maintenant qu'elle est plus âgée et plus confiante : "Je sais qui je suis et ce que je veux. Je connais aussi mes forces et mes faiblesses. J'ai mis du temps pour arriver au point où je peux dire quelque chose de positif à mon sujet", a-t-elle dit à Harper's Bazaar. "Je suis contente d'en être capable." 

Se décrivant comme "accro au travail", elle admet : "Mon instinct, c'est de remplir chaque minute de ma vie avec du travail, donc j'ai dû apprendre l'équilibre. Quand on entreprend trop, ça peut être le contraire du bien." Sa motivation vient du fait de n'avoir jamais été "une de ces chouchoutes des médias", a expliqué Lopez. "On n'est pas venu me chercher pour être dans le show-biz. Je suis du Bronx. J'ai dû frayer mon chemin, et j'ai toujours eu le sentiment de devoir faire mes preuves. C'est peut-être bien d'avoir cette motivation. Je n'accepte jamais la médiocrité."

Le numéro d'avril de Harper's Bazaar sera dans les kiosques le 27 mars.

  • Share
  • Tweet
  • Share