Jordan Peele, Faye Dunaway, Warren Beatty, Frances McDormand, 2018 Oscars

ABC/Craig Sjodin

Après la cérémonie de l'an dernier, on croyait avoir tout vu. Et les stars en ont eu le souffle coupé. La question était de savoir si les Oscars 2018 allaient encore nous étonner.

Jimmy Kimmel et Cie ont fait de leur mieux pour y répondre. Et il y avait du pain sur la planche.

À l'exception d'une nouvelle débâcle, rien n'aurait pu surpasser la confusion qui régnait l'an dernier quand les producteurs de La La Land ont passé plus de deux minutes en pensant qu'ils avaient gagné l'Oscar du Meilleur film, avant de découvrir que c'était une erreur. Ajoutez à cela la tendance actuelle qui est de ne pas trop se réjouir tout de suite dans un climat où les mauvaises surprises ne cessent de s'enchaîner à Hollywood depuis cinq mois.

La réponse à tout ça était de jouer la sobriété, de se contenter d'honorer et de respecter les films et les gens qui les font. Ce fut d'ailleurs le cas, puisque pour la première fois depuis longtemps, il n'y a pas eu de musique pour interrompre les discours. Personne n'a été coupé alors qu'il remerciait sa femme disparue ou de dire à ses enfants d'aller au lit ou pourquoi il a toujours voulu raconter des histoires. Les Oscars ont gagné du temps en ne présentant pas des extraits de tous les films nominés pour le Meilleur film, et tout le monde a pu dire ce qu'il avait à dire et Mark Bridges, Oscar des Meilleurs costumes, est reparti avec un jet-ski pour son discours de 36 secondes, le plus court de la soirée. 

Mais si la 89e cérémonie a été une catastrophe, et qu'on attendait beaucoup de la 90e édition, elle n'a pas été exempte de surprises. Voici les plus grandes :

Best Picture, The Shape of Water, 2018 Oscars, Guillermo del Toro, Winners, 2018

Rob Latour/REX/Shutterstock

La course pour devenir le film de l'année a bien eu lieu : Favori au départ, avant que cela ne se termine au finish, alors qu'on s'attendait à la victoire de 3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance, c'est bien l'histoire d'amour fantastique de La Forme de l'eau qui a été le grand vainqueur de la soirée avec quatre Oscars, dont celui de Meilleur film. C'est la première fois depuis 2015 que le Meilleur réalisateur a dirigé le Meilleur film de l'année. Le dernier à avoir eu cet honneur avant Guillermo Del Toro cette année-là avait été son ami Alejandro Iñárritu, pour BirdmanAlfonso Cuarón, l'autre membre du trio surnommé affectueusement les "Three Amigos" en référence à leurs origines mexicaines (c'est aussi le titre d'un livre sur leur impact au cinéma), a gagné pour Gravity en 2014.

Et vous remarquerez que Warren Beatty et Faye Dunaway, les remettants de l'an dernier, étaient de retour sur la scène du crime pour conjurer le mauvais sort.

2018 Oscars Jaw-Droppers

ABC

Tout prêt de 3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance : le drame de Martin McDonagh, à la fois brutal, à l'humour acerbe et au ton incertain, à propos d'une femme en deuil qui cherche à se venger de la mort de sa fille, n'était pas ce à quoi les votants aux Oscars s'attendaient dans la catégorie Meilleur film. Mais cela n'a nullement empêché Sam Rockwell de finir en apothéose une saison des récompenses particulièrement chargée avec l'Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle et de clôturer la tournée de remerciements de Leslie Bibb.

Quant à Frances McDormand, elle était vraiment dans l'air du temps pour remporter l'Oscar de la Meilleure actrice, 21 ans après avoir obtenu le premier pour Fargo, et pour une bonne raison.

La star, qui était de plus en plus inspirée au fil des cérémonies de récompenses cette année (même si elle aurait sûrement préféré porter un pyjama et dire des gros mots à la télé américaine sans être censurée comme aux Spirit Awards samedi), en a profité pour mettre son Oscar en perspective (en tenant littéralement la statuette dorée de 35 cm à ses pieds pendant son discours), et remercier son mari et son fils, Joel et Pedro "McCoen" ("Ces deux piliers ont été bien élevés par leurs mères féministes ; ils se respectent, ainsi que ceux qui les entourent"), et a demandé à toutes les nominées dans la salle de se lever.

"Les actrices — Meryl, si tu le fais, tout le monde suivra, allez — les réalisatrices, les productrices, les scénaristes, les directrices de la photo, les compositrices, les auteures, les costumières. Allez !", a-t-elle encouragé, avant d'ajouter en rigolant que le temps du patriarcat était compté. "Regardez tous autour de vous, allez-y, mesdames et messieurs, parce que nous avons toutes des histoires à raconter et des projets à financer. Ne nous en parlez pas aux fêtes ce soir. Invitez-nous dans votre bureau dans quelques jours ou venez dans le nôtre, c'est vous qui voyez, et on vous en parlera."

"J'ai deux mots à dire ce soir, mesdames et messieurs : inclusion rider." (C'est un contrat exigeant un certain nombre de gens de l'autre sexe ou d'origines ethniques différentes sur un projet. Traduction : "Vous ne faites pas ça juste avec des mecs blancs et une potiche, ou une minorité symbolique.") 

Best Screenplay, Jordan Peele, Get Out, 2018 Oscars, 2018, Winners

Kevin Winter/Getty Images

Get Out ! : Le blockbuster d'horreur de Jordan Peele, un travail d'amour qu'il a "arrêté d'écrire 20 fois", en pensant qu'il ne serait jamais tourné, vient de lui valoir l'Oscar du Meilleur scénario original. Jordan Peele n'est que la troisième personne à être nominée à la fois dans les catégories Meilleur scénario, Meilleur réalisateur et Meilleur film pour une première œuvre, et dans son cas en faisant une allégorie du racisme sociétal et institutionnel flagrant, sous la forme d'un jeune noir à Sunken Place, et le cinquième Afro-Américain à être nominé comme Meilleur réalisateur.

On a hâte de voir ce que Jordan Peele nous réserve pour son prochain projet. Le premier a eu un impact sur la culture pop, a entraîné des discussions, des articles plein d'inspiration, des œuvres d'art révolutionnaires... alors, pas de pression pour le suivant.

Best Foreign Language Film, A Fantastic Woman, 2018 Oscars, 2018, Winners

Rob Latour/REX/Shutterstock

Viva Daniela Vega : Un an après la Victoire de Moonlight comme Meilleur film aux Oscars, dont le personnage principal était gay, le film chilien Une Femme fantastique est devenu le premier film étranger avec un personnage principal transgenre et à mettre en scène une femme ouvertement transgenre. Daniela Vega, dont le personnage est rejeté par la famille de son compagnon après la mort de ce dernier, avait déjà gagné le prix de la Meilleure actrice pour un film étranger lors du Festival du film international de Palm Springs et elle est montée plusieurs fois sur scène hier soir.

Alors qu'elle annonçait la performance de Sufjan Stevens pour qu'il interprète "Mystery of Love", sa chanson nominée pour Call Me by Your Name, Daniela Vega a déclaré : "Je vous invite à ouvrir votre cœur et vos sentiments pour ressentir la réalité et l'amour... Vous la ressentez ?"

Comme dirait Lin-Manuel Miranda : "L'amour, c'est l'amour, c'est l'amour, c'est l'amour."

Best Actress in a Supporting Role, Allison Janney, I, Tonya, 2018 Oscars, 2018, Winners

Rob Latour/REX/Shutterstock

Quelle provocatrice : Comme on s'y attendait, Allison Janney a remporté l'Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle pour avoir joué la mère abusive et dure de Tonya Harding, après sa domination dans la catégorie pendant toute cette saison des récompenses (bien que beaucoup de critiques préféraient la performance de Laurie Metcalf dans le rôle de la mère énervée mais plausible, critique mais très inquiète pour sa fille dans Lady Bird). Mais ça aurait été assez incroyable si Allison avait juste déclaré : "J'ai tout fait toute seule", avant de quitter la scène, non ?

On aime penser que les gens auraient compris qu'il s'agissait d'une blague. Elle aurait ensuite pu partager ses vrais sentiments avec la presse en coulisses et elle aurait fait le buzz pendant au moins 36 heures. 

Mais quand on y pense, gagner (et assister) à ses premiers Oscars n'est-il pas le moment où il faut remercier tous les gens qui comptent pour vous ? On est partagés.

2018 Oscars Jaw-Droppers

ABC

L'homme du peuple : De la même manière que Jimmy Kimmel et les producteurs avaient organisé l'an dernier un arrêt au Dolby Theater pour un car de touristes qui avait alors débarqué sans le savoir à la cérémonie des Oscars, le maître de cérémonie a réuni une poignée de stars pour faire une surprise à un cinéma remplis de gens qui regardaient Un Raccourci dans le temps.

Plus d'une mâchoire s'est décrochée quand Margot Robbie, Mark Hamill, Guillermo del Toro, Lin-Manuel Miranda, Emily Blunt, Lupita Nyong'oArmie Hammer et Gal Gadotont débarqué avec hot-dogs, sandwiches et bonbons.

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.