Après avoir plaidé coupable de sept chefs d'inculpation sexuels en novembre, l'ex-docteur de l'équipe américaine de gymnastique et de l'Université de Michigan State, Larry Nassar, vient de connaître son destin dans cette affaire.

L'ex-médecin déshonoré a été condamné à une peine de 40 à 175 ans de prison pour avoir agressé sexuellement des jeunes filles sous couvert de traitement médical. La peine a été prononcée par la juge Rosemarie Aquilina devant un tribunal du comté d'Ingham à Lansing, dans le Michigan, mercredi après une semaine à écouter les témoignages poignants de ses victimes. "C'est un honneur et un privilège pour moi de vous condamner car, monsieur, vous ne méritez pas de sortir de prison", a déclaré la juge Aquilina à Nassar. "Je viens de signer votre arrêt de mort." La juge a également demandé que des dommages et intérêts soient versés aux victimes, dont la somme n'a pas encore été déterminée. De plus, elle lui a demandé de ne pas soigner les gens en prison, vu qu'il a perdu sa licence de médecine.

Lorsque Nassar a quitté le tribunal, des applaudissements se sont fait entendre dans le public et plusieurs personnes se sont embrassées. 

Avant que la juge le condamne, plus de 150 victimes se sont présentées au tribunal pour donner leur témoignage poignant dans la salle. Certains témoignages ont été lus, comme celui de McKayla Maroney, qui s'est exprimée publiquement en octobre 2017 pour dire que Nassar avait abusé d'elle dès l'âge de 13 ans. 

McKayla Maroney

Dean Mouhtaropoulos/Getty Images

"À mon grand étonnement, il s'avère que le Dr Nassar n'était pas un médecin, c'était et ce sera toujours un pédophile et un être humain monstrueux. C'est tout ! Il a abusé de ma confiance, il a abusé de mon corps et il m'a laissé des bleus à l'âme qui risquent de ne jamais disparaître", expliquait sa lettre présentée devant le tribunal par un procureur. "Larry Nassar mérite de passer le reste de ses jours en prison. Non seulement à cause de ce qu'il m'a fait à moi et mes coéquipières et à tant d'autres petites filles, mais il doit aussi rester derrière les barreaux pour ne plus jamais attaquer d'autres enfants. Je vous exhorte à lui infliger la peine maximale."

La coéquipière de Maroney dans les "Fierce Five" Aly Raisman, qui a également accusé Nassar, se disait trop traumatisée pour assister à sa condamnation, mais elle a finalement décidé de venir en personne. S'adressant directement à Nassar, la jeune femme de 23 ans a déclaré : "La situation s'est renversée, Larry. Nous sommes ici, nous nous exprimons et nous n'irons nulle part."

   

Aly Raisman

Dale G. Young/Detroit News via AP

Avant d'entendre sa condamnation, Nassar s'est adressé au tribunal et a dit à ses victimes : "Ces mots, ces derniers jours... ont eu un énorme effet sur moi et m'ont secoué au plus haut point."

Il a continué, en essayant de se tourner pour s'adresser aux personnes assises derrière lui : "Je reconnais aussi que ce que je ressens n'est rien par rapport à la douleur traumatisante et la destruction émotionnelle que vous ressentez toutes. Aucun mot ne peut décrire la profondeur et l'ampleur de mes excuses pour ce qui s'est passé. Je ne peux écrire et exprimer des excuses qui seraient acceptables à vous toutes. Je garderai vos mots avec moi jusqu'à la fin de mes jours."

"Monsieur, j'espère que c'est vrai", a répondu la juge Aquilina. "J'espère que vous êtes secoué au plus haut point parce que vos victimes sont secouées au plus haut point." La juge, qui a lu des extraits de la lettre de Nassar au tribunal, a également demandé l'ouverture d'une enquête plus appronfondie. 

En début de semaine, Nassar a expliqué son inquiétude à devoir s'asseoir et écouter les dizaines de témoignages de ses victimes dans une lettre de six pages en interligne simple, accusant la juge d'avoir transformé son procès en "cirque médiatique".

"Passer quatre ou cinq jours à les écouter est relativement infime comparé aux heures de plaisir que vous avez eues à leurs dépends et au fait d'avoir gâché leur vie", a répondu la juge Aquilina, selon NBC News.

   

Larry Nassar

AP Photo/Paul Sancya

"Je prie Dieu chaque jour pour qu'il me pardonne", a déclaré Nassar à un moment du procès, lorsqu'il a accepté un accord à l'amiable en novembre. "Je veux qu'elles guérissent. Je veux que cette communauté guérisse. Je n'ai aucune animosité envers qui que ce soit."

"Je suis d'accord, l'heure est venue de guérir", a rétorqué la juge, "mais ça risque de leur prendre toute une vie pour guérir pendant que vous passerez votre vie derrière les barreaux, à réfléchir à ce que vous avez fait. Vous leur avez volé leur enfance, vous étiez formé pour guérir mais vous ne leur avez fait que du mal. Vous avez violé le serment que vous avez fait, qui est de ne pas faire de mal, et vous leur avez fait du mal, égoïstement."

La médaillée d'or Simone Biles s'est récemment exprimée pour dire qu'elle avait également été victime de ce médecin. Dans une longue lettre postée sur les réseaux sociaux, elle s'est adressée à ses abonnés en disant : "Moi aussi, je suis l'une des victimes des abus sexuels de Larry Nassar. Croyez-moi, c'est bien plus dur de dire ces mots à haute voix que de les écrire sur papier. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles j'hésitais à partager mon histoire, mais maintenant, je sais que ce n'est pas de ma faute."

Simone Biles, Aly Raisman, Olympics, 2016 rio

Sipa via AP Images

"Après avoir entendu les histoires courageuses de mes amies qui ont aussi souffert, je sais que cette expérience horrible ne me définit pas. Je suis bien plus que cela", a-t-elle écrit. "Je suis unique, intelligente, talentueuse, motivée et passionnée. Je me suis promis que mon histoire ne se résumerait pas à cela et je vous promets que je ne baisserai jamais les bras. Je donnerai tout mon cœur et toute mon âme à toutes les compétitions auxquelles je participerai et à chaque fois que je mettrai le pied dans un gymnase. J'aime trop ce sport et je n'ai jamais abandonné de ma vie. Je ne laisserai pas un homme, et les personnes qui l'ont laissé faire, me voler ma passion et ma joie."

Après l'annonce de la condamnation, la nouvelle PDG de l'équipe américaine de gymnastique, Kerry Perry, a émis le communiqué suivant : "Au cours des sept derniers jours, plus de 150 femmes courageuses ont partagé leurs expériences très personnelles pour expliquer l'impact des crimes ignobles de Larry Nassar sur leurs vies. Je suis profondément triste que ces femmes, ces jeunes filles, ces athlètes aient été blessées. L'équipe américaine de gymnastique applaudit la juge Rosemarie Aquilina d'avoir condamné Nassar à la peine maximale, jusqu'à 175 ans de prison, afin de rendre justice aux personnes qui ont été blessées et le punir de son comportement horrible." 

"Ces discours poignants et la force de ces femmes ont laissé une grande impression sur nous tous. Chaque jour, leurs histoires influenceront mes décisions en tant que présidente. Chaque jour."

"Comme je l'ai déclaré le jour où j'ai commencé, le 1er décembre 2017, je ne remettrai pas en question mon engagement à me concentrer chaque jour sur la plus grande priorité de notre organisation... la sécurité, la santé et le bien-être de nos athlètes. Nous créerons une culture qui les valorise et les soutient. Notre engagement est inflexible, et j'ai espoir que tous nos agissements à partir de maintenant rendront ceci très clair."

En plus de cette condamnation, Nassar a également été condamné à 60 ans de prison après avoir plaidé coupable de détention de matériel pédopornographique. Nassar attend également sa condamnation, après avoir également plaidé coupable de comportement sexuel déplacé dans le comté d'Eaton. Sa condamnation devrait tomber le 31 janvier.

  • Share
  • Tweet
  • Share