Eliza Dushku

Amanda Edwards/WireImage

Eliza Dushku accuse Joel Kramer, un cascadeur en chef, qui a travaillé avec elle sur le film d'action True Lies en 1994, de l'avoir attirée dans une chambre d'hôtel avant de l'agresser sexuellement quand elle avait 12 ans.

L'homme en question, connu pour avoir travaillé sur un grand nombre de films avec Arnold Schwarzenegger, ainsi que les séries Westworld, Star Trek: Discovery, Mentalist, Newport Beach, nie les allégations, expliquant au Hollywood Reporter qu'il s'agit d'"atroces mensonges". Il a ajouté qu'il était "déconcerté" par les accusations d'Eliza Dushku avant d'ajouter : "Je reçois déjà des e-mails de gens qui veulent me tuer."

La star de Buffy contre les vampires, Dollhouse et d'American Girls a expliqué dans un message publié samedi sur Facebook que Joel Kramer l'avait fait se "sentir bizarre" avant de "l'attirer" dans sa chambre d'hôtel à Miami, après avoir promis aux parents de la jeune fille de l'emmener nager à la piscine de l'hôtel de l'équipe du tournage et de manger des sushis pour la première fois après. Elle ajoute qu'une fois dans sa chambre, Joel Kramer a disparu dans la salle de bain avant d'en ressortir avec une serviette, puis de monter sur elle et d'avoir un acte sexuel avec elle alors qu'elle était habillée.

Eliza Dushku, True Lies

20th Century Fox Home Entertainment

L'intéressé explique au Hollywood Reporter que l'équipe du film et lui-même ont passé du temps à nager dans la piscine avec Eliza Dushku avant de l'emmener manger des sushis à sa requête.

"Je ne me souviens pas avoir été seul avec elle", avance-t-il avant de préciser : "L'attirer dans ma chambre d'hôtel est complètement fou."

Eliza Dushku explique que quand ils travaillaient ensemble, il l'avait surnommée "Un coup à se retrouver en taule" et l'avait appelée ainsi "ouvertement" "de façon horriblement dragueuse devant les autres".

Joel Kramer ajoute au Hollywood Reporter qu'il n'est pas en colère, mais "très blessé" par les allégations de l'actrice.

L'actrice explique que le "nombre grandissant de victimes d'agressions et de harcèlements sexuels qui ont exprimé leur vérité" lui ont donné "la force de parler".

"Hollywood a été très bon avec moi sur bien des plans. Cependant, Hollywood n'a pas réussi à me protéger en tant que jeune actrice", confie-t-elle. "Je me considère comme une fille dure de Boston, contrairement à Faith, Missy, ou Echo. Au fil des années, les fans courageux m'ont expliqué combien certains de mes personnages leur ont donné envie de faire face à leurs agresseurs. Maintenant, c'est vous qui me donnez la force et la foi. J'espère qu'en parlant, cela aidera d'autres victimes et en protègera d'autres de futures agressions."

D'après USA Today, quelques heures après que les accusations ont été rendues publiques, James Cameron, le réalisateur de True Lies, qui faisait la promo de AMC Visionaries: James Cameron's Stories of Science Fiction, a déclaré devant la Television Critics Association samedi : "Les réalisateurs ne savent généralement pas ce qu'il se passe entre les gens sur leur plateau, [et ] j'étais concentré sur ce que je faisais d'un point de vue créatif. Si j'avais été au courant, il n'y aurait eu aucune pitié."

Le grand réalisateur a ajouté : "Eliza est très courageuse de s'exprimer, et je pense qu'il en est de même de toutes les femmes qui s'expriment et demandent une reconnaissance."

Alors qu'il semblait évoquer l'accusé, James Cameron a ajouté : "Je connais l'autre partie... mais pas bien ; il n'a pas travaillé avec moi depuis."

Le metteur en scène d'Avatar a également précisé qu'il regrettait "le fait que ça se soit passé sous notre nez et que nous n'en savions rien".

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.