Michael Douglas

Nicholas Hunt/Getty Images

Michael Douglas a voulu s'exprimer avant que le scandale n'éclate. 

Au cours d'une interview pour Deadline, l'acteur chevronné a nié de façon préventive des accusations d'une ancienne employée, qui travaillait dans le département développement de sa société de production il y a plus de 30 ans, selon lesquelles il aurait utilisé un langage "fleuri" devant elle, se serait exprimé "de façon paillarde" avec des amis devant elle, l'aurait blackboulée d'Hollywood et se serait masturbé devant elle. 

Michael Douglas s'est excusé d'avoir utilisé un langage "fleuri". "Aucun mot n'était dirigé contre elle ; elle n'a d'ailleurs rien dit de tel. C'était mon bureau et c'était le ton que j'avais choisi d'employer", a-t-il expliqué, ajoutant qu'il travaillait de sa résidence à New York à l'époque. "Quant au langage paillard, elle a peut-être entendu des conversations privées, et si elle était choquée, elle aurait très bien pu sortir."

L'acteur a nié avoir blackboulé son ancienne employée, une allégation "complètement fausse", selon lui. "Je ne l'ai jamais blackboulée. Si des gens d'Hollywood m'ont appelé à propos d'elle, j'ai été honnête, mais je ne l'ai jamais blackboulée", a-t-il réitéré sur le site de Deadline.

Quant aux accusations de masturbation, le fils de Kirk Douglas a déclaré : "C'est un mensonge complet, une invention, il n'y a pas une once de vérité."

Il a ajouté : "Je suis très fier de ma réputation dans ce milieu, sans mentionner la longue histoire de mon père et tout le reste. Je n'ai pas de cadavres dans le placard, ou qui que ce soit d'autre qui avance ce genre de propos. Je suis perplexe que ça sorte maintenant après 32 ans."

Michael Douglas a expliqué avoir eu vent de ces allégations quand son avocat l'a contacté avant les fêtes de fin d'année parce que The Hollywood Reporter était apparemment en train de faire un papier sur l'accusatrice. E! News a tenté de joindre THR pour avoir un commentaire.

Michael Douglas

Daniel Zuchnik/Getty Images

L'acteur américain de 73 ans a décidé de faire cette interview de façon préemptive pour faire savoir son opinion et avoir plus de contrôle sur l'histoire potentielle le concernant. Comme il l'a expliqué au site web : "J'ai ressenti le besoin de prendre les devants."

"J'avais le choix entre attendre que l'histoire sorte et soit diffusée par d'autres journaux ou magazines, avant d'avoir à me défendre, et essayer de partager mes pensées avec le public avant que l'histoire ne sorte. Encore une fois, je suis désolé si j'ai utilisé un langage grossier avec mes amis, mais c'est vraiment débilitant. Ça peut avoir un énorme effet sur ma carrière. Je trouve aussi que ça envoie un message", a-t-il précisé.

"Écoutez, je soutiens de tout mon cœur le mouvement #metoo. J'ai toujours soutenu les femmes. C'est le genre de choses qui peut faire reculer le mouvement. Être accusé, sans pouvoir [se défendre] au tribunal. Ne pas vraiment avoir les informations à sa disposition, pour pouvoir répliquer ou se défendre. Il n'y a pas de procédure officielle, aucune chance de voir les preuves de mon accusatrice. Ça m'inquiète."

Michael Douglas avance qu'il n'y a aucune preuve de son comportement et qu'il y a "largement prescription". 

"Je confesserais tout si je pensais être responsable", a-t-il avoué au site Internet. "Et ce n'est certainement pas de m'être masturbé devant cette femme." 

 

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.