James Franco nie s'être comporté de façon déplacée dans l'émission The Late Show de mardi.

Le présentateur de l'émission, Stephen Colbert, a interrogé l'acteur sur les critiques qu'il a reçues pour avoir porté un pin's Time's Up aux Golden Globes 2018. Time's Up est un mouvement qui encourage l'égalité et la sécurité sur le lieu de travail et la lutte contre le harcèlement sexuel. Quand l'acteur de The Disaster Artist est monté sur scène pour accepter son prix du Meilleur acteur, beaucoup de gens ont critiqué le fait qu'il portait ce symbole de solidarité et l'ont accusé de comportement déplacé dans le passé.

Face à ces critiques, Franco a déclaré à Colbert qu'il avait porté ce pin's car il soutenait le mouvement.

"Écoutez, j'étais super content de gagner, mais être présent dans cette salle, c'était encore plus incroyable. C'était impressionnant. Il y a eu des discours incroyables, et je soutiens cela. Je soutiens le changement. Je soutiens 50-50 en 2020, ce qui veut dire que les gens qui sont mal représentés, les femmes, les gens de couleur, les gens de la communauté LGBT, devraient obtenir des postes de pouvoir et être acceptés dans les postes dont ils ont été privés jusqu'ici", a déclaré l'acteur, sous les applaudissements. "Je crois sincèrement en cela. C'est pour cela que je le portais."

Au cours de la cérémonie de dimanche soir, Ally Sheedy a posté plusieurs messages critiquant l'acteur sur Twitter, messages qu'elle a effacés depuis.

"Pourquoi cet homme présente ? Pourquoi on a laissé James Franco entrer ? J'en ai trop dit. Bonne nuit, je vous aime #goldenglobes", a-t-elle écrit. Elle a ensuite tweeté : "Ok attendez. J'y crois pas. Christian Slater et James Franco à une table des @goldenglobes #MoiAussi."

Elle a ensuite écrit : "James Franco vient de gagner. Ne me demandez jamais pourquoi j'ai quitté le milieu du cinéma et de la télé."

E! News a contacté le représentant de Sheedy pour avoir ses commentaires.

Franco a déclaré qu'il n'avait pas lu ces accusations contre lui sur Twitter mais qu'il en avait entendu parler par d'autres.

"Bon, pour commencer : je ne sais pas du tout ce que j'ai fait à Ally Sheedy", a-t-il lancé. "Je l'ai dirigée dans une petite pièce de théâtre à New York. Tout s'est très bien passé avec elle, j'ai beaucoup de respect pour elle. Je ne sais absolument pas pourquoi elle m'en veut autant. Elle a effacé le tweet. Je ne sais pas. Je ne peux pas parler à sa place. Je ne sais pas."

Franco a mis en scène la pièce de théâtre The Long Shrift en 2014 avec Sheedy.

Franco a aussi décrit les accusations portées contre lui sur les réseaux sociaux comme étant "inexactes".

"Les autres, écoutez, dans ma vie, je me sens fier d'assumer la responsabilité de mes actes. Je dois le faire pour ne pas devenir fou", a-t-il déclaré. "Je le fais quand je sais que j'ai fait quelque chose de mal ou qui doit être changé, et je m'y tiens. Les choses que j'ai entendues sur Twitter étaient inexactes, mais je soutiens complètement les gens qui s'expriment car ils ont dû se taire depuis beaucoup trop longtemps. Alors je ne vais pas les faire taire. Je trouve ça bien, et je les encourage à le faire."

Quand on lui a demandé s'il croyait qu'on pouvait parler du harcèlement sexuel ailleurs que sur les réseaux sociaux pour trouver une solution, Franco a répondu : "La façon dont je vis ma vie... Je ne peux pas vivre si on me demande restitution. Je le fais. Alors, si j'ai fait quelque chose de mal, je répare ce que j'ai fait. Il le faut. C'est comme ça que ça marche. Je ne sais pas ce que je peux faire d'autre." 

Et d'ajouter : "Pour ce qui est du problème dans son ensemble, comment procéder... Je n'ai pas la réponse, mais je pense que l'important, c'est d'écouter. Il y a eu des gens incroyables qui ont pris la parole ce soir-là. Ils avaient beaucoup de choses à dire et j'étais là pour écouter et apprendre et changer ma perspective sur certaines choses. Je suis complètement partant, et je vais le faire."

Regardez son interview dans son intégralité dans cette vidéo.

Ce n'est pas la première fois que Franco est accusé de comportement déplacé.

En avril 2014, l'acteur alors âgé de 35 ans a admis avoir dragué une touriste écossaise de 17 ans appelée Lucy Clode sur Instagram et par textos quand leurs conversations ont été rendues publiques. Les messages montraient que Franco essayait de rencontrer Clode. Il a parlé du scandale peu après la publication de ces conversations dans l'émission Live! With Kelly and Michael avec les co-présentateurs, Kelly Ripa et Michael Strahan.

Il a déclaré, à l'époque : "Je ne voulais pas venir dans l'émission et... me sentir honteux, mais oui. Enfin, vous savez, j'ai un peu honte, et finalement, ça vous montre que les réseaux sociaux peuvent être très épineux. C'est une façon de rencontrer les gens. Mais ce que j'ai appris, vu que je viens tout juste de m'y mettre, c'est qu'on ne sait pas qui est à l'autre bout. Vous rencontrez quelqu'un en personne et vous avez un premier aperçu de qui c'est, mais vous ne savez pas vraiment à qui vous parlez, vous voyez ? J'ai agi sans penser, j'ai retenu la leçon."

Il a aussi expliqué sa décision de porter le pin's Time's Up avant cela. Après avoir remporté le Golden Globe Award, James et son frère, Dave Franco, ont répondu aux questions de la presse, et la vidéo a été postée sur la page YouTube de Variety. Un journaliste a remarqué que Franco portait le pin's Time's Up et lui a posé des questions sur cette initiative et s'il pensait que "tous les hommes à Hollywood peuvent faire mieux à partir de maintenant".

La réponse de Franco a été : "On m'a souvent posé cette question quand je tournais le film Harvey Milk et j'ai répondu qu'à chaque fois qu'il y avait un groupe — et Harvey Milk, c'était à l'époque où on voulait refuser le mariage pour tous — à chaque fois qu'un groupe est traité différemment ou qu'on lui accorde moins de droits ou avec moins d'égalité que les autres, alors il est de la responsabilité des autres de se lever et de changer les choses. Et c'est pour cela que je porte ce pin's."

En décembre, Franco a présenté Saturday Night Live et a tourné un sketch sur le harcèlement sexuel appelé "Charlie, le harceleur sexuel". Franco et un autre membre de la troupe de SNLKenan Thompson, incarnaient des employés qui avaient été mis à la porte et qui s'excusaient auprès de leurs collègues féminines, jouées par les actrices de SNL Melissa VillaseñorCecily Strong et Leslie Jones de leur avoir fait des avances.

Franco devait également donner une conférence à TimesTalk, mais le New York Times l'a annulée suite à ces accusations.

"Cet événement devait être une discussion sur le tournage du film The Disaster Artist", a déclaré un porte-parole du Times à E! News. "Vu la controverse soulevée par les récentes accusations, nous ne pouvons plus poursuivre dans cette lignée."

E! News a contacté le représentant de Franco pour avoir ses commentaires sur cette annulation.

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.