Kim Kardashian, WWD

Rainer Hosch/WWD

North West est prête pour son gros plan sur YouTube !

En tant que première enfant de la nabab de la beauté, Kim Kardashian, il n'est pas surprenant que la ministar de 4 ans soit attirée par le monde du fard à paupières, du rouge à lèvres et bien sûr, du contour. La petite a commencé dans l'art du maquillage très tôt, testant ses aptitudes sur ses peluches et ses tantes, tout en apprenant des trucs au passage. Bien sûr, ça aide que sa mère soit la reine du contour alors que les kits à lèvres de sa tante Kylie Jenner sont parmi les articles de maquillage les plus prisés du marché. 

Alors que sa maman va lancer ses nouveaux parfums, la petite voudrait devenir gourou de la beauté sur YouTube. "L'autre jour, c'était trop drôle. Ma fille regarde tant de tutoriels et de vidéos sur YouTube", a dit Kim à WWD. 

"Elle déballait la collection My Little Pony ColourPop et je me suis dit : « Je voudrais filmer ça », car sa réaction était trop drôle", a-t-elle dit au magazine. "Et elle a maquillé son Little Pony et elle a dit : « Maman, je veux faire une vidéo sur YouTube. »" 

Mais le papa de North, Kanye West, a dit non. À la place, ils ont proposé de laisser la petite filmer des vidéos test pour elle. 

Kim Kardashian, North West

Khloe Kardashian/Instagram

Même si Kim et Kanye ont des vies célèbres, ils sont très protecteurs de leurs enfants. "Je ne sais pas si c'est quelque chose qu'elle voudrait vraiment faire... mais c'est toujours une lutte de savoir combien on veut les exposer, et quel niveau d'accès leur donner aux réseaux sociaux", a-t-elle dit à WWD.

En dehors de ses propres enfants, Kardashian a déjà vécu ça avec ses jeunes sœurs, Kylie et Kendall Jenner, dont elle surveillait secrètement les comptes.

Mais ne t'inquiète pas, petite North, si quiconque peut comprendre les avantages et les inconvénients du monde numérique, c'est bien ta maman. Comme Kim l'a dit à WWD : "Dans le monde dans lequel on vit aujourd'hui, je ne crois pas qu'on puisse demander à un jeune qui grandit de ne pas être sur les réseaux sociaux, c'est cruel. C'est comme demander à quelqu'un de ne pas communiquer." 

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.