Sam Claflin, Mockingjay Premiere

Jon Kopaloff/FilmMagic

Ce n'est pas un secret : Hollywood et le monde du show-biz ont mauvaise réputation quant au body-shaming. Souvent, les mannequins et actrices partagent leur histoire, mais une fois de temps en temps, un homme raconte la sienne.

Sam Claflin a récemment donné une interview au Sydney Morning Herald et a partagé les expériences qui au cours de sa carrière lui ont donné des complexes.

"Je me souviens d'un boulot où ils m'ont fait relever ma chemise, ils m'ont attrapé la graisse et ils ont dit : « Vous avez besoin de perdre un peu de poids »", a dit l'acteur de 30 ans. "Une autre fois, ils me donnaient des claques. J'avais l'impression d'être un morceau de viande."

The Hunger Games: Catching Fire, Sam Claflin

Murray Close/Lionsgate

L'acteur, qui a joué Finnick Odair, dans trois des films Hunger Games a défendu son sexe après avoir lu un article sur les hommes et le body-shaming.

"Je l'ai lu dans une interview récemment, et je pense que c'est vrai : les hommes en sont tout autant victimes", a-t-il dit. "C'est juste que personne n'en parle jamais."

La star, qui est mariée à l'actrice Laura Haddock des Gardiens de la Galaxie, dit qu'ils se comprennent bien sur ce genre de problèmes, car ils ont tous deux enduré des critiques sur leur physique au travail.

"Je ne dis pas que c'est aussi terrible que pour les femmes, mais moi, en tant qu'acteur face à un nouveau rôle, je manque d'assurance — surtout quand je dois retirer le haut — et je suis très nerveux."

L'acteur qui jouait Will Traynor dans Avant toi, a partagé sur Instagram l'an dernier la transformation physique qu'il a subie pour jouer le rôle de quelqu'un qui a vécu un grave accident. Claflin est reconnaissant pour les rôles qu'il a eu la chance de décrocher, mais les transformations physiques ne sont pas faciles.

My Cousin Rachel

"Je fais une obsession là-dessus, au point de passer des heures à la salle de sport, et je ne mange plus pendant des semaines pour arriver à l'objectif que je pense qu'ils désirent."

Le prochain film de Claflin, My Cousin Rachel, est un peu plus détendu et permet à la star de porter "des chemises larges et des grandes culottes" pour donner cette ambiance riche et luxueuse du début du XIVe siècle en Italie.

"Dans les années 50 et 60, ce n'était pas un problème", a-t-il dit. "James Bond n'a jamais eu des plaquettes de chocolat. Il avait des poils au torse. Marlon Brando dans Un Tramway nommé désir avait un physique incroyable, mais il n'était pas musclé comme on s'y attendrait aujourd'hui."

L'acteur est convaincu que la société moderne a un sens de la réalité faussé pour les artistes et ce à quoi leurs corps devraient ressembler à travers l'objectif de la caméra.

"Il y a un filtre sur la société qui fait croire que c'est la normalité, mais en fait, ça n'a rien de normal."

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.