Scarlett Johansson, amfAR

Kevin Tachman

Nous savons queScarlett Johansson est avant tout une actrice, mais c'est aussi une femme très engagée. En tant qu'ambassadrice pour Oxfam, elle travaille sans relâche pour mettre fin à l'injustice et la pauvreté à travers le monde et voyage dans des pays comme l'Inde, le Sri Lanka, et le Kenya pour se battre contre la violence conjugale, et insister sur le droit à l'éducation et aux soins médicaux basiques. En gros, Scarlett passe une grande partie de son temps à aider les autres. Et, mercredi soir, son engagement a été reconnu par l'amFAR lors d'un gala annuel où son ami de longue date Mark Ruffalolui a remis le Prix du courage.

Lorsqu'elle a accepté son prix l'actrice hollywoodienne généralement très discrète a confié au public présent une histoire très personnelle sur son enfance au sein d'une famille très modeste et sur un grand ami de sa maman qui, malheureusement, est mort du sida.

"Ma mère a rencontré Anthony Kennedy en 1985. Mes parents ont commencé à sortir rien que tous les deux une fois par semaine. Ils allaient au théâtre et au restaurant après... Vu qu'ils avaient des revenus modestes et quatre enfants, sortir en ville était un vrai luxe pour mes parents qui essayaient de se retrouver et de se trouver, ce qui n'est pas rien pour des parents de quatre enfants qui vivent à New York. Un soir, après le théâtre, mes parents sont allés dans leur restaurant préféré pour manger un morceau. Le maître d'hôtel les a fait asseoir à leur table. Ma maman m'a dit que lorsque leurs regards se sont croisés, elle s'est dit : « C'est la personne la plus magnifique et charismatique que j'aie jamais vue. » C'est là qu'est née leur complicité."

Scarlett a continué de raconter des détails sur l'amitié qui unissait sa maman et Anthony, ajoutant : "Ma mère m'a dit que personne ne lui faisait autant de compliments que lui... C'était le genre de magie qui unit deux personnes qui se trouvent et n'attendent rien l'un de l'autre."

"Tony avait une admiration particulière pour moi et mes frères et sœurs, il venait même dîner à la maison et nous sortait avec notre maman. Le souvenir le plus fort que j'ai gardé  de lui, je me souviens regarder l'Empire State Building et c'est la seule fois où j'y suis allée. C'était son gratte-ciel préféré avec le Chrysler Building, car il représente le New York du passé et cette aspiration à aller de plus en plus haut ou, comme ma mère le dit, ça représente tout New York."

"Bien qu'il ne l'ait jamais dit directement à ma mère, on voyait bien que Tony était malade après la mort de son partenaire. Le sida était un sujet tabou dont on parlait à mi-mots. C'est là que Rock Hudson, la première personnalité publique à admettre qu'il avait le sida, est mort. C'était aux tout début de la Fondation amFAR et c'était une époque très conflictuelle."

L'actrice hollywoodienne a conclu son discours en disant au public : "Quand Tony est mort, ses cendres ont été dispersées du haut de l'Empire State Building... Ma mère pense tout le temps à lui, elle n'a jamais eu un ami comme lui, et bien qu'il n'y ait jamais eu le genre d'amour qu'on imagine entre un homme et une femme entre eux, c'était une relation qui a aidé ma maman à ressentir ce qui lui manquait dans sa vie à cette époque, alors c'était peut-être plus romantique que l'idéal conventionnel."

Il y a actuellement 37 millions de personnes dans le monde souffrant du sida, une épidémie que l'amFAR et Scarlett tentent d'éradiquer.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.