Amy Winehouse

Goff/INFphoto.com

Blake Incarcéré pourrait avoir un copain de cellule.

Vendredi, un juge de Londres a condamné Johnny Blagrove, l'homme qui a vendu une vidéo dérangeante au tabloïde le Sun, qui montrait apparemment Amy Winehouse en train de se droguer, à deux ans de prison.

Le dealer de 34 ans a été envoyé en taule après avoir plaidé coupable de deux chefs d'accusation pour avoir proposé de fournir des substances illicites, plus précisément de la cocaïne et de l'ecstasy, à la chanteuse de "Rehab" et d'autres célébrités. Sa petite amie, Cara Burton, 22 ans, a plaidé coupable de deux chefs d'accusation pour avoir proposé de fournir de la méthamphétamine, mais elle s'en est sortie avec deux ans de travaux d'intérêt général.

Le juge Tudor Owens a dit que le duo aurait pu être condamné à des peines bien plus sévères si l'accusation avait pu prouver que le couple avait bel et bien donné des drogues à Winehouse. Au lieu de ça, le couple a simplement tiré profit des images vidéo secrètement filmées, montrant Winehouse tirant sur une pipe et reniflant une substance, vidéo que The Sun a achetée pour 75 000 $.

"Une personne plus consciencieuse l'aurait donnée à la police, plutôt que d'en tirer un profit financier", a dit le juge."Mais ce serait mal de le punir pour ça. Nonobstant ce qui est clairement visible dans la vidéo, il n'y a pas de preuve des drogues fournies ou même utilisées."

Après avoir été appelée à un commissariat local, Winehouse a admis avoir pris les drogues, mais aucune poursuite n'a été engagée contre elle.

La police a fini par faire une descente dans la résidence du duo et aurait trouvé une "liste" de stars à qui ils fournissaient régulièrement des substances illicites. Ces noms n'ont pas été divulgués.

Pendant ce temps, Winehouse est toujours en traitement à l'hôpital, suite à une allergie à un médicament. Son mari, Blake Fielder-Civil, qui a publiquement déclaré être responsable des excès de sa femme, a été renvoyé en prison la semaine dernière après avoir échoué un test toxicologique et avoir enfreint les termes de sa liberté conditionnelle dans une affaire d'agression.

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.