Robin Williams

Todd Williamson/WireImage.com

On a cru que Robin Williams s'était suicidé en 2014 après un long combat contre la dépression, mais au cours d'une de ses premières interviews après la mort de son époux, Susan Schneider explique que l'acteur a mis fin à ses jours à cause de la démence à corps de Lewy (DCL).

"Ce n'est pas la dépression qui a tué Robin", explique Susan au magazine People. "La dépression était un des 50 symptômes et c'était un petit."  

Mais comment cette maladie a-t-elle conduit l'acteur à se suicider ?

La DCL est la démence neurodégénérative la plus courante après l'Alzheimer et surtout une des plus mal diagnostiquées. Elle se propage quand des dépôts de protéine appelés corps de Lewy se développent dans les cellules nerveuses dans des régions du cerveau qui alimentent la pensée, la mémoire et les mouvements (le contrôle de la motricité), selon la Mayo Clinic. Cette accumulation provoque un déclin progressif des capacités mentales, ce qui engendre des sautes d'humeur, des hallucinations et des troubles moteurs.

Robin Williams

Mike Coppola/Getty Images

La maladie a commencé à affecter Robin Williams l'année de sa mort, causant chez lui des niveaux élevés d'anxiété, des délires et des problèmes moteurs. En fait, Susan se souvient d'un épisode au cours duquel une crise d'angoisse paralysante avait fait que l'acteur avait mal calculé la distance avec une porte et qu'il s'était ainsi retrouvé la tête en sang et les muscles tétanisés.

Et pourtant, les médecins ont eu du mal à déterminer ce qui n'allait pas dans la mesure où de nombreux symptômes étaient similaires à l'Alzheimer ou à la maladie de Parkinson. C'est pourquoi Robin Williams n'a pas eu les médicaments et la compréhension nécessaires pour combattre la maladie.

"Je sais maintenant que les médecins et toute l'équipe ont fait ce qu'il fallait", explique Susan. "C'est juste que la maladie était plus rapide et plus forte que nous. On aurait fini par la découvrir."

Susan Schneider, Wife, Robin Williams

Kevin Mazur/WireImage

Susan souhaite à présent aider ceux qui souffrent de DCL pour éviter des situations qui mènent au suicide, comme ça a été le cas pour Robin Williams.

"J'ai passé cette année à essayer de trouver ce qui a causé la mort de Robin, de comprendre ce contre quoi on se battait et un des docteurs m'a dit : « Robin était très conscient qu'il perdait la tête et il n'y pouvait rien, »", explique sa veuve Susan.  

"C'était un cas à part et je prie pour que ça aide les millions de gens qui souffrent de la démence à corps de Lewy et leurs proches", ajoute Susan. "Parce que nous ne savions pas. Il ne savait pas."

  • Share
  • Tweet
  • Share

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.