Colin Farrell : "J'étais mourant"

L'acteur a dit dans un talk-show anglais qu'il avait été "ivre ou drogué pendant 16 ans" avant de se faire aider
par Gina Serpe oct. 18, 2008 10:13Tags

Colin Farrell parle de sa cure de désintoxication pour la première fois, et de ce qui l'a poussé à se faire aider, dans le talk-show anglais, Friday Night With Jonathan Ross.

L'acteur irlandais a révélé qu'il avait intégré un programme de cinq ou six semaines en 2005 après avoir fini le tournage de Miami Vice - Deux flics à Miami. "J'avais atteint le fond."

"J'étais malade", a-t-il dit, en qualifiant son passage à la sobriété de "cauchemardesque".

"J'ai commencé à sortir du brouillard dans lequel j'étais et dans lequel je m'étais enfoui si profondément... En gros, j'étais ivre ou drogué depuis l'âge de 14 ans. J'ai été très ivre et drogué pendant 16 ans, donc changer de vie a été difficile.  J'étais mourant. J'ai eu de la chance."

L'acteur de 32 ans a ensuite dit que même s'il avait été capable de travailler dans cet état, il était devenu de plus en plus dur pour lui de maintenir un semblant de professionnalisme.

"Je faisais tant d'efforts pour tenter de garder bonne figure", a-t-il dit. "Je dépensais énormément d'énergie pour essayer de ne pas complètement craquer devant Al Pacino."

Farrell et Pacino ont travaillé ensemble en 2003 sur La Recrue.

"Le désespoir fait faire des choses incroyables au nom de la survie... Je m'étais créé un environnement, un mode de vie qui semblaient très grégaires et pleins de vivacité vu de l'extérieur."

Farrell a aussi dit qu'il assumait pleinement son problème et ne cherchait pas à mettre ses facheux penchants sur le dos de la génétique.

"Je ne pense pas avoir une prédisposition chimique à la dépression, mais disons... que je souffrais d'une maladie spirituelle depuis des années et que j'y avais cédé", a-t-il dit. "On peut se sentir très vivant quand on souffre."

Non pas que ce soit un sentiment qu'il recherche encore.

"Je suis content d'être sorti de ce cycle de ma vie. J'ai beaucoup de chance."