D'après Amber Heard, Johnny Depp l'a accusée d'avoir eu des liaisons avec Leo DiCaprio et Channing Tatum

Amber Heard avance dans une déclaration écrite adressée à la Haute Cour de Londres que Johnny Depp l'accusait d'avoir eu des liaisons avec Leonardo DiCaprio ou encore Channing Tatum.

par Cydney Contreras | Traduit par David K | juil. 21, 2020 09:41Tags
Sur le même sujet : Faut-il commenter les allégations de violence entre Johnny Depp et Amber Heard ?

D'après Amber Heard, Johnny Depp, son ex-mari, l'aurait accusée d'avoir de multiples liaisons. C'est ce que l'actrice a en effet déclaré lors du dixième jour des auditions de témoins dans le cadre du procès intenté par la star de Pirates des Caraïbes contre le tabloïd The Sun.

L'actrice a témoigné à la barre lundi des nombreuses agressions verbales et physiques dont elle aurait été victime, qui comprendraient "des coups de poing, des gifles, des coups de pied, des coups de tête et des étranglements", rapporte NBC News.

Elle est aussi revenue sur ses accusations faites précédemment par écrit et présentées à la cour. 

Dans cette déclaration, obtenue par E! News, Amber Heard accusait l'acteur de lui prêter de nombreuses relations sexuelles avec ses partenaires à l'écran et ses partenaires de travail, dont certains n'avaient fait qu'auditionner avec elle : "Il m'a accusée d'avoir une liaison avec chacune de mes co-stars, film après film : Eddie RedmayneJames FrancoJim SturgessKevin CostnerLiam HemsworthBilly-Bob ThorntonChanning Tatum ; même avec des actrices comme Kelly Garner."

photos
Johnny Depp et Amber Heard : retour sur leur idylle

"Il m'a aussi accusée d'avoir eu des liaisons avec des stars avec qui j'avais auditionné, comme Leonardo DiCaprio. Il me provoquait à ce sujet, surtout sous l'emprise de l'alcool ou la drogue, et avait des surnoms péjoratifs pour tous les acteurs qui me donnaient la réplique et qu'il considérait comme une menace sexuelle", a-t-elle poursuivi. "Par exemple, Leonardo DiCaprio était surnommé « tête de citrouille », Channing Tatum, « tête de patate », il y avait aussi « Jim Bouse Sturgess »."

Dans un communiqué adressé à E! News, le porte-parole de Channing Tatum a déclaré : "C'est vraiment n'importe quoi et ce n'est absolument pas vrai." 

E! News a tenté de joindre le porte-parole de Jim Sturgess, mais celui-ci n'a fait aucun commentaire pour l'instant. 

Ian Gavan/Getty Images

Amber Heard a poursuivi : "Il essayait de me piéger en prenant mon portable ou en m'expliquant que quelqu'un lui avait dit que j'avais une liaison et qu'il avait des éléments de preuves, alors que je n'avais rien fait de tel."

D'après l'actrice, ces exemples seraient la preuve du "comportement dominant et aliénant" de Johnny Depp. 

Le procès intenté par l'acteur à News Group Newspapers, propriétaire du Sun, et à son rédacteur en chef, Dan Wootton, fait suite à l'article de 2018 intitulé "Parti en vrille : comment JK Rowling peut-elle être « vraiment heureuse » d'avoir choisi le mari violent Johnny Depp dans son nouveau film, Les Animaux fantastiques ?" Dans l'article, Dan Wootton utilise le terme de "mari violent" pour décrire l'acteur de Charlie et la chocolaterie, ce que l'intéressé nie en bloc.  

Jason Kempin/Getty Images

Au cours des neuf premiers jours du procès, Johnny Depp a avancé qu'Amber Heard était l'agresseur dans leur relation pendant leur mariage. Ces allégations sont soutenues par d'anciens employés du couple, mais Amber Heard a répondu que ces actes de violence dont on l'accuse ne sont que le fruit de la "légitime défense". Lors de son témoignage à la barre, elle a expliqué : "J'ai effectivement eu parfois des accès de colère, et il y a effectivement eu des moments où j'ai perdu mon sang-froid avec Johnny lors de nos disputes et nos querelles."

Si l'on en croit NBC News, Amber Heard devrait témoigner trois jours à la barre, durant lesquels la cour lui posera des questions sur les 14 fois où elle aurait été violente physiquement avec Johnny Depp. L'éditeur du Sun compte sur le témoignage de la star d'Aquaman pour défendre son article d'avril 2018.

Le procès devrait se conclure à la fin de la semaine prochaine. 

Si votre conjoint ou compagnon vous fait subir des actes de violences conjugales ou menace de le faire, vous pouvez alerter la police ou la gendarmerie. Retrouvez toutes les informations ici : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F12544