Mort de George Floyd : requalification des faits pour Derek Chauvin, les trois autres policiers inculpés

Le procureur général du Minnesota, Keith Ellison, a mis en examen les policiers impliqués dans la mort de George Floyd. Découvrez les derniers détails de la procédure judiciaire.

par McKenna Aiello, Jess Cohen | Traduit par David K | juin 04, 2020 10:32Tags

L'affaire de la mort de George Floyd ne cesse de connaître des rebondissements. Cette fois, cela concerne les trois autres officiers de police présents ce jour-là.

Lundi 25 mai, l'homme de 46 ans a trouvé la mort après que Derek Chauvin, un policier de Minneapolis, l'a plaqué au sol avant de placer son genou sur son cou alors que l'homme était menotté. Le 29 mai, suite à la vidéo montrant l'arrestation qui a conduit au décès tragique de George Floyd, Chauvin a été arrêté avant d'être mis en examen pour homicide involontaire. À ce moment-là, ses trois autres collègues, J.A. KeungThomas Lane et Tou Thao, ont été renvoyés de la police sans être inculpés.

Depuis, le procureur général du Minnesota, Keith Ellison, a annoncé la mise en examen des trois individus. Les faits concernant Chauvin ont été requalifiés en meurtre non prémédité. 

D'après les documents de la cour obtenus par E! News, Keung, Lane et Thao sont inculpés de deux chefs d'accusation : complicité de meurtre non prémédité et complicité d'homicide involontaire.

Le premier chef d'accusation peut leur valoir une peine maximale de 40 ans de prison, et le deuxième une peine maximale de 10 ans de prison, ou 20 000 $ d'amende.

lire
Jamie Foxx, Porsha Williams et d'autres stars manifestent en réponse à la mort de George Floyd

Les trois anciens policiers ont été arrêtés mercredi et sont toujours en détention.

Hennepin County Sheriff

D'après une première audition incluse dans les documents de la cour, un individu a appelé la police pour prévenir qu'un homme avait utilisé un faux billet de 20 $ pour acheter de la marchandise dans un magasin local. Les officiers de police Lane et Keung sont arrivés sur place avec une caméra sur eux avant d'être dirigés vers une voiture garée non loin de là.

D'après les vidéos de leurs caméras, les policiers se sont approchés du véhicule. George Floyd était assis côté conducteur, un homme était assis côté passager et une femme était assise à l'arrière. Le document stipule : "Alors que l'officier Lane commençait à parler à M. Floyd, il a sorti son arme et l'a pointée en direction de M. Floyd dont la vitre était ouverte en lui demandant de montrer ses mains. Quand M. Floyd a placé ses mains sur le volant, Lane a remis son arme dans son étui."

D'après les documents, Lane "a tiré" George Floyd hors de la voiture avant de le menotter. 

"Une fois menotté, M. Floyd a suivi Lane jusqu'au trottoir avant d'être contraint de s'asseoir. Quand M. Floyd s'est assis, il a dit « merci, mec » et il était calme. Au cours d'une conversation qui a duré moins de deux minutes, Lane a demandé à M. Floyd son nom et une pièce d'identité. Lane a demandé à M. Lloyd s'il avait « pris quelque chose » et a noté qu'il avait de la bave aux commissures des lèvres", apprend-on encore.

Courtesy Ben Crump Law

Après avoir informé George Floyd qu'il était en état d'arrestation pour "écoulement de fausse monnaie", Lane et Kueng auraient alors tenté d'emmener l'homme à leur voiture de police.

"Tandis que les officiers de police tentaient de mettre M. Floyd dans leur voiture de police, M. Floyd s'est raidi avant de tomber par terre. M. Floyd a indiqué aux officiers de police qu'il ne résistait pas à son arrestation, mais qu'il ne voulait pas aller sur le siège arrière parce qu'il était claustrophobe", peut-on encore lire dans les documents. 

lire
Découvrez toutes les stars qui manifestent suite à la mort de George Floyd

Les officiers de police Chauvin et Thao sont alors arrivés dans une autre voiture de police. À partir de là, on apprend que les policiers "ont tenté à plusieurs reprises de faire asseoir M. Floyd sur le siège arrière de la voiture de police en le poussant du côté conducteur. Alors que les officiers de police essayaient de forcer M. Floyd à s'asseoir à l'arrière, ce dernier n'arrêtait pas de répéter qu'il n'arrivait pas à respirer. M. Floyd a volontairement choisi de ne pas s'asseoir à l'arrière et les officiers de police ont lutté pour qu'il s'asseye à l'arrière".

À 20h19, les documents stipulent que Chauvin a sorti M. Floyd du côté passager de la voiture de police. 

"M. Floyd est tombé par terre, face contre terre et toujours menotté. L'officier de police Keung tenait le dos de M. Floyd et l'officier de police Lane tenait ses jambes. L'officier de police Chauvin a placé son genou gauche dans la partie situé entre la tête et le cou de M. Floyd. M. Floyd a dit : « Je n'arrive pas à respirer » plusieurs fois en répétant « Maman » et « Je vous en prie ». À un moment, M. Floyd a déclaré : « Je vais mourir. » L'officier de police Chauvin et les deux autres officiers de police n'ont pas bougé."

"Un des officiers de police a dit : « Vous parlez normalement » à M. Floyd, qui continuait de remuer. Lane a alors demandé : « Est-ce qu'on le met sur le côté ?", ce à quoi l'officier Chauvin a répondu en disant : « Non, on le laisse comme il est. » Lane a enchéri : "J'ai peur qu'il fasse un délire aigu ou un truc dans le genre. » L'officier de police Chauvin lui a répondu : « C'est pour ça qu'on l'a mis sur le ventre. » Les officiers de police Chauvin et Keung tenaient la main droite de M. Floyd en l'air. Aucun des trois officiers de police n'a bougé", stipule les documents. 

À 20h25, la vidéo des caméras policières suggère que George Floyd a cessé de respirer ou de parler. Les documents indiquent : "Lane a dit : « Je veux le tourner sur le côté. » Keung a pris le pouls de M. Floyd avec son poignet droit avant de dire : « Je ne sens rien. » Aucun des officiers de police n'a bougé."

Deux minutes plus tard, à 20h27, les documents expliquent que Chauvin a retiré son genou du cou de George Floyd. 

"Une ambulance et des urgentistes sont arrivés, les officiers de police ont placé M. Floyd sur une civière, et l'ambulance a quitté les lieux. M. Floyd a été prononcé mort au centre médical du comté de Hennepin", apprend-on encore.

lire
LeBron James, Justin Bieber et d'autres stars s'expriment après la mort de George Floyd

Suite à cette annonce, l'avocat Benjamin Crump a partagé la réaction de la famille Floyd sur les réseaux sociaux.

"La famille de George Floyd a des sentiments mitigés", a-t-il indiqué sur Instagram. "Nous sommes profondément reconnaissants envers le procureur général Keith Ellison d'avoir pris des mesures décisives dans cette affaire, en arrêtant et en mettant en examen tous les officiers de police impliqués dans la mort de George Floyd et de requalifier le chef d'accusation envers Derek Chauvin en meurtre non prémédité."

Le 1er juin, une autopsie indépendante a révélé la cause de la mort de George Floyd, en indiquant qu'elle avait été "causée par une asphyxie due à une pression sur son cou et son dos qui a entraîné une absence de flux sanguin pour irriguer son cerveau". 

"Les médecins légistes ont estimé que le poids sur son dos, les menottes et son positionnement étaient des facteurs contributifs parce qu'ils avaient empêché le diaphragme de M. Floyd de fonctionner", a-t-on pu lire dans le rapport de l'avocat de sa famille envoyé à E! News. "Au vu de toutes les preuves, les médecins ont déclaré que M. Floyd semble être mort sur place."

Quelques heures après la publication de l'autopsie indépendante, le médecin légiste du comté de Hennepin a également fait part de ses résultats.

Dans son communiqué de presse obtenu par E! News le 1er juin, il est dit que la mort de George Floyd serait due à "un arrêt cardiopulmonaire aggravant l'intervention des forces de l'ordre avec immobilisation et compression du cou". 

De plus, le médecin a déclaré que George Floyd avait "fait un arrêt cardiopulmonaire alors qu'il était immobilisé par un ou plusieurs officiers de police".

Il a ajouté que la victime souffrait d'autres affections dont "une cardiopathie artériosclérotique et hypertensive ; une intoxication au fentanyl ; et une ingestion récente de méthamphétamine". Sa mort est considérée comme un homicide.