Le documentaire sur Lance Armstrong : découvrez les plus grosses révélations d'ESPN

Tout le monde ne parle que de 30 for 30 sur ESPN, qui revient sur la disgrâce de Lance Armstrong. Découvrez les plus grosses révélations.

par Mike Vulpo | Traduit par David K | mai 27, 2020 10:18Tags

Tout le monde a un avis sur cet ancien athlète américain. 

Il fut une époque où Lance Armstrong était perçu comme le plus grand cycliste de tous les temps. Mais au final, un scandale de dopage a fait de lui une des personnalités sportives les plus controversées.

Dans un épisode de 30 for 30, la série documentaire d'ESPN, simplement intitulé "Lance", ce dernier a accepté d'être interviewé et a abordé tous les sujets, les médicaments qu'il prenait, sa façon de traiter les autres et sa chute sous l'œil du public.

Dimanche, les téléspectateurs américains ont pu découvrir la première partie du docu, dans laquelle Lance s'est montré très sincère concernant les accusations de dopage, le cancer qu'il a surmonté et bien d'autres sujets. L'épisode a tout de suite fait le buzz sur les réseaux et tout le monde a hâte d'en savoir plus avant la conclusion tragique qui aura lieu dans la deuxième partie diffusée le 31 mai sur la chaîne américaine.

Nous allons vous révéler certains des moments les plus marquants de ce documentaire.

photos
Les stars dingues de sport

Un peu à la manière d'une étape de montagne sur le Tour de France, "Lance" est une succession de hauts et de bas. Faites défiler cette page pour voir ça en image.

Quand tout a commencé

Dans la première partie, on a demandé à Lance et ses coéquipiers la première fois où ils s'étaient dopés. Lance a déclaré que c'était à 21 ans pour sa première saison professionnelle, qu'il savait très bien ce qu'il faisait et qu'il avait décidé de le faire. Il a parlé d'un stimulant à la cortisone et déclaré qu'il avait fini par gagner la course, à savoir le championnat du monde de 1993.

Son cancer

Pendant l'intersaison, Lance était chez lui quand il a ressenti une douleur à un testicule. Il ne savait pas si cela venait simplement du fait d'être assis sur un vélo toute la journée. Au début, il a ignoré les symptômes. Puis, il a commencé à cracher énormément de sang. Le médecin lui a tout de suite annoncé qu'il avait un cancer du testicule très avancé et qu'il devait être opéré 24 heures plus tard. 

Plus fort que la mort

Le combat de Lance contre le cancer a été peut-être plus intense qu'on ne le croyait dans un premier temps. Au début, les médecins pensaient que c'était sans espoir. Mais pour Lance, cela n'avait aucun sens, car c'était un des athlètes les plus en forme au monde. Le cancer s'est ensuite déplacé vers son cerveau. On lui a retiré un testicule, puis il a subi une opération au cerveau, et ensuite une chimiothérapie. À la surprise du corps médical, il a survécu.

Ce qui a causé son cancer

Quand Lance s'est vu demander s'il estimait que son cancer était dû à son dopage, il n'en était pas sûr. "Je n'ai pas la réponse. Mais je ne veux pas dire non parce que ce n'est pas une certitude non plus", a-t-il reconnu. D'après le cycliste, il n'a eu recours aux hormones de croissance que pendant la saison 1996. Ça faisait pousser les bonnes choses, donc c'est assez logique que ça fasse pousser les mauvaises choses. Cela lui a donné l'idée de créer la Lance Armstrong Foundation.

Un premier avertissement

Dans la première partie, le documentaire revient sur le moment où un échantillon appartenant à Lance avait été déclaré positif à la cortisone. Le champion avait déclaré en utiliser en crème pour ses courbatures (ce qui était autorisé) et pas en injection (ce qui était interdit). L'UCI a abandonné les poursuites à cause de la belle histoire de Lance qui a survécu au cancer. Sa starification lui a servi à bien des égards.

Les femmes de sa vie

Si Sheryl Crow n'a pas été mentionnée dans la première partie du documentaire, son ex-femme, Kristin Richard, a été brièvement évoquée, elle qui a beaucoup soutenu son mari, mais qui lui disait ses quatre vérités quand il le fallait. On ignore si Sheryl sera abordée dans la deuxième partie.